Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : la prochaine extension Pokémon sera EV6.5 Fable ...
Voir le deal

Aller en bas
Un Homme ordinaire
Un Homme ordinaire
Bonne brise
Autre pseudo : Capitaine Nemo
Nation au Front Atlantique : Toute
Nation au Front Pacifique : Toute
Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 10/06/2010

Opération Shori no anbiryu Empty Opération Shori no anbiryu

Jeu 30 Juin 2011, 23:46
Opération Shori no anbiryu

Carte de la zone des combats
Opération Shori no anbiryu 1tim









Opération Shori no anbiryu Type95Ha-Go

Les Ha-Go de la 128ème brigade mixte autonome quittait Dili en premier. Les renforts arrivé samedi au Timor avait passé plusieurs jours à être débarqué et s'organiser. Plusieurs réunions entre le Colonel Ishiga et le Général Onaga avaient eu lieu pour coordonner la contre offensive contre Koepang. Le front se trouvait à présent dans la jungle et les montagne du Timor sur la ligne Ocussi-Soé-Kolbano et les deux camps s'étaient retranchés dans leur position ces dernières semaines. L'effort principale aurait lieu sur la 60aine de kilomètre de la route principale et quasi unique de Soé à Koepang. Y progresser ne serait pas facile... Cependant la nouvelle du bombardement de Koepang par la marine impériale avait booster le moral des soldats.

Le Lieutenant Gunya menait son escadron de char le long de la côte en direction du sud. Les tankettes Te-Ke plus que dépassé étaient restés au port en réserve, leurs équipages servant de réserve aux équipages des chars légers. L'infanterie progressait plus lentement derrière au pas cadencé habituel. Il faudrait encore quelques jours avant de parcourir les 120 kilomètres jusqu'à Soé mais lorsqu'ils arriveraient les alliés allaient vite regretter d'avoir mis le pied sur cette île !


Dernière édition par Un Homme ordinaire le Mer 13 Juil 2011, 17:53, édité 1 fois
Un Homme ordinaire
Un Homme ordinaire
Bonne brise
Autre pseudo : Capitaine Nemo
Nation au Front Atlantique : Toute
Nation au Front Pacifique : Toute
Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 10/06/2010

Opération Shori no anbiryu Empty Re: Opération Shori no anbiryu

Sam 02 Juil 2011, 01:24
Opération Shori no anbiryu 2505204590106588025S600x600Q85

Sergent Brooks du 22ème régiment de marines des États-Unis inspectait les positions du régiment. Les sacs de sable s'entassaient lentement le long de la pente au nord de la route principale. Les combats au Timor avait duré plusieurs semaines et les japonais avait été obligé de reculer jusqu'à Soé. Mais malgré plusieurs assauts répétés le village et le carrefour stratégique associé n'avait pu être repris. Faute de pouvoir avancer les marines c'étaient enterrés pour éviter les bombardements sporadiques des restes de l'artillerie japonaise. Plus au sud et au nord les australiens se battaient dans les montagnes et les jungles, leur mission n'étaient guère plus enviable que celle des marines condamnés à progresser le long de la seul route viable entre Koepang et Soé.

Au loin une explosion se fit entendre, puis des rafales de tirs, quelques cris et enfin le calme revint. Probablement un accrochage de patrouilles... Les japonais avaient augmentés le nombre de patrouilles pour repérer les positions américaines, nulle doute que cela avait un rapport avec les renforts qui avaient été signalé il y'a quelques jours à Dili.
Un Homme ordinaire
Un Homme ordinaire
Bonne brise
Autre pseudo : Capitaine Nemo
Nation au Front Atlantique : Toute
Nation au Front Pacifique : Toute
Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 10/06/2010

Opération Shori no anbiryu Empty Re: Opération Shori no anbiryu

Mer 06 Juil 2011, 00:27
Opération Shori no anbiryu Hollandiamedic

Les premiers blessés commençait à converger vers l'arrière depuis maintenant quelques heures. Deux attaques japonaises s'étaient déjà brisées sur les défenses américaines mais les pertes s'accumulait, affaiblissant la ligne de front. Les médecins profitait du répit entre deux combats pour évacuer les blessés les plus sérieux et pour récupérer les blessés dans les positions les plus avancés.

Brooks regardait les médics s’affairer autour d'un gars de la 3ème escouade qui avait pris une balle dans le côté gauche de l'abdomen. Ils ne parvenaient pas à stopper le saignement mais le pauvre marine s'accrochait à la vie comme pas possible. A quelques mètres une grenade de mortier tomba en déchiquetant les sous bois. Elle fut bientôt suivit d'une autre, puis d'une autre et ainsi de suite: les japonais avaient manifestement perdu l'envie de charger les positions retranchés des marines et avait relancé leur bombardement. Les médics ne s'arrêtèrent pas pour autant et parvinrent enfin à stopper l’hémorragie. Ils chargèrent le marine sur la civière et l'emportèrent vers l'arrière en zigzagant entre les impactes d'obus. Le pauvre marine n'était pas tiré d'affaire, le seul hôpital de campagne véritable était à Koepang, à plusieurs dizaines de kilomètres de routes en mauvaise état sur un des rares camions. La situation était à ****, tout le monde le savait mais le moral restait haut, les dernières nouvelles signalaient que des renforts en provenance d’Australie était organisé. Quand à la question si ils arriveraient à temps, personne n'osait vraiment y songer...
Un Homme ordinaire
Un Homme ordinaire
Bonne brise
Autre pseudo : Capitaine Nemo
Nation au Front Atlantique : Toute
Nation au Front Pacifique : Toute
Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 10/06/2010

Opération Shori no anbiryu Empty Re: Opération Shori no anbiryu

Mer 13 Juil 2011, 17:52
Opération Shori no anbiryu 71370-004-192D0BC0

Les baraques en bois de Benu était pour la plupart en flamme ou en ruine. De temps en temps des ombres se dessinaient devant les flammes lorsque les soldats passaient en courant entre les restes des "rues". Le 22ème de US Marines tenait la position depuis 3 jours sans interruption depuis la retraite des lignes devant Soé. Benu surplombait la route vers Camplong et donc vers Koepang. Les quelques canons antichar américains avaient pu y stopper la colonne blindé ennemis en détruisant quatre chars qui bloquaient à présent la route. La nouvelle de la chute de Oetune et la retraite du 23ème régiment de marines vers Benu leur parvenu le matin même. Le croisement juste au contrebas de Benu étant le croisement de la route Benu-Koepang et benu-Oetune: le seul moyen de retraite du 23ème si ils ne voulaient pas abandonner leur matériel lourd et devoir passer par la jungle et les montagnes... Benu devait tenir encore quelques heures jusqu'à l'arrivé du 23ème.

Brooks courrait le long de la rue principale vers le bunker de commandement improvisé, Peter son opérateur radio sans radio, détruite il y'a plusieurs jours, le suivait de près. Le sol trembla lorsqu'une nouvelle salve de roquettes japonaises se fracassèrent dans le village sans crier gare. Books se jeta à couvert d'un muret. C'était la première fois qu'on avait à faire face à une artillerie de roquette japonaise, et l'expérience était absolument pas plaisante pour les marines... Brooks regarda autour de lui pour évalue la situation: pas d'impact à proximité, probablement une salve dirigé vers l'arrière du village où l’hôpital de campagne et l'approvisionnement permettait au régiment de tenir la zone. Il se releva et aida Peter qui s'était jeté derrière le muret à se relever.

Ils continuèrent de courir le long de la rue avant de tourner à droite vers la place du village. Plusieurs tranchés et abris avaient été creusé par les gars du génie et le tout avait été renforcé par des rondins de bois. Il entra dans le bunker principale, le colonel Kemp l'y reçu avec un air grave.

"Sergent, qu'est ce que vous faites là ?

- Colonel, la ligne nord a été renforcé depuis l'assaut japonais de cette nuit mais on manque cruellement de munitions, surtout pour les mitrailleuses et les mortiers. On aura à peine de quoi repousser une nouvelle attaque.

- La route vers Koepang est une vrai catastrophe et on manque de camion. Sans parler des chasseurs jap' qui ont mitraillé le convois de hier et bloqué la route pendant plusieurs heures... Va falloir faire avec sergent. Plusieurs camions ont quitté Koepang ce matin d'après le dernier message radio, paraitrai même qu'ils ont recruté des locaux pour qu'ils transportent des caisses de munitions avec leurs charrettes... elle est belle l'armé américaine je vous le dit sergent !

Une autre figure entra dans le bunker en pestant, c'était le colonel Flanagan de la 19ème brigade australienne qui avait renforcé le régiment américains pour tenir Benu. En voyant Brooks il le salua brièvement avant de s'adresser à Kemp:

- Un vrai bordel, les roquettes ont détruit deux jeeps qu'ont avaient affecté à l’évacuation des blessés, cinq blessés légers et deux graves parmi les gars de l'intendance. il frappa son casque deux fois contre les murs en bois pour se débarrasser de la poussière et le jeta sur le reste de ces affaires dans un coin. Si on doit reculer on va avoir des problèmes avec tout les blessés encore ici...

- Parait que l’hôpital centrale de Koepang est surchargé, vont ptet même essayer d'évacuer des blessés à bord d'un navire hôpital... Ça sens pas bon tout ça. Rétorqua Kemp. Puis en ce retournant vers Brooks ordonna: Sergent retournez à la ligne, je vous ferrais savoir quand la prochaine livraison de munitions arrivera , je dois aussi contacter les autres compagnies pour voir où ils en sont, disposez !

Brooks salua le colonel et sortit du bunker où Peter l'attendait.

- Alors on va les recevoir ces munitions ?
l’accueilli l'opérateur radio.

- Va falloir faire sans probablement, s'il le faut on les butera au couteau ces enfoirés de jap' répliqua Brooks et tout deux ce mirent en route pour rejoindre leur compagnie.

HRP: une carte de la région a été insérer dans le RP de départ pour une meilleur compréhension des RP déjà en place et à venir.
Un Homme ordinaire
Un Homme ordinaire
Bonne brise
Autre pseudo : Capitaine Nemo
Nation au Front Atlantique : Toute
Nation au Front Pacifique : Toute
Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 10/06/2010

Opération Shori no anbiryu Empty Re: Opération Shori no anbiryu

Mer 20 Juil 2011, 01:50
Opération Shori no anbiryu Disabled_Japanese_tank_at_Biak

Le Lieutenant Gunya profitait d'une interruption dans les pluies qui tombaient sur le Timor depuis plusieurs jours pour contempler le désastre. La colonne de blindé japonaise était embourbé et n'avançait plus depuis des heures... Les derniers jours n'avaient été qu'une répétition sans fin de la même routine: dégager les chars avancer de X mètres, re-dégager les chars etc... Les deux bataillons du génies avaient beau couper arbre sur arbre pour consolider la route avec des rondins, les chars légers nippons glissaient ou s'enfonçaient régulièrement. De plus autant l'infanterie avançait sans trop de mal, autant tout leur matériel lourd était bloqué sur la route avec les chars.

Mais le mauvais temps n'avait pas été une catastrophe que pour les japonais. Les alliés qui avaient après quatre jours de combats à Benu commencés leur retraite vers Camplong avait été obligé d'abandonner une bonne partie de leur matériel, notamment les canons antichars qui avaient auparavant couté plusieurs chars aux nippons. Une nouvelle qui avait réjouis bon nombre des équipages de chars. L'offensive avait cependant été suspendu pendant près de trois jours maintenant laissant tout le temps aux alliés de se renforcer à Camplong ou de se retirer plus loin vers la zone de Koepang. Déjà les rumeurs qu'un prisonnier australien aurait déclaré que des renforts étaient prévue pour une contre offensive faisait le tour des troupes. Le moral des troupes ayant déjà pris un coup à cause de la pluie ne s'en portait pas mieux.

Au loin des coup de feu retentirent. Les patrouilles de chaque camps se livraient régulièrement des combats féroces pour établir le contact avec la force principale ennemie. Gunya alla rejoindre son char en évitant de perdre une chaussure dans la boue. Les premières gouttes commençaient à tomber, dans quelques minutes il ne tarderait pas à tomber des trombes, autant aller à l'abri et attendre. Encore attendre...
Un Homme ordinaire
Un Homme ordinaire
Bonne brise
Autre pseudo : Capitaine Nemo
Nation au Front Atlantique : Toute
Nation au Front Pacifique : Toute
Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 10/06/2010

Opération Shori no anbiryu Empty Re: Opération Shori no anbiryu

Sam 30 Juil 2011, 23:26
Opération Shori no anbiryu Pr1610

Brooks ramassa une poignée de tractes japonais. Largués depuis deux jours ces torchons promettaient un sauf conduit aux soldats alliés. Personne n'y faisait réellement attention, les histoires du sort réservé aux prisonniers de guerres des Philippines et de Malaisie étaient trop bien présent dans la tête de chacun.

Le calme régnait sur le front et Brooks scrutait les sous-bois de la jungle où s'étaient enterré les jap'. La pluie s'en était partie mais avait laissé un souvenir sous la forme de maladie en tout genre... Les nippons eux n'avait nul intention de s'en aller, ça c'était clair. Ces tractes étaient le calme avant la tempête... et la défense de Koepang n'avait plus grand chose à offrir. Les renforts promis n'arrivaient pas et le nombre de blessés et malades commençait à dépasser le nombre de soldat actif.

Le ventre de Brooks se fit entendre et une crampe dans le bas ventre suivit de peu. Une semaine que la moindre nourriture qu'il absorbait passait mal. Il sourit en cherchant un coin tranquille: mine de rien ces tractes allaient servir à quelque chose finalement...
Un Homme ordinaire
Un Homme ordinaire
Bonne brise
Autre pseudo : Capitaine Nemo
Nation au Front Atlantique : Toute
Nation au Front Pacifique : Toute
Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 10/06/2010

Opération Shori no anbiryu Empty Re: Opération Shori no anbiryu

Ven 05 Aoû 2011, 23:54
Le jour se lève sur la planète Timor...


Opération Shori no anbiryu Tinian_Town_after_destruction_by_US_bombardment

Koepang outragé ! Koepang brisé ! Koepang martyrisé ! Mais Koepang... Non Koepang en ruine c'est tout. Des mois de combats acharnés pour ce port misérable d'une colonie néerlandaise, qui l'eut crus. Brooks et les restes de sa compagnie tenaient une colline au nord de la petite ville en ruine et avait une vue imprenable sur ce qui en restait. L'assaut allié avait loin d'être tendre et les combats acharnés pour repousser les japonais de l'ouest du Timor avait réduit en cendre à peu près tout les villages du coin. La population civile vivait entre les lignes de fronts et dans des conditions misérables depuis des mois et la mortalité était terrible.

La défense de Camplong, puis d'Oesau, et enfin de Naketuka et son ancien aérodrome japonais avait couté cher aux forces alliés. La défense acharné autour des anciens bunkers de l'aérodrome de Naketuka avait été particulièrement sanglant, seul la huitième charge japonaise menée par les chars nippons avait put briser les lignes des GIs. Mais les australiens et américains étaient à bout de souffle. Le blocus japonais avait coupé tout apport de munitions et ravitaillement et les blessés s'entassaient dans les ruines des Koepang malgré les courageux sous-marins alliés qui avaient évacué plus de cent blessés. Brooks avait son dernier chargeur dans sa Thompson, les mortiers n'avaient plus de munitions depuis longtemps et les mitrailleuses rationnaient leur salve pour palier au pire. Une belle journée s'annonçait...
Un Homme ordinaire
Un Homme ordinaire
Bonne brise
Autre pseudo : Capitaine Nemo
Nation au Front Atlantique : Toute
Nation au Front Pacifique : Toute
Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 10/06/2010

Opération Shori no anbiryu Empty Re: Opération Shori no anbiryu

Dim 07 Aoû 2011, 02:58
Opération Shori no anbiryu File

Gunya était pressé à terre à un jet de pierre du Chi Ha en flamme. Un tir de bazooka avait frappé frontalement le char et tué sur le coup le conducteur. A travers la fumée d'huiles et du chauffeur en flamme Gunya avait pu s'échapper par la trappe supérieur. Les balles qui fusaient dans tout les sens l'avaient forcé à terre après quelques sauts. Les deux autre membres d'équipages n'étaient pas sortie du char derrière Gunya et cela ne présentait rien de bon, le char fumait et se consumait tranquillement depuis près de deux minutes. Les chars qui avançaient derrière le char de tête de Gunya commencèrent à ouvrir le feu sur la ligne de défense américaines. Les obus commencèrent à labourer le flanc de la colline et les mitrailleuses arrosaient généreusement la position du bazooka qui avait détruit le char de tête.

Gunya en profita pour ramper vers les chars derrière lesquels attendaient l'infanterie. A quelques mètres du premier char deux soldats sortir du couvert en courant et en le prenant sous les bras tirèrent Gunya à l’abri. L'échange de feu continua plusieurs dizaines de minutes alors que Gunya essuyait le sang de ses mains et un soldat lui appliqua un pansement à la jambe gauche qui avait souffert de plusieurs brûlures. Après avoir observé observé les positions américaines sur la collines à la jumelle il alla parler aux chefs de chars pour leur dire de continuer à maintenir la pression sans avancer. Étant revenu avec un observateur d'artillerie vingt minutes plus tard il se sentait déjà beaucoup mieux. Obus et roquettes allaient ouvrir la voie...
Un Homme ordinaire
Un Homme ordinaire
Bonne brise
Autre pseudo : Capitaine Nemo
Nation au Front Atlantique : Toute
Nation au Front Pacifique : Toute
Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 10/06/2010

Opération Shori no anbiryu Empty Re: Opération Shori no anbiryu

Dim 07 Aoû 2011, 15:35
Opération Shori no anbiryu USMC-M-IwoJima-p125

Le groupe de soldats étaient composés d'américains et australiens pêle-mêle. Les escouade et compagnie avaient trop souffert de pertes et blessés pour continuer de subsister et au fur et à mesure de la défense des groupes de combats indépendant c'étaient formé. Derrière une bute à la végétation déchiqueté le groupe se reposait un instant. Ils avaient quitté leur précédente position il y'a trente minute et les jap' n'allaient pas tarder à reprendre leur avance. Ce stop-and-go avait duré toute la matinée et la cercle autour de Koepang se resserrait d'heure en heure. Plus au nord dans les hauteurs escarpés des combats sanglants avaient lieu et le brut des explosions et coups de feu témoignaient de la violence de l'affrontement. Si les hauteurs tombait Koepang était encerclé et ensuite il ne serait plus qu'une question d'heure avant que la reddition soit inévitable.

Le groupe de Brooks, qu'il menait avec un sergent australien, défendait les trois collines surplombant la route entrant dans Koepang. Les blindés qu'ils avaient stoppé net le matin n'avaient pas repris leur progression, cependant la supériorité écrasante de l’artillerie japonaise les avaient chassés de leur position de la première colline. A présent Brooks comptait sur une série d'embuscades dans le terrain entre la première et la deuxième colline pour ralentir la progression nippone. Les bazookas et armes lourdes ayant été déployé le long de la route pour stopper toute nouvelle initiative des blindés japonais, la défense mobile se faisait à coup de bon vieux fusils M1 et avec une mitrailleuse japonaise capturée dans les stocks de Koepang.

Le terrain et la végétation était dévasté et était propice à la défense, c'était le même terrain sur lesquels Brooks et ses marines avaient combattus il y'a quelques mois pour prendre Koepang et les cratères formés par les obus de la marine offrait d’excellente position à mitrailleuse.

Soudain un cris d'alerte retenti: les japonais arrivent ! Immédiatement les soldats autour de Brooks se mirent à couvert dans leur position respective et commencèrent à ouvrir le feu sur les silhouettes qui progressaient dans le no-mans-land. Brooks dirigeait le tir de la mitrailleuse pour économiser les munitions. Un groupe de mortier japonais se retrouvant à découvert entre deux abris fut une proie facile et le porteur du tube fut fauché par la rafale. Le chef de groupe essayant de récupérer le tube fut le suivant et seul le troisème homme parvint à échapper au tir précis de la mitrailleuse.

Au bout de vingt minutes le mouvement en face se fit rare et seul quelques obus de mortiers tombaient de temps en temps entre les lignes alliés. Brooks en déduit que l'artillerie japonaise n'allait pas tarder à s’activer et fit signe au sergent australien de débuter le décrochage sur la ligne suivante.
Un Homme ordinaire
Un Homme ordinaire
Bonne brise
Autre pseudo : Capitaine Nemo
Nation au Front Atlantique : Toute
Nation au Front Pacifique : Toute
Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 10/06/2010

Opération Shori no anbiryu Empty Re: Opération Shori no anbiryu

Dim 07 Aoû 2011, 17:19
L'ambiance était morose, la nouvelle de la chute des hauteurs au sud de Koepang était tombé il y'a quelques minutes. Le quartiers général alliés de Koepang était silencieux. Les restes de la 12ème brigades australiennes c'étaient rendus aux japonais après avoir été encerclé entre les collines 112 et 114. Le Brigadier General Banks, commandant les force américaine sur Koepang, avait été gravement blessés par une roquette qui était tombé à quelques mètres de sa jeep alors qu'il rejoignait le quartier général.

La communication avec l’Australie avait été coupé depuis le matin, lorsque les premiers obus japonais avaient fracassé le poste radio et aucune nouvelle depuis l'annonce d'une bataille navale entre l’Australie et le Timor n'avait atteint Koepang. Le Brigadier General Martin, commandant de la Force Eagle australienne, avait pris le commandement suite à la blessure de Banks. L'encerclement par le sud n'était qu'une question de temps et la ligne de défense aux abords de Koepang reculait d'heure en heure sous la pression. La décision était difficile mais devait être prise...

Martin se leva et s'adressa aux officiers présent:
" Messieurs, la situation est désespéré et la responsabilité du commandant est de préserver ce qui reste de ses hommes lorsqu’il en a encore l'occasion. Mais si nous devons nous rendre, j'aime autant rendre aux satanés jap' des ruines fumantes et inutilisables. Conformément au plan du General Banks les pionniers vont faire sauter toutes les installations portuaires restantes, de plus tout matériels sensibles est à détruires sur le champs. Nous allons envoyer un message radio en clair pour signaler à l'ABDACOM notre reddition puis détruire le matériel radio. Messieurs, veuillez contacter les groupes de combats encore actifs et leur faire savoir qu'ils doivent encore tenir jusqu'à ce que nous ayons fini avec la destruction, seulement après j'autoriserais la reddition à l'ennemi. Rompez ! "
Un Homme ordinaire
Un Homme ordinaire
Bonne brise
Autre pseudo : Capitaine Nemo
Nation au Front Atlantique : Toute
Nation au Front Pacifique : Toute
Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 10/06/2010

Opération Shori no anbiryu Empty Re: Opération Shori no anbiryu

Dim 07 Aoû 2011, 18:41
Opération Shori no anbiryu Article-1311684-0B2BBEF2000005DC-231_468x375

Gunya était assis sur l'avant d'un char et regardait la colonne de soldat américains, australiens et de quelques volontaires timorais qui s'étaient battus aux côtés de alliés. Ils étaient tous à bout de force et en bonne partie débraillé. Les soldats japonais laissait éclater leur joie et colère de voir leur ennemi vaincus et plus d'un se permit de cracher ou frapper un prisonnier. Les officiers japonais ne s'en souciait guère: la nouvelle que les alliés avaient fait sauter les installations portuaire malgré leur reddition avait rapidement fait le tour. C'était un acte qui aurait fait sens si les occidentaux avaient combattus jusqu'au dernier, mais ils avaient préféré le déshonneur après plusieurs semaines de combats acharné qui avait forcé le respect des troupes d’assauts japonaises. Leur sort en captivité n'aurait rien d'envieux à la mort honorable qu'ils auraient pu connaitre ici. Gunya le savait car il avait pu visiter un camps de prisonnier au Japon lors d'une permission....
Contenu sponsorisé

Opération Shori no anbiryu Empty Re: Opération Shori no anbiryu

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum