Aller en bas
Blas de Cordoba
Blas de Cordoba
Tornade
Nation au Front Atlantique : -
Flottille au Front Atlantique : -
Nation au Front Pacifique : -
Flottille au Front Pacifique : -
Nombre de messages : 6117
Age : 28
Date d'inscription : 07/10/2009

Infos
Nationalité: ???

Journal du Krasnoarmeïsk Empty Journal du Krasnoarmeïsk

le Dim 17 Oct 2010, 17:56
Journal du Krasnoarmeïsk 1597y

Contact droit devant Commandant !!!!
Qui et quoi Lieutenant ?
Deux bâtiments allemands de petit tonnage. Des destroyers je pense.
Parfait, avertissez le Tbilisi et faites monter les turbines à puissance maximum.
Tout le monde au poste de combat.


L’alarme retentit dans les entrailles du Krasnoarmeïsk et tous allèrent à leur poste de combat dans la précipitation. Il rêvaient d’en découdre.
Depuis la victoire sur le destroyer allemand il y a quelques jours (ndlr : PNJ) l’équipage ne demandais qu’à réitérer la destruction de navires de l’Axe.

Le Krasnoarmeïsk bondit rapidement et, suivit de près par le Tbilisi, ils s’approchèrent des deux intrus qui menaçaient le croiseur lourd Petropavlovsk que la Flotte était chargée d’escorter.


Journal du Krasnoarmeïsk 99416089

Courant à pleine vitesse vers les prussiens, les deux bâtiments de la Mère Patrie ouvrirent le feu dès que cela fut possible.
L’excellence de la formation de la Sainte Russie porta ses fruits : la première salve des deux navires percuta le destroyer de tête, identifié comme un type 1934 lors de l’impact qui illumina le navire.
Le Krasnoarmeïsk eu le loisir d’envoyer également une salve de ses canons de 37mm anti aériens sur le malheureux destroyer. Celui ci eu la chance de voir ces tir trop courts.
Se plaçant parallèlement à leurs ennemis, les deux destroyers ne reçurent pas de riposte des teutons qui semblaient continuer leur route à pleine vitesse, mais ils ne pouvaient distancer les navires russes pourtant plus lent.

Tout à coup, une énorme silhouette s’approcha du combat par babord avant.
C’était le Maxim Gorkiy. Le croiseur ouvrit le feu sur le même destroyer qui s’enflamma comme une torche.

Son sort était peut enviable et ce ne fut pas l’attaque des navires de surface qui achevèrent le malheureux allemand mais une torpille venant d’un submersible soviétique.
Le teuton se brisa en deux et sombra rapidement dans un torrent de flammes, laissant les survivants bouillir dans le mazout en feu dans une mer en fusion.
Mais il ne fallait pas penser aux naufragés pour l’instant, il restait un navire allemand qui semblait de fuir le combat à pleine vitesse.

Mais les apparences sont parfois trompeuses, en effet le torpilleur ennemi pris pour un destroyer se plaça droit vers le Maxim Gorkiy et s’élança. Le courageux allemand courait à distance de torpillage. L’équipage russe dut analyser sa manœuvre avec justesse car quand le prussien cracha ses torpilles, le croiseur abattit de 30° vers le lui et les torpilles passèrent bien trop loin de la proue du navire pour le toucher.

Le torpilleur se retourna alors en faisant feu de ses pièces de 4.2 pouces sur le navire le plus proche … le Krasnoarmeïsk.
Celui ci vit tomber les obus allemands trop longs.


Journal du Krasnoarmeïsk 85569291

Et riposta violemment en envoyant une bordée de 4 obus de 130mm sur l’ennemi.
Le tir fut parfait et les projectiles s’écrasèrent au milieu du torpilleur qui vit ses tubes lance torpilles, heureusement pour lui, vide se faire pulvériser.
Une salve de 37mm vint ensuite ravager la poupe de l’allemand qui continuait de fuir.
L’arrivée d’un destroyer russe supplémentaire qui ouvrit le feu trop court fut un poids de plus le valeureux torpilleur.


Journal du Krasnoarmeïsk 74702158

Frappé à mort par la torpille du même submersible qui avait achevé son camarade, le torpilleur stoppa avec une gîte de plus de 15°.
Menaçant de chavirer avec leur navire, l’équipage décida d’abandonner le bâtiment.
Voyant la manœuvre, le Krasnoarmeïsk se rapprocha lentement de navire nazi et commença à récupérer les survivants.
Quelques minutes plus tard, le torpilleur chavira et les 84 survivants de l’équipage vinrent s’ajouter aux 11 malheureux qui avaient étés repêchés plus tôt après la mise à mort du destroyer prussien.


Journal du Krasnoarmeïsk 94726841

La Commandant Kresko donna l’ordre de bien traiter ces courageux marins qui n’avaient pas hésité à se sacrifier pour leur pays, contrairement à leurs compatriotes.
Et lorsque le Lieutenant remarqua que la victoire avait été facile avec une telle supériorité numérique et matérielle, Divine lui fit remarquer que les allemands positionnés au Sud et à l’Ouest de leur position, les mêmes qui étaient en prise avec les autres bâtiments de la Siviernii, était à la fois beaucoup plus nombreux, mieux armés avec des cuirassés en nombre conséquents et que pour autant, les pertes ennemies étaient supérieurs et que surtout, ils n’étaient pas parvenus, et ce malgré une puissance de feu très largement supérieur, à entamer le potentiel de la Flotte ni à en effrayer les membres.

C’était une victoire totale sur ces deux malheureux navires. Et une victoire générale de la Russie sur l’envahisseur Allemand, mais cette victoire avait eu un prix même si celui ci était moindre que chez l’ennemi.
Blas de Cordoba
Blas de Cordoba
Tornade
Nation au Front Atlantique : -
Flottille au Front Atlantique : -
Nation au Front Pacifique : -
Flottille au Front Pacifique : -
Nombre de messages : 6117
Age : 28
Date d'inscription : 07/10/2009

Infos
Nationalité: ???

Journal du Krasnoarmeïsk Empty Re: Journal du Krasnoarmeïsk

le Lun 18 Oct 2010, 09:42
Après un rapide ravitaillement où chacun put bénéficié d’un bref repos amplement mérité, le Krasnoarmeïsk bénéficia d’une petite remise en forme après les durs évènements qui avaient conduit le croiseur Petropavlovsk jusqu’au port d’Helsinki.
Nombre de submersibles de la glorieuse union soviétique quittaient le port en passant devant le Krasnoarmeïsk dont l’équipage se faisait un devoir de souhaiter bonne chance.
Leur objectif ? La force allemande faisant le siège éloigné d’Helsinki.


Journal du Krasnoarmeïsk 762o

Mais peut d’entre eux reviendraient. Tous en étaient conscient.
Nombreux furent les braves qui perdirent la vie dans ces heures sombres. Mais tous le firent pour la liberté de la Grande Union Soviétique.

De nombreux navires de surface transitèrent également.
Comme le croiseur Komintern qui quitta le port pour rallier l’escadre russe. Le navire amiral de la Siviernii Flot allait bientôt reprendre la place qui étais la sienne au sein de la plus grande escadre Alliée de la Baltique.


Journal du Krasnoarmeïsk 846jb

Mais le Krasnoarmeïsk n’allait pas rester les pâles croisées pendant que les camarades de la sainte mère patrie combattaient l’envahisseur allemand !!
Une fois quitté le port, le Commandant Kresko plaça son bâtiment en tête de l’escadre, à la place honorifique qui était la sienne : l’éclairage de la Flotte.

Le lendemain, vers midi, quelle fut la surprise de voir un de bâtiments allemand, que nous observions aux jumelles, se séparer de l’escadre ennemie et se rapprocher de la Flotte.
Il allait sûrement attaquer le Maxim Gorkiy ou l’Abyss IV.

L’ordre fut donner de tenter une action audacieuse.
Croisant l’épave du destroyer ennemi coulé précédemment par ses soins, le Krasnoarmeïsk s’élança et courut à distance de torpillage.
L’ennemi fut rapidement identifié comme un classe Deutchland. L’Admiral Scheer se plaçait en position pour bombarder nos forces de ses monstrueuses pièces de 11 pouces.


Journal du Krasnoarmeïsk Admiralscheer002

Arrivés parallèle à lui, le fier destroyer du surprendre son adversaire car celui n’ouvrit pas le feu. Le Krasnoarmeïsk lui, envoya une gerbe complète de ses neuf tubes lance torpilles.
Puis il fit un abattée vers la flotte soviétique et s’éloigna à la puissance maximum que pouvait délivrer les machines.
Dépassant la barre des 35 nœuds, le navire se dirigeait vers son poste habituel au sein de la flotte lorsque le Scheer tressaillit. Deux impacts très rapprochés soulevèrent l’eau autour du ballast tribord de l’allemand.
Les deux détonations ne mentirent pas. Deux torpilles venaient de frapper le cuirassé de poche.
Frappant du poing sur la table devant elle, Divine sourit légèrement en un « Oui !! » bref et sec.
L’équipage hurla trois hourras et le volume sonore grimpa quelque peut dans les entrailles du bâtiment.
Repassant devant l’épave de feu le destroyer allemands, le Krasnoarmeïsk regagna paisiblement son poste après avoir envoyé un rapport par signaux optiques au Komintern.


Journal du Krasnoarmeïsk 12wreckcolon

Le jour s’écoula et le fier destroyer se tenta plus tard dans une autre action périlleuse au beau milieu de la nuit en compagnie du Tamerenskiy.
Cette action n’eu pas l’effet escompté et c’est avec quelques trous et un blockhaus de commandement endommagé que le Krasnoarmeïsk se retira, sans avoir put mettre d’autres coups au but sur le Scheer.

La chance sourirait sûrement à l’équipage le lendemain après avoir réparé au près du Zheleznyakov.
Mais cette chance s'éteignit le 18 octobre 194. date à laquelle le Krasnoarmeïsk rejoignit les abysses de la Baltique.



(HRP : j'en profite pour saluer la réactivité exemplaire de mes adversaire et leur talent dans le combat de nuit. Ils ont tiré partit de ma panne moteur avec brillo !! Bravo à eux !! Ca c'était du jeu ^_^ Premier naufrage en ce jour à 08h20. Suivit en direct Wink).
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum