Le deal à ne pas rater :
Bon plan achat en duo : 2ème robot cuiseur Moulinex Companion ...
600 €
Voir le deal

Aller en bas
Yoshida Itsuru
Yoshida Itsuru
Grand-frais
Autre pseudo : Eugen Winkel
Nation au Front Atlantique : Allemand
Flottille au Front Atlantique : 34.Unterseebootsflotte Phönix
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Kidô Butai - Ushirodate Kantai
Nombre de messages : 259
Age : 22
Date d'inscription : 21/08/2017

Infos
Nationalité: Japonais

Le soleil de la liberté  Empty Le soleil de la liberté

Mer 03 Mai 2023, 09:18
Bonjour à tous,

Comme certain l’on vu passez sur le discord, je me lance dans une histoire RP participative. Cette histoire n’a rien à voir directement avec Das Boot, si ce n’est le contexte de la guerre du pacifique. Comme vous l’avez vu ce RP et participatif, c’est-à-dire que lors de passage clé je vous laisserez choisir une option qui pourras influencer les événements à plus ou moins long terme, un peu dans l'idée des livres dont vous êtes le héros. Toutes les deux semaines, le week-end un nouveau chapitre de l'histoire seras publiée. Vous aurez alors une semaine pour répondre au vote puis je me laisse une semaine pour rédiger le prochain chapitre en fonction de vos choix. Les dates et heures limite de vote seront à chaque fois précisez au moment du vote. 

Pour ce qui concerne cette histoire, je l’ai placé dans la section RP bien que ce message ne soit pas un RP en lui-même. Les prochains le seront par contre. Je laisse les admins déplacer se sujet si besoin ou me contacter en cas de question. Pour les joueurs si vous voulez discuter d’une stratégie ou du meilleur choix à adopter dans la section « [HRP] Autour du jeu » ou pourquoi pas sur Discord pour en discuter, bien sûr si cela convient au admin. Mais je ne vous oblige nullement à vous concerter, le choix retenu seras celui avec le plus de vote.

Je lancerais le début de l’expérience se week-end ou en début de semaine prochaine. Et bien sûr cette histoire n’est qu’une première expérience, si elle est réussie elle pourrait se répéter dans l’avenir avec vos retours. Avant de vous laissez au teaser je vous souhaite bonne lecture, en espérant que malgré ma prose et mon orthographe incorrecte vous aimerez ce RP participatif.
 


 
Mike est un sous-marinier américain, son sous-marin à était victime d’un destroyer dans la mer des Célèbes au début de l’hivers 1942. Emprisonner sur l’île de Mindanao, sa geôle est déplacée plusieurs fois à cause de l’avancé américain. Mais cette fois c’est différent, la rumeur court qu’il vont être embarquer sur un navire avant d’être évacuer vers la Chine ou l’île de Formosa. S’il veut s’évader c’est sa dernière chance.
Yoshida Itsuru
Yoshida Itsuru
Grand-frais
Autre pseudo : Eugen Winkel
Nation au Front Atlantique : Allemand
Flottille au Front Atlantique : 34.Unterseebootsflotte Phönix
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Kidô Butai - Ushirodate Kantai
Nombre de messages : 259
Age : 22
Date d'inscription : 21/08/2017

Infos
Nationalité: Japonais

Le soleil de la liberté  Empty Re: Le soleil de la liberté

Dim 07 Mai 2023, 02:41
Chapitre 1

L’homme debout et immobile regardait le soleil, tel un papillon de nuit attiré par un réverbère. D'un coup on le tira par la manche et il sentit le frottement d’une crosse de fusil lui effleurer le dos. Un soldat japonais lui criait des ordres incompréhensibles tandis qu’il pointait son fusil vers l’avant.
 
- Reste pas là à rêvasser Mike, tu vas encore t’en prendre une, lui chuchota le prisonnier qui l’entrainait par la manche.
 
- J’en ai marre de marcher, répondit le soldat d’une voix monotone.
 
- On en as tous marre, on est épuisé mais tu ne veux pas finir comme Philip ?
 
Les souvenirs de son camarade battu à mort par ses geôliers ne faisait plus trembler Mike depuis longtemps. Les horreurs étaient courantes et la barbarie quotidienne dans  les  camps de prisonniers.
 
- J’en ai plus rien à foutre Josh. Ça fait combien de temps que l’on subit ça ? Deux ans ? Trois peut être ?
 
- Deux ans, cinq mois et treize jours.
 
- Ouais trop longtemps quoi. J’aurais mieux fait de couler avec navire comme le capitaine et les autres.
 
- On est en vie, tu n’as pas le droit de dire ça. A un moment ou un autre on s’en sortira.
 
Josh avait réussi à tirer son ami jusqu’au milieu jusqu’au milieu du convoi de prisonniers . Ici il était à l’abri des coups de crosse et de canne de bambou, mais la chaleur humaine rendait encore plus insupportable le soleil de plomb et l’humidité étouffante saturée en transpiration.
 
Un homme s’écroula quelques mètres devant le duo. Un soldat japonais s’approcha de lui, le pointa de son sabre en bambou en lui criant dessus en japonais. Même si peu de soldat parlaient japonais et que ces derniers ne faisaient que peu d’effort pour se faire comprendre, tous comprirent l’ordre de se relever.
 
- De l’eau, implora se dernier.
 
Le soldat reprit ses hurlements et voyant l’absence de réaction du prisonnier il arma son sabre au-dessus de sa tête.
 
L’homme était tellement épuisé qu’il ne réagit même pas et seuls les deux prisonniers qui s’élançaient à sa rescousse l’empêchèrent de s'en prendre un coup. Chacun d’eux prit un bras et ils le soulevèrent pour reprendre la marche sous le regard sévère du soldat japonais.
 
- Aller tiens bon, les copains avancent. Ils vont bientôt venir nous secourir chuchota l’un des prisonniers à l’oreille du blessé.
 
- A ce qu'il parait Palawan et Panay sont déjà sous notre contrôle, chuchota un autre prisonnier.
 
Des rumeurs sur l’avance américaine dans le secteur traversaient la foule de prisonnier. Mike se dit qu’il était vrai que de plus en plus d’avions américains patrouillaient le ciel mais cela ne changeait pas le fait qu’il était prisonnier. Le moral des prisonniers se regonfla jusqu’à ce que l’un rappelle la situation dans laquelle ils se trouvaient.
 
- En plus il me semble les avoir entendu parler entre eux d’Aparri. On risque de se faire embarquer pour la Chine ou l’île de Formose, direction un autre camp de prisonnier.
 
- Si ce n’est pas pour le japon lui-même avec les travaux forcés, rajouta un autre .
 
La troupe reprit sa marche , morose et abattue, le moindre rêve annihilé au souvenir de cette réalité. De plus il leur était préférable d'épargner le moindre calorie disponible pour leur survie plutôt que de rèver à l'irréalisable.
 
Le convoi avançait lentement, le soleil cuisant et tannant la peau des prisonniers. La plupart se taisaient, économisant leur précieuse eau mais cela n’empêcha pas Mike de réfléchir. Plus il avançait et plus l’évidence se révélait à lui. S’il voulait mettre fin à ce calvaire, il lui fallait s’évader tant qu’il en avait la force.
 
- Josh, il faut qu’on s’évade, chuchota-t-il à l’oreille de son ami.
 
- C’est de la folie. Tu comptes faire comment ? On est gardé nuit et jour.
 
- Je ne sais pas encore, mais je trouverai un moyen pour que l’on s’échappe.
 
- Sans moi, je ne m’évaderai pas.
 
Mike tourna une tête surprise vers son compagnon. Lui qui faisait preuve d’un optimisme rare ne voulait pas s’échapper.
 
- Quoi ? Comment ça tu ne tentes pas ? dit-il en élevant la voix.
 
- Chut, moins fort. Non, je ne viendrai pas. Je suis sûr que tôt ou tard on sera libéré, il nous suffit juste d’attendre. Pas la peine de prendre le risque de se faire tuer.
 
- Mais c’est l’occasion de s’évader avant de ne partir vers je ne sais où!
 
Josh secoua la tête d'un air résolu.
 
- On est encore en plein milieu du territoire ennemi, comment tu feras pour aller jusqu’à Palaway ? Il y a des dizaines de kilomètres à parcourir. On as plus de chances de survivre si on reste prisonnier alors s’il te plait ne fait pas ça.
 
Mike sentait la rage bouillir en lui, la captivité avait bien changé Josh. Avant il était le premier partant pour aller courir les bars avec les filles ou le premier à se porter volontaire pour les tâches les plus difficiles. Mais maintenant il faisait l’effet d’un caniche bien docile à Mike, lui qui avait retrouvé sa détermination ne comptait pas la laisser s’échapper de nouveau.
 
- D’accord, je reste, mentit-il à Josh.
 
Mike continua à réfléchir à un plan d'évasion. La colonne de prisonniers ainsi que leurs geôliers arrivérent au sommet d’une colline sans qu’il ait réussi à prendre sa décision. Devant eux s’étendait un village entouré par la jungle tropicale. Les maisons étaient faites de bois, une partie sur pilotis. Les villageois vaquaient à leurs occupations encore inconscients de l'arrivée du convoi de prisonniers. Un soldat japonais cria quelque chose qu’un soldat américain s’empressa de traduire. « On aura de l’eau après le village » annoncérent les prisonniers les uns après les autres.
 
Mike profita de la position surélevée pour observer les alentours et établi un plan avant qu’il ne soit trop tard.
 
 
 
 
 
 
[HRP] ------------------------------------------------------------------------------------------------------[HRP]
Voici venu le moment du choix, vous avez jusqu’au dimanche 14 mai à 12h pour voter.
 
Qu’elle plan choisit Mike pour s’évader ?
1 – Il essaye de profiter de la traversée du village pour s’évader.
2 – Il attend la pause dans la jungle et s’enfuit à travers les arbres.
3 – Il profite de la nuit pour fausser compagnie aux gardes.
 
Lien : https://forms.gle/Xw5yNx8xGDYijXBp7


Dernière édition par Yoshida Itsuru le Ven 12 Mai 2023, 14:43, édité 1 fois (Raison : Correction orthographique)
Yoshida Itsuru
Yoshida Itsuru
Grand-frais
Autre pseudo : Eugen Winkel
Nation au Front Atlantique : Allemand
Flottille au Front Atlantique : 34.Unterseebootsflotte Phönix
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Kidô Butai - Ushirodate Kantai
Nombre de messages : 259
Age : 22
Date d'inscription : 21/08/2017

Infos
Nationalité: Japonais

Le soleil de la liberté  Empty Re: Le soleil de la liberté

Dim 21 Mai 2023, 12:00
Chapitre 2
 
Mike réfléchissait à toute vitesse, s’il voulait s’échapper il lui fallait un plan le plus vite possible, pour s’enfuir à la première occasion. Il regardait le village au loin et vit les femmes et les enfants rentrer précipitamment dans les maisons. Il lui serait difficile de se cacher dans le village, ni de s’enfuir sans se faire remarquer par les gardes. Il fallait attendre, être patient, les gardes seraient forcément distraits un moment ou un autre. Mais lors des rares pauses ceux-ci étaient d’une vigilance extrême, le mieux était encore d’attendre la nuit et de profiter de l’obscurité pour s’enfuir.

Le village était traversé par deux routes en terre battue, des tas de bric à brac s’amassaient sous la douzaine de maison sur pilotis obstruant la vue de ce qui se trouvait dessous. La colonne de prisonnier arriva dans un village presque désert, quelques groupes d’hommes s’étaient formés devant les maisons masquant les autres habitants. Ils lançaient des regards sévères et méfiants sur la colonne. Les geôliers avaient resserré les rangs pour se tenir plus proches des prisonniers. Sur leurs gardes ils observaient avec attention chaque habitant, chaque entrée de maison, chaque intersection. Avant que Mike ait pu formuler une pensée dans sa tête Josh lui chuchota à l’oreille.

- Tu vois le vent tourne, même eux le sentent. On est sur le point d’être libéré.

Mike intima l’ordre à son ami de se taire sans demander qui il désignait par « eux ».

La traversée du village se fit sous une certaine tension, seuls les bruits de la nature et les pas de la troupe se faisaient entendre. Une fois la jungle atteint geôliers comme prisonniers se sentirent délivrés de cette oppression. Hélas la pause promise ne vient pas tout de suite, ils durent marcher encore une bonne heure avant de pouvoir s’arrêter en bordure d’un ruisseau. Tous, prisonniers comme geôliers, en profitèrent pour s’abreuver et se rafraîchir. A peine les prisonniers avaient-ils eu le temps de reprendre quelques forces que le convoi se remit en marche. Ils marchèrent encore pendant plusieurs heures sous la canopée verte qui les protégeait un peu du soleil. La chaleur et l’humidité ajoutées à leur condition physique empêchait les prisonniers de progresser d’un bon pas et ce malgré les ordres et menaces des soldats nippons.

Le soleil se couchait à l’horizon lorsqu’éclata une vive discussion entre les officiers japonais. Mike regardait les soldats d’un air hagard, la plupart de ses camarades remarquèrent à peine le débat. Une centaine de mètres plus loin l’ordre fut donné de s’arrêter pour la nuit dans une petite clairière longeant la route. Une maigre portion de riz et un peu d’eau leur fut distribué.

- C’est bizarre quand même, normalement on ne s’arrête pas au milieu de nulle part quand on transfère des prisonniers, dit Josh.

- Regarde, on a dû se perdre - lui répond Mike en désignant du menton les officiers japonais penchés sur une carte.

- Se perdre sur une île ? Pourtant ce n’est pas bien grand normalement.

- Si on tourne en rond c’est normal que l’on marche pendant tout la journée.

La remarque de Mike arracha un sourire à son compagnon. Les hommes commençaient les uns après les autres à s’allonger sur le sol et Mike fut sur le point de révéler son plan d’évasion à son ami mais il se ravisa au dernier moment. Ce n’était pas une question de confiance, mais il savait que lui en parler pourrait au mieux engendrer une dispute et attirer l’attention des gardes sur eux. Ce n’était pas une bonne chose s’il voulait tenter sa chance cette nuit. Alors il fit comme ses compagnons et s’allongea.

La nuit vint alors que Mike était à l'affut. Josh et ses compagnons dormaient tout autour de lui malgré les furieux assauts des insectes. A la périphérie du cercle de prisonniers se relayaient les soldats japonais. Profitant d’un changement de quart, Mike se mit à ramper vers la jungle. A chaque nuage qui masquait la lune il avançait de quelques dizaines de centimètres. Arrivé en bordure du cercle trois bon mètres à découvert le séparaient encore des premiers signes de végétation. Impossible de ramper sur cette distance sans se faire repérer. Mike estimait ses chances de réussite s’il se levait brutalement et courait en direction de la forêt, elles étaient faibles. Quelqu'un se leva derrière lui, il jeta prudemment un regard en arrière et vit Josh debout. Il scrutait la foule du regard et leurs regards se croisèrent l’espace d'un instant. Mike crut voir son compagnon faire un léger signe de tête puis Josh se dirigea alors vers le bord du cercle à l'opposé de Mike et tout les regards des gardes se rivèrent sur lui. Mike en profita pour ramper vers la liberté, Josh trébucha plusieurs fois et s’étala même de tout son long en voulant sortir du cercle. Ce qui provoqua l’hilarité des gardes et permit à Mike de se glisser sous les feuillages. Tandis que Josh essayait d’expliquer aux gardes qu’il avait besoin d’aller aux toilettes Mike continua de se s’éloigner, courbé et le plus discrètement possible. Il s’arrêta de nombreuses fois pour jeter un coup d’œil en arrière et prendre le temps de maquiller sa piste de branches inévitablement écrasées pour celle laissée par un animal. A chaque pause il adressait un remerciement silencieux à son ami. Enfin il jugea qu’il s'était suffisamment éloigné et se redressa de toute sa hauteur. Aucun mouvement ni bruit ne provenait du camp, sa disparition n’avait pas été remarquée pour l'instant, aussi il se remit en route sans attendre.

La montée d’adrénaline due à son l’évasion lui donna les forces de continuer à avancer. Il tâtonnait plus qu’il ne marchait et chuta plusieurs fois à causes des racines difficilement discernables dans la nuit. A chaque bruit il s’immobilisait, guettant s’il émanait d’animaux sauvages, ou pire, d’hommes lancés à ses trousses. Finalement, épuisé et jugeant avoir mis suffisamment de distance entre lui et le campement, il s’accorda quelques heures de sommeil aux creux des racines.

Encore à moitié endormi et mal reposé Mike se réveilla. La ramure des arbres le protégeait du soleil matinal, le flux d’adrénaline l’avait abandonné et ses muscles endoloris se manifestèrent. Le marin continua de progresser à travers la jungle jusqu’à tomber sur une route qu’il se décida à longer. A chaque bruit de moteur, Mike plongeait au milieu des plantes qui bordaient la route. Plusieurs fois il observa entre deux branches un camion chargé de soldats japonais conduit à toute vitesse. Au début de ce qu’il jugeait être l’après-midi au vu de la position du soleil et des gargouillements de son ventre affamé, Mike sentit une brise iodée venir le rafraichir. De plus en plus de piéton empruntaient la route, par prudence Mike s’enfonça dans la jungle et prit une trajectoire parallèle à celle de la route. Par intermittence il apercevait l’horizon qui séparait le bleu du ciel de celui de la mer. Au loin il vit une intersection, il se rapprocha en rampant jusqu’à pouvoir lire les panneaux. Il lut le nom de Batangas, une ville qu’il savait assez grande pour abriter plusieurs milliers d’habitants mais aussi une petite base navale japonaise. D’autre panneaux indiquaient des noms de lieux inconnus, surement des villes de moindre importance. D’après les souvenirs d'une conversation avec ses camarades, certaines iles aux alentours étaient contrôlées par des forces américaines, il jugea bon d’essayer de voler une embarcation afin de se rendre sur l’une d’elles. Mike prit le temps de déterminer qu’elle serait la meilleure route à suivre pour trouver ce moyen de quitter l’île.
 
[HRP]------------------------------------------------------------------------------------------------------------[HRP]
Voici venu le moment du choix, vous avez jusqu’au dimanche 28 mai à 12h pour voter.
 
Qu’elle direction choisit d’emprunter Mike ?
1 – Il se rend à Batangas.
2 – Il se dirige vers une ville au nom inconnu.
3 – Il décide de longer le littoral.
 
Lien : https://forms.gle/yGRAhjoJ4GPpVbBb8
Yoshida Itsuru
Yoshida Itsuru
Grand-frais
Autre pseudo : Eugen Winkel
Nation au Front Atlantique : Allemand
Flottille au Front Atlantique : 34.Unterseebootsflotte Phönix
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Kidô Butai - Ushirodate Kantai
Nombre de messages : 259
Age : 22
Date d'inscription : 21/08/2017

Infos
Nationalité: Japonais

Le soleil de la liberté  Empty Re: Le soleil de la liberté

Dim 04 Juin 2023, 12:01
Chapitre 3 
Mike resta caché à distance de l’embranchement, il observait les passants. Il ne mit pas longtemps à se rendre compte qu’il serait le seul occidental à emprunter les routes. Longer le littoral serait alors le choix le plus sûr pour essayer de trouver une embarcation.

Avec prudence Mike fit demi-tour et sortit de la jungle. Caché dans l’ombre des arbres, il scruta les alentours. Le soleil rayonnait au-dessus d’une mer calme, la plage était déserte. Pendant quelques secondes, l’américain se plut à s’imaginer passer des vacances ici.

Mais là situation ne se prêtait pas à la rêverie. Assoiffé au point de ne même plus sentir la faim il marcha à la lisière de la jungle jusqu’à apercevoir une maison au loin. Devant celle-ci Plusieurs embarcations étaient posées à même la plage.

Mike profita une fois de plus de la présence de la végétation pour masquer son approche. Un passage à travers les plantes, qui avait du être auparavant une route de terre, reliait la maison au reste de l’île. Celle-ci était faite de planches peintes en blanc et montée sur pilotis comme celles du village.

Deux des fenêtres était cassées et plusieurs planches manquaient sur les murs et le toit. Les plantes grimpantes s'étaient lancées à l’assaut des piliers de bois et de l’escalier. Ne détectant aucun signe de vie, Mike sortit de sa cachette et s’avança vers l’édifice. L’escalier craqua sous son poids mais ne s’écroula pas. Le sous-marinier tourna la poignée mais la porte résista. La batisse n’était peut-être pas si abandonnée qu’il le croyait. La porte dut être enfoncée à coups d’épaule.

L’intérieur était pauvre, une seule table, quelques chaises et du matériel divers. Mike trouva du fil de pêche et des hameçons qu'il glissa dans sa poche. Il mit aussi la main sur quelques biscuits secs et une gourde en métal à moitié remplie d’une eau croupie. En fouillant les autres pièces, l’ancien prisonniers rassembla d’autres objets qui pourraient l’aider. Mike considèra un tas de draps roulés en boule dans un coin, le manque de sommeil se faisait sentir et la maison lui offrait un abri protégé du soleil ou il pourrait se reposer.

Il envisageait encore cette idée quand l’escalier se mit à craquer. Dans l’entrebâillement de la porte apparut la tête d’un homme, visiblement un habitant local. Les deux hommes se regardèrent quelques secondes sans rien dire. Mike se ressaisit le premier.

- No danger. Friends. Friends, dit-il les paumes écartées.

L’indigène fit un pas en arrière, puis deux et se retournât pour dévaler l’escalier à toutes vitesse. Mike se lança à sa suite mais il était à peine arrivé en bas de l’escalier que l’homme disparaissait déjà au milieu des feuilles.

- Et merde, plus qu’à foutre le camp.

Le sous-marinier alla chercher ses affaires puis se précipita vers les embarcations. Parmi celles-ci une seule veille barque d’un peu plus de trois mètres de long disposait moteur et paraissait pouvoir prendre la mer.  Il jeta ses affaires à l’intérieur et remarqua sous un épais filet plusieurs bidons d’essence. Malheureusement un seul d'entre eux n’était pas vide, Mike le chargea puis entreprit de pousser la barque sur le sable jusqu’à la mer.

Quand l’eau arriva à la taille du marin, celui-ci se hissa à bord. Il dut s’y prendre à plusieurs fois pour démarrer le moteur. Il prenait tranquillement la direction du large quand un bruit de moteur se fit entendre à proximité de la maison. Une Moto-sidecar conduite par des soldats nippons déboulait à travers la jungle.

Mike s’allongea au fond de la barque mais à une centaine de mètre de la plage celle-ci fut repérée en un instant. Des détonations se firent entendre et plusieurs balles traversèrent la coque en bois. Le marin se protégea le visage de ses bras et récolta des éclats de bois sur tout le corps. Par chance les tirs s’arrêtèrent très vite et l’embarcation s’éloigna sous les cris enragés des soldats.

Une fois à bonne distance Mike se risqua à se relever. La tête lui tourna subitement, il eu à peine le temps de poser les genoux au fond de la barque avant qu’un voile noir n'obscurcisse sa vision, puis ce fut au tour de son esprit de tomber dans les brumes de l’inconscience.
 


Mike se réveilla sous un soleil de fin d’après-midi . C’est en sortant des abimes qu’il constata son triste état, il avait la bouche pâteuse, la gorge sèche, le ventre vide, la peau ensanglantée et le crâne douloureux. Prudemment il s’assit, puis se mit debout. Le moteur avait continué de fonctionner durant son évanouissement si bien que plus aucune terre n’était visible.
Peu à peu son esprit se remis à fonctionner à vitesse normale. Pour se protéger du soleil il utilisa un drap fixé à une des rames de la barque. Une fois à l’ombre il but à petites gorgées le contenu de la gourde. Malgré sa déshydratation il se força à conserver un peu d’eau, incapable de savoir combien de temps il passerait en mer.

Les balles avaient créé plusieurs petites voies d’eau que Mike reboucha tant bien que mal avec des éclats de bois avant d’écoper l'eau au fond de la barque.  Il retrouva les biscuits flottant à la surface et en mangea quelques-uns. L’eau les avait ramolli mais le sel venait empirer le gout déjà fade de l’aliment.

 Au crépuscule Mike refit un point. Il connaissait son point de départ approximatif, la position des grandes îles de la région notamment celle de Palawan et Panay et était bien décidé à les rejoindre. En se fiant à la position du soleil, puis de quelques étoiles remarquables il dirigea sa barque au travers d'une mer qui s’était creusée pendant la nuit. De temps en temps il s’allongeait pour une sieste de quelques minutes puis se réveillait et rectifiait la course de son embarcation.

Un peu avant l’aube, le sous-marinier du faire le plein du moteur. Il déroula aussi une ligne de pêche avec un morceau de biscuit en guide d’appât. Mike savait que les chances d’attraper quoique ce soit étaient minces, mais l’espoir le faisait tenir.

Durant la journée qui suivit il vit sa réserve d’eau continuer à s'amenuiser et malgré ses efforts les voies d’eau continuèrent d’inonder lentement l’embarcation ce qui l’obligeait à écoper de temps en temps. C’est dans une lumière de crépuscule qu’une forme se distingua au loin, une île !

Les dernières gouttes de carburant dans le réservoir permirent à la barque de se rapprocher de l’île. Mike démonta son abri de fortune puis se mit à ramer. Son entrain fut freiné quand il remarqua des lumières s’allumer le long de la cote. De nombreux feux de camp ainsi que des lumières filtrant au travers des fenêtres éclairées de l’ile scintillaient comme une multitude de couchers de soleil.

Prudent, Mike se mit accroupi dans la barque, seule sa tête émergeait du franc bord. Il remarqua que plusieurs embarcations d’une dizaine de mètres de long se dirigeaient vers les lumières. Situé à l’est de l’île le soleil ne découpait pas que la silhouette de sa barque sur l’horizon mais il rendait aussi compliqué de distinguer la nationalité du drapeau qui flottait à contrejour au milieu du camp.

Mike se demanda ce qu’il devait faire, mais à cours de carburant et presque sans vivres ni eau il devait forcément accoster. Le camp de nationalité inconnue n’était plus très loin, était-ce un des camps américains qu’avaient mentionné ses codétenus? La nuit noire serait la d’ici une ou deux heures, Mike devait établir un plan et prendre ses repères avant de ne plus rien distinguer.
 
 
[HRP]------------------------------------------------------------------------------------------------------------[HRP]
Voici venu le moment du choix, vous avez jusqu’au dimanche 11 juin à 12h pour voter.
 
Où Mike décide-t-il d’accosté ?
1 – Il se rend directement au camp inconnu.
2 – Il attend la nuit pour accoster à proximité du camp et s’y rendre prudemment à pied.
3 – Il préfère simplement ignorer le camp et s’éloigner de celui-ci avant d’accoster sur l’île.
 
Lien : https://forms.gle/ZYyeKARjq6pKv8C27
Yoshida Itsuru
Yoshida Itsuru
Grand-frais
Autre pseudo : Eugen Winkel
Nation au Front Atlantique : Allemand
Flottille au Front Atlantique : 34.Unterseebootsflotte Phönix
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Kidô Butai - Ushirodate Kantai
Nombre de messages : 259
Age : 22
Date d'inscription : 21/08/2017

Infos
Nationalité: Japonais

Le soleil de la liberté  Empty Re: Le soleil de la liberté

Dim 18 Juin 2023, 12:00
Chapitre 4
Mike préféra jouer la prudence et ne pas se lancer les yeux fermés vers ce camp inconnu, mais l’espoir et la curiosité le poussaient à s'en rapprocher. Il choisit donc un compromis, toujours à demi couché dans la barque il s’approcha d’un coin de la plage masqué du camp par des arbres.
Lorsqu’il posa les pieds sur le sable la lune avait commencé son règne. Il traina l'embarcation sur la plage pour aller la camoufler sous les arbres. Ne voulant pas s’encombrer il laissa dans le barque ce qui lui était inutile, c’est-à-dire presque tout.
Au fur et à mesure de sa marche vers le camp, le marin accélérait le pas. L’espoir agrandissait sa foulée et sa rationalité essayait avec bien peu de succès de la rétrécir. Il aperçut entre les branches le mat au sommet duquel se trouvait le drapeau. Mike plissa des yeux. Il aperçut une couleur, le rouge, puis une autre, le blanc. Mais le bleu manquait désespérément à l’appel.
L’ancien prisonnier resta figé devant ce faux espoir. Il ne lui restait plus qu’a tourner les talons et repartir ou de se laisser faire prisonnier à nouveau, une idée qui réjouissait son corps meurtri et affamé. Son esprit résolu à s’évader à tout prix imposa la décision finale et Mike repris son périple.
Dissimulé par la végétation, il contourna le camp  jusqu’à tomber sur une route. Il profita de la nuit pour s’éloigner autant que possible du camp en marchant sur la voie déserte. Quand la lumière du jour éclaira le ciel il s’enfonça dans la jungle pour s’endormir caché des hommes dans l’ombre de la végétation.
 


Mike se réveilla en fin d’après-midi, emprunter la route en pleine journée était dangereux aussi il la longea en restant dans la jungle. Malgré l’accumulation de la fatigue et une faim de plus en plus dévorante, le sous-marinier sentait son corps s’habituer à marcher parmi la dense végétation.
Il remarqua quelques caisses éventrées sur le bas-côté. Celle-ci était abimées, le bois semblait avoir cédé sous un choc. Elles devaient être tombé d’un camion. Il s’empressa de les trainer à couvert avant d’utiliser toutes ses forces pour les ouvrir au prix de plusieurs échardes.
Malheureusement deux des trois caisses ne contenaient que des couvertures, draps, clous et autres ustensiles de camp, mais la troisième avait heureusement un contenu plus intéressant pour un prisonnier en cavale. Mike remplit ses poches de biscuits militaires et récupéra une gourde. Elle était vide mais pourrait lui servir. Il déchira aussi l’un des draps pour s’en faire un foulard contre le soleil.
Le bois des caisses lui ont apporta aussi une information : Les caisses portaient toutes le même mot inscrit en caractères latins. Mike pensait au nom de l’ile sur laqu’elle il se trouvait bien qu’il soit incapable de la situer sur une carte. En tout cas sa petitesse supposée et le calme qui y règnait depuis son arrivée l’avaient convaincu d’une chose : il n’y avait pas d'autre américain sur l’île.
Il reprit la route, les poches gonflées de ses trouvailles. Plusieurs fois il tomba sur une intersection sans panneau indicateur. Il erra pendant toute la nuit jusqu’à retomber sur le camp japonais. Il était plus calme que lors de son arrivée, encore endormi dans l'aube naissante.
Il remarqua un peu à l’extérieur du camp plusieurs vedettes militaires alignées sur la plage. Il scruta avec encore plus d’attention les alentours et ne remarqua la présence que d’un seul garde qui somnolait contre un tronc d’arbre un peu à l'écart. Mike se glissa sans bruit jusqu’aux vedettes.
Il ne mit pas longtemps à remarquer qu’elles étaient en bien meilleur état que son embarcation précédente. Décidé à réussir son évasion il se mit à haler l’une des vedettes vers les vagues. Tant qu’il eut pieds il fit avancer son embarcation à la force des bras. Quand elle fut à l'eau le courant l'empècha d’avancer plus loin. Il se résolut donc à se hisser à bord de l’embarcation et à démarrer le moteur.
Le démarrage ne fut pas facile, les inscriptions inconnues forçaient le marin à tâtonner. Quand le moteur crachota il bondit à la barre tout en jetant un regard par-dessus son épaule. il s’éloignait du camp et ne distinguer aucun mouvement sur la côte. Peu à peu il augmenta le régime moteur et sa vitesse.
Dans le petit matin aucune embarcation ne le poursuivait. Son rythme d’homme nocturne se rappelait durement à lui. Il s’aménagea un espace de couchage dans la petite cabine, coupa le moteur et s’endormit au rythme des vagues contre la coque.
En émergeant de sa sieste il remarqua une myriade de points noir traversant le ciel. Une large formation d’avions faisait route vers un point de l’horizon. Bien que nombreux les avions volaient trop loin et trop haut pour qu'il puisse les identifier.
Toutefois la présence d’autant d’avions ne pouvait signifier qu’une chose, la présence de combattants qui partaient attaquer quelque chose ou retournaient à leur base après leur attaque, des alliés étaient donc dans ce secteur de l'océan. Mike décida qu’il était préférable de suivre la direction de la formation d’aéronefs plutot que de dériver au milieu de l’océan sans connaitre sa position exacte.
Il relança alors son moteur et barra immédiatement dans la trajectoire des appareils inconnus. La grande vitesse de la vedette lui permit de suivre le plus longtemps possible ses repères, au détriment du confort au sein de l’embarcation. Ceci ne suffixât pas et les avions disparurent.
Plusieurs dizaines de minutes plus tard les avions réapparurent. Des colonnes de fumée étaient visible à l’horizon et des points noirs coloraient le ciel. Une DCA féroce défendait une flottille de navires de ce qui semblait être un raid aérien.
Mike n’eu pas le temps de voire apparaitre les cheminées des bâtiments de guerre que les avions repartaient déjà dans sa direction. Leurs rangs étaient clairsemés et plutôt qu’une vraie formation, il ne s’agissait plutôt de petites escadrilles volant dans la même direction. Plusieurs avions laissaient une trace noire derrière eux, le moteur endommagé ou les réservoirs percés.
Un des avions s’écarta lentement de son escadrille et se dirigea vers l’embarcation isolée en pleine mer. Mike sentit son cœur se serrer. Est-ce que la disparition de la vedette avait était signalée et risquait-il de se faire mitrailler ? Un avion allié le prendrait il pour cible et le résultat serait il le même ? Cela pouvait être aussi un avion trop endommagé pour rejoindre sa base et qui se rapprochait pour être secouru. Mike était sur d’une chose, le pilote avait de meilleurs yeux que lui pour le repérer dans cette vaste étendue d’eau alors que lui ne voyait qu’une silhouette indistincte dans le ciel.
L’avion se mit à virer sur sa droite, il fit plusieurs tours perdant peu à peu de l’altitude. Et d’un coup l’avion se brisa, il sembla se replier sur lui-même. La chute fut terriblement rapide et l’aéronef toucha l’océan dans une grande gerbe d’eau.
Mike regarda un instant l’endroit vers lequel s'était abimé le pilote. Etait-il encore en vie ? Etait-ce un ami ou un ennemi ? Dans ce dernier cas était-il armé et dangereux ? Le marin regarda les fumées qui montaient au loin. Et eux, de quelle nationalité étaient-ils ? Cette flotte pouvait aussi bien être une flotte alliée qu’une flotte ennemie. Ne serait-il pas plus prudent de s'éloigner ?
 
[HRP]------------------------------------------------------------------------------------------------------------[HRP]
Voici venu le moment du choix, vous avez jusqu’au dimanche 25 juin à 12h pour voter.
 
Dans quelle direction Mike décide de diriger sa vedette ?
1 – Il prend la direction de l’avion qui vient de se briser.
2 – Il continu sa route en direction de la flotte.
3 – Il juge trop risquer de se montrer à d’autre humain et préfère s’éloigner de toute cette agitation.  
 
Lien : https://forms.gle/AkNz4HP5egiyo2dj9
Yoshida Itsuru
Yoshida Itsuru
Grand-frais
Autre pseudo : Eugen Winkel
Nation au Front Atlantique : Allemand
Flottille au Front Atlantique : 34.Unterseebootsflotte Phönix
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Kidô Butai - Ushirodate Kantai
Nombre de messages : 259
Age : 22
Date d'inscription : 21/08/2017

Infos
Nationalité: Japonais

Le soleil de la liberté  Empty Re: Le soleil de la liberté

Dim 02 Juil 2023, 12:22
Chapitre 5

Mike était un marin, il ne pouvait ignorer un homme en danger en mer. Il mit le cap sur le lieu du crash et se dressa de toute sa taille sur le pont de la vedette. La main en visière il scrutait la surface de la mer. Entre deux vagues il aperçut un bras émerger des flots et lui faire signe.

Mike manœuvra son embarcation pour rejoindre le naufragé. Celui-ci s’agrippa à l’avant et le prisonnier se précipita pour l’aider à monter à bord. Un sourire éclaira son visage en reconnaissant des traits occidentaux sur le visage du malheureux. Le pilote eut aussi une expression de satisfaction en constatant que le propriétaire de la vedette ne portait pas l’uniforme japonais.

Le pilote se redressa et fit face à Mike. Il le dévisagea pendant un instant avant de bomber le torse et de lui tendre la main.

- Tom Scott, pilote de chasse. Merci d’être venu à mon secours.

Le marin lui serra la main tout en se présentent à son tour.

- Mike, de l’US Navy, actuellement en cours d’évasion d’un camp de prisonnier.

Tom leva un sourcil en reconsidèrant l’homme devant lui. Les vétements de Mike avaient souffert des affres du temps mais avec cette précision Tom arriva à reconnaitre l’uniforme de la Navy.

- Et bien, je n’aurai jamais pensé être secouru par un prisonnier, encore moins en pleine mer, dit Tom en se coiffant de nouveau de son sourire.

- C’est votre jour de chance. Même si c’est plutôt à moi que vous venez en aide.

- Comment ça ?

- Ca fait plusieurs jours que j’erre sans savoir où je suis, avoua Mike gêné.

Tom ne put retenir un fou rire dans lequel accompagné par son camarade quelques secondes plus tard.

- Je sens qu’une grande coopération peut naitre entre nous. Montre-moi une carte et je vais te guider.

Malheureusement Mike ne possèdait pas de carte. Après avoir fouillé la vedette ils trouvèrent bien un peu d’eau mais toujours pas de carte. Tom se résigna à arracher une planche du pont et grava une carte sommaire dessus à l’aide de son couteau. Avec l’aide de la carte de Tom et des informations sur l’avancée américains dans les Philippines, Mike guida la vedette vers une île contrôlée par l’armée américaine.

Mike et Tom discutèrent de leurs aventures respectives, Mike apprit que le raid auquel avait participé le pilote était dirigé contre une flotte de croiseurs et destroyers. Les deux hommes était assez différents, Tom venait à peine d’avoir 19ans et s’était engagé volontairement l’année précédente tandis que Mike était déjà un sous-marinier expérimenté lors de son naufrage. Au crépuscule ils partagèrent les biscuits militaires de Mike. Puis le pilote de chasse alla se coucher et Mike prit le premier quart de la nuit.

La fatigue lui tomba dessus d’un seul coup. Depuis que Tom était à bord il n’avait pas fermé l’œil et la seule sieste de la journée n’avait pas réussi à le reposer suffisamment. Mile regarda la silhouette endormie du pilote, sa gaité et le fait d’avoir quelqu’un avec qui parler l’avait maintenu éveillé. Tom lui rappelait le Josh toujours joyeux du début du conflit, mais la guerre et la détention l'avaient brisé.

Perdu dans ses pensées le marin ne vit pas le temps passer et s’assoupit même plusieurs fois à la barre avant d’aller réveiller le pilote pour le changement de quart.

Lorsque Mike émergea de son sommeil le soleil était déjà haut dans le ciel. Tom barrait en scrutant le ciel et l’horizon. De l’eau et des biscuits étaient à côté du marin.

- Enfin réveillé, l’interpella Tom.

- Tu aurais pu me réveiller quand même.

- Après tout ce que tu as vécu sans dormir ? Certainement pas.

Mike se tut et grignota son petit déjeuner en remerciant intérieurement Tom. Cette nuit de sommeil sans avoir à se soucier d’être découvert ou de trop dériver avait été reposante. Après avoir repris quelques forces le marin releva son ami à la barre.

Lorsque la montre de Tom indiqua midi la tension monta peu à peu. Cela faisait plusieurs heures qu’ils auraient dû toucher terre mais l’horizon restait désespérément vide. Soit ils avaient dérivé soit la carte sommaire de Tom était inexacte et ils avaient pris un mauvais cap. Les deux hommes ne perdirent pas espoir et quand il ne fit plus aucun doute qu’ils étaient perdu ils se relayèrent à la barre pour guider le navire tandis que l’autre scrutait le ciel.

La journée passa sans qu’ils aperçoivent aucun signe d’activité humaine. Et comme la nuit précédent Mike prit le premier quart. Cétait presque l’heure de réveiller Tom quand une lueur se détacha sur bâbord. Elle disparut avant que Mike puisse la localiser avec précision mais d’autres éclatèrent dans la même zone.

- Tom ! hurla Mike. Tom ! Réveille toi, je vois des explosions.
Le pilote rejoignit le marin et observa dans la direction que Mike lui indiquait.

- Tu as raison. On dirait qu’il y a une bataille sur une ile. Si on s’affronte là-bas, ça veut qu’il y a des américains.

La vedette fonça à toute vitesse vers l’ile, guidée par Tom qui de la proue assurait la vigie grâce sa meilleure vision. Le pilote demanda à Mike d’accoster un peu à l’écart des combats pour éviter d’être pris dans la confusion règnante.

Tom sauta sur la plage et se retourna en direction de Mike.

- Viens vite ! Allons retrouver nos amis.

Puis il s’élança à l’intérieur des terres sans prêter attention aux détonations qu’il entendait au loin. Le marin sauta à son tour sur le sable et s’engagea sur les traces du pilote. La végétation était moins dense que sur les autres iles mais elle arrivait quand même à ralentir Mike tandis que par sa meilleur condition physique, Tom progressait sans problème.

Le prisonnier perdit Tom de vue et au moment où il voulut l’appeler il entendit une détonation plus proche que les autres. Mike se rapprocha discrètement jusqu’à entendre des cris en japonais. Une fois de plus, il découvrait avec horreur qu’il n’avait pas accosté du bon côté de l'ile. Mais c’est éffaré qu’il entendit la voie de Tom répondre aux japonais.

- Oui je suis seul. Je suis un pilote abattu.

Tom venait d’être capturé à quelques pas de la liberté. Et tout comme Josh avant lui, voici que Tom lui offrait une porte de sortie. Mike tendit l’oreille, aucun bruit de pas ne venait dans sa direction. Il n’avait pas éte découvert, ce qui lui laissait le choix de décider son prochain mouvement.

[HRP]------------------------------------------------------------------------------------------------------------[HRP]

Voici venu le moment du choix, vous avez jusqu’au dimanche 9 juillet à 12h pour voter.

Tom vient d’être capturer, que décide de faire Mike ?
- Le marin profite de l’avertissement de son allié pour retourner à la vedette et s’enfuir.
- Se sachant en infériorité, il préfère suivre à distance Tom et ses geôliers pour tenter de le libérer quand l’occasion se présente.
- Mike profite de ne pas avoir été découvert pour essayer de profiter de l’effet de surprise pour tenter de rendre sa liberté à Tom.

Lien : https://forms.gle/vBh59TBy1MHLyW6G8
Yoshida Itsuru
Yoshida Itsuru
Grand-frais
Autre pseudo : Eugen Winkel
Nation au Front Atlantique : Allemand
Flottille au Front Atlantique : 34.Unterseebootsflotte Phönix
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Kidô Butai - Ushirodate Kantai
Nombre de messages : 259
Age : 22
Date d'inscription : 21/08/2017

Infos
Nationalité: Japonais

Le soleil de la liberté  Empty Re: Le soleil de la liberté

Dim 16 Juil 2023, 12:01
Chapitre 6 


Mike s’approcha aussi silencieusement que possible du groupe d’hommes. Entre deux arbres il aperçut les uniformes vert foncé des soldats nippons. Alors que le groupe lui tournait le dos, le marin se saisit d’une branche tombée au sol et s’élança vers eux.

Les japonais se retournèrent en entendant ses pas, mais malheureusement trop tard. Les soldats n’eurent pas le temps de lever leur arme que Mike abattait la branche sur le crâne du proche des quatre en hurlant à pleins poumons.

Sous la violence du choc la branche se brisa et le soldat s’effondra. Continuant sur sa lancée il utilisa le morceau de bois pour viser la gorge d’un autre soldat. Le bout brisé pénétra le cou et déversa un flot de sang.

Tom réagit enfin, il n’avait pas encore les mains liées et en profita pour frapper un soldat et l’envoyer par terre. Le dernier soldat debout n’eut pas le temps de comprendre que la menace venait maintenant aussi dans son dos que l’aviateur l’étranglait par derrière.

Mike en profita pour frapper le soldat et lui faire lâcher son arme. C’est alors qu’il remarqua que le premier soldat qu’avait frappé Tom se relevait. Il était trop loin pour le frapper, il se baissa pour récupérer le fusil japonais. En se relevant les deux hommes se mirent en joue, deux détonations résonnèrent en même temps. Le marin vit une dernière fois les étoiles à travers la canopée avant de sombrer dans le néant.
 


Mike gémit avant d’ouvrir difficilement les yeux. Il avait l’impression qu’une barre de métal en fusion était coincée entre ses côtés. Il remarqua que quelqu’un, était en train de le hisser à bord d’une embarcation. Mike toussa et cracha un peu de sang.

- Tien bon, je vais t’emmener voir un médecin, dit une voix masculine.

Ce n’est que quand l’inconnu le déposa sur le pont et se pencha sur lui que Mike se remémora les derniers jours. Il en déduisit que Tom l’avait transporté jusqu’à la vedette et qu’ils s’apprêtaient à reprendre la mer.

- Tu es enfin réveillé ! J’ai cru que tu étais mort pendant un instant.

- De l’eau, demanda Mike que la blessure n’avait pas réussi à faire oublier l’état de déshydratation.
- Pas maintenant, on doit fuir au plus vite. 

Tom sauta sur la plage et commença à pousser la vedette vers la mer. Le marin voulut se lever pour l’aider mais la barre de fer bougea à l’intérieur de lui en lui arrachant un cri.

- Bouge pas, lui ordonna Tom. Reste calme on y est presque.

Mike jeta un regard à sa poitrine et vit que le pilote avait utilisé un bout d’uniforme japonais pour en faire un pansement de fortune qui entourait tout son torse. Mike se laissa retomber sur le pont tandis que Tom montait à bord pour allumer les moteurs.

En quelques secondes l’embarcation s’était éloignée de la plage, avait fait demi-tour et prenait maintenant la direction du large. Toujours un peu confus le marin ne put que constater que les étoiles bougeaient dans le ciel, chaque fois que la vedette retombait dans l’eau en franchissant une vague il serrait les dents pour ne pas laisser échapper un cri de douleur.

Tom parcourut des kilomètres entiers en suivant le rivage à la recherche d’une présence américaine. Les minutes lui parurent interminables avant qu’il remarque plusieurs uniformes familiers sur la plage. Il lança alors la vedette vers eux mais très vite il entendit les balles siffler au-dessus de lui. Par réflexe il baissa la tête et dévia de sa trajectoire.

Soudain, il se sentit brutalement freiné quand la vedette s’échoua à pleine vitesse sur la plage. Mike poussa un cri qui déchira la nuit. Tom jeta un regard vers son ami qui gisait inconscient sur le pont. Il n’eut pas le temps de se rapprocher de Mike que les tirs dans sa direction reprenaient.

Il sauta de l’embarcation à l’opposé des tirs et enleva avec précipitation sa chemise. Elle n’était plus aussi blanche que lorsqu’il avait décollé mais de toute façon cela n’avait pas beaucoup d’importance dans la nuit. Il l’agita au-dessus de sa tête en criant à pleins poumons « US Air Force ! US Air Force ! »

- Sortez les mains en l’air ! intimida une voix de l’autre côté de la vedette.

Tom sortit alors de sa cachette avec les mains bien en évidence. Il ne s’était pas trompé, c’était bien des américains qui se tenaient devant lui. A toute vitesse il déclina son identité et son affectation avant de rajouter.

- J’ai un ami qui est blessé sur la vedette. Il lui faut un médecin et vite !

Pendant plusieurs secondes les soldats regardèrent Tom sans bouger, il était difficile de croire que quelqu’un de l’US Air Force puisse débarquer sur une plage à bord d’une vedette japonaise. C’est alors que le lieutenant qui commandait l’unité fit un mouvement du menton vers la vedette avant de se diriger vers Tom. Tandis que la distance entre lui et Tom se réduisait un autre soldat s’avança vers l’embarcation.

- Papiers, demanda le lieutenant à Tom.

Tom resta sans bouger, surpris par cette demande. Le lieutenant dut reposer sa question pour que Tom réagisse enfin. Ne sachant où étaient ses papiers, ils les avaient même peut-être perdus en mer, il donna sa plaque d’identification à l’officier.

- Il y a un qui se vide de son sang à bord, cria le soldat qui était maintenant sur le pont de la vedette.

Les quelques secondes que prit le lieutenant pour examiner sa plaque d’identité parurent durer une éternité à Tom. Il cria enfin direction de la jungle.
- Joseph, ramène-toi ! On a besoin de toi !

A ce moment une petite équipe d’hommes sortit de la jungle, bien qu’ils n’arboraient aucune croix rouge leurs équipement était inhabituel pour des soldats. Les médecins ne portaient plus de signe distinctif depuis qu’ils étaient devenus les cibles prioritaires des japonais. Le lieutenant leurs désigna la vedette vers laquelle il se précipitèrent.

- Ne le prenez pas mal, mais je ne peux pas encore vous croire sur parole. Tous ça est encore trop bizarre pour moi.

Tom secoua négativement la tête avec un sourire à la fois ironique et soulagé.

Pendant plusieurs minutes ils restèrent debout sur la plage tandis que le médecin s’afférait auprès du blessé.  Quand les premiers soins furent administrés à Mike, une partie de l’équipe médicale, Tom et une garde de soldats prirent la direction du camp.

Tandis que Mike était emmené dans la tente médicale, Tom fut placé sous surveillance et plusieurs officiers vinrent l’interroger. Tom déclina son identité, celle de Mike et raconta leur histoire du mieux qu’il put.

Vers midi, le lieutenant qui les avait secourus sur la plage vint retrouver Tom. Il avait les traits tirés de fatigue à cause de sa patrouille nocturne.

- Les vérifications ont était faites. Vous et votre collègue êtes maintenant libre. Désolé de vous avoir tiré dessus.

- Comment va Mike ? s’inquiéta Tom.

- Je crois qu’il est tiré d’affaire. Vous pouvez aller le voir, dit le lieutenant en lui indiquant la tente médicale.

Alors que Tom le dépassait, il rajouta une phrase.

- Encore bravo à vous deux, si la version que votre ami vous a donné est vrai, je pense que vous êtes les plus chanceux et talentueux évadés dont j’ai entendu parler.

Tom le remercia d’un sourire avant de prendre la direction de la tente malgré son propre épuisement.
 
[HRP]------------------------------------------------------------------------------------------------------------[HRP]

Bonjour tout le monde !

Comme vous pouvez le voir Mike et Tom ont réussi à enfin retourner dans les lignes amies et ceci marque donc la fin de se RP participatif. Je tiens à remercier tous ceux qui ont lu et surtout tous ceux qui ont participé pour faire vivre se RP.

Si cette expérience vous a plu et que je peux toujours écrire ce type d’histoire, on peut pourquoi pas penser à faire d’autre RP.  En attendant si je peux vous solliciter une dernière fois que vous soyez simple lecteur silencieux ou que vous avez participé au vote, ne serait-ce qu’une seule fois. J’aimerai que vous répondiez au questionnaire afin d’améliorer cette expérience.

https://forms.gle/ZsQk417cctRfQQg3A
Sur ce, je vous dis au revoir et peut être à bientôt.

Bon vent
Contenu sponsorisé

Le soleil de la liberté  Empty Re: Le soleil de la liberté

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum