Aller en bas
thorvald knopp
thorvald knopp
Violente tempête
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : Norvégiene
Flottille au Front Atlantique : Wikingergeschwader
Nation au Front Pacifique : aucune
Nombre de messages : 1616
Age : 102
Date d'inscription : 31/10/2009

Infos
Nationalité: Allemand

LA libération de Brest Empty LA libération de Brest

le Lun 06 Sep 2010, 19:50
Celà faisait plusieurs mois que la célèbre et redoutable Home Fleet contrôlait sans contestation la zone de Brest.

Nous les avions rencontré et quelques obus échangé, mais rien de très violent. Après une fuite pour repartir chasser les convois alliés, au seins de la flotte une seul chose hantait Thorvald:

"Je vais revenir et je reprendrai Brest !!"

Chaque capitaine ne pensait plus qu'à celà, avoir notre vengeance mais nous n'étions pas encore de taille.
Les semaine passèrent, le moral revenait au beaux fixe, les plus jeunes apprenait encadré par les plus anciens et les Wiking avaient recommencer à pulvériser les convois et ils avaient aussi coulé bon nombre de sous marins alliés.


Soudain alors que la flotte était bien loin des cotes Française, des appels au secours nous parvenaient de Brest. Les alliés n'avaient toujours pas bougés et ils restaient à massacrer nos camarades.

Thorvald piquât une colère dont il était habitué, et décida de mettre une fin à ce blocus ininterrompu de Brest. Immédiatement il ordonna à son état major de se réunir et les cartes de batailles, les plans étaient débattu.

Il nous parvenait des information quotidienne de Brest et il en était trop. La flotte se mit en route, les moteur fumaient, mais Thorvald en tête les wikings partaient en guerre et cette fois le combat aurait lieu.

De très nombreux capitaines avaient désormais pris le commandement de monstres, ainsi 2 cuirassé Deutscland étaient pret à se battre, de croiseurs lourd mais aussi des léger puis des destroyé; destroyer type 36 A redouté par les alliés. En parallèle la flotte avait encore accueillis de nouveau capitaine et une quatrième flottilles formé de capitaines très compétent se formait.

LEs rapports de plus en plus précis arrivait de plus en plus souvent et Thorvald passait son temps a réfléchir au combat.
Face à nous il y avait la très grande et glorieuse Home Fleet. Ce n'était pas des ennemis a sous estimer, mais pas question non plus de se laisser impressionner par tous ces glorieux capitaines.


TRès vite les combats commencèrent et jour et nuit les canons tonnaient. Nous pensions que les alliés n'avaient pas prévu de nous voir arriver si nombreux et si puissamment armé.

La guerre était rude, mais nous étions aussi des marins et face à nous malgré certains accrochages verbaux par signaux optiques, nous avions un vrai combat.
Biensur les victoires allaient d'un camp à l'autre, nous avions couler de grand capitaines, mais perdu aussi des navires dont un croiseurs lourd Hipper et des sous marins.

LEs combats à l'heure actuelle sont toujours d'actualités, mais nous reconnaissions au seins de notre flotte la grande combativité des Anglais et nous pensions qu'eux aussi nous reconnaissaient cette combativité, mais Brest était de nouveau libre et la Kriegsmarine avait repris le contrôle de la pointe Bretonne.
Désormais les capitaines apeuré étaient encadré par de nombreux cadres et la confiance était revenue chez les plus jeunes.

Les eaux de Brest étaient souillé de sang, de fuel, de carcasse de navires alliés et allemand coulé, mais cette belle bataille avait montré que la guerre était loint d'être fini, et que de notre coté nous avions tous fait pour montrer notre valeur au combat mais aussi offrir aux Anglais une bataille où eux nous avaient montrer leur forces et leur intelligence au combat ainsi que leur courage.

Nous étions ennemis en cette année 43, mais en d'autre temps nous aurions surement bu des bières ensemble tellement le respect et la valeur de nos ennemis était grand et m'avait séduit.

En attendant la presse alliés, nous espérions avoir gagné le respect de la Home Fleet par les combats livrés devant Brest et qu'à l'avenir chacune de nos flotte se respecteraient.

Malheureusement La ville de Brest était en ruine, le port très abimé, les pistes d'atterrissage très abimés. Les civils étaient choqués, blessés.
Les Alliés et nous étions des soldats, mais nos combats avaient aussi touché la population civil. Il suffi de voir les forces engagé pour comprendre. Le classe Renown et ses canons monstrueux faisait frémir, mais aussi ces 2 cuirassés classe Deutschland effrayants suivit par de non moins impressionnant croiseur lourd.
Dans ces combats alliés et allemand avions forcément raté des tirs et nous avions tué des civils. Nous avions de chaque coté envoyé nos hommes à la mort et celà ne s'arrêterait pas. Il y aurait forcément un moment où nous nous retrouverons et de nouveau nous nous battrons jusqu'à la mort.


Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum