Aller en bas
Urash von Juntz
Urash von Juntz
Vent frais
Autre pseudo : Kyo Kotani
Nation au Front Atlantique : Allemagne
Flottille au Front Atlantique : Wikingergeschwader-Dansk
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Tekkosen Kantai
Nombre de messages : 196
Age : 46
Date d'inscription : 04/01/2010

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais

Sous la protection de Thor ! Empty Sous la protection de Thor !

le Mer 09 Juin 2010, 11:29
Le HSK-91 Gebō achevait de bruler en crachotant, projetant des étincelles dans les airs comme les dernières munitions explosaient dans son canon de 37mm, tragiquement dressé vers le ciel, environné de flammes. Le Kapitänleutnant U. Von Juntz n'en était pas à son premier naufrage, mais celui-ci avait été sans appel. Von Juntz savait déjà qu’il en gardait l’horrible peinture dans ses souvenirs, une peinture qui se brossait en large traits noirs et rouges et orangés, fumées et sang et explosions. Ce n’avait pas été un naufrage, pas un combat, non, il s’était agit d’une sorte d'exécution, dans un style net, sans bavure, mais certainement pas propre.
Le destroyer avait surgi de nulle part, ses pièces de 127mm tonnant alors que le ravitailleur achevait de rentrer ses tuyaux de transbordement. Coup de malchance ou incroyable talent des artilleurs anglais, le premier tir avait frappé la passerelle de plein fouet, semant la mort dans les rangs des officiers. Le navigateur avait été tué sur le coup, le capitaine ne se souvenait que du sang, juste avant qu'il ne perde conscience. Il n'y avait pas eu de soins médicaux, parce que la deuxième salve avait détruit l'infirmerie et tué le médecin de bord, pas non plus de message de reddition, parce que la troisième avait traversé la salle de radio et finit dans la salle des machines, massacrant tous les mécaniciens de bord. La quatrième salve n'avait fait que parachever le travail. Un destroyer contre un ravitailleur, ce n'était pas David contre Goliath, mais plutôt le bœuf contre l'équarisseur. Une boucherie.
Une boucherie qui n’avait pas pris fin avec le naufrage du ravitailleur. Son malheureux torpilleur d’escorte, le Görlitz, avait désespérément tenté de protéger le Gebō et avait rapidement rejoins la quiétude des abysses marines. La lutte était sans espoir, bien sûr. Le destroyer était accompagné d’un croiseur léger et les deux navires américains rendaient dix fois le tonnage de petit navire de la Kriegsmarine. En quelques minutes, le drame était consommé. Les deux anglais se replièrent immédiatement. Le Kapitän Witsenhausen, du Görlitz, avait eu le temps d’appeler à l’aide et plusieurs destroyers allemands abandonnaient le convoi qu’ils écrasaient sous leur feu afin de porter secours à leur Kameraden… En tout cas, à ceux qui pouvaient encore recevoir des secours. Deux croiseurs se portaient à toute vitesse vers les deux agresseurs, sans grand espoir de parvenir à engager le combat. Sans doute n’y avaient-ils, pour les deux américains, aucune autre issue que la fuite ou le même destin qu’ils venaient de faire connaitre à leur ennemis.
Cependant, ils auraient pu avoir l’élégance de fuir en silence, sans ces rires que le vent portaient, impitoyable, ravivant la détresse d’un capitaine sans navire et dont l’équipage venait d’être à moitié décimé.
Évidemment, l’élégance, chez les américains, était un concept tout relatif…

Le retour à terre s’était déroulé comme un rêve, mais de ces rêves qu’on voudrait pouvoir arrêter, ces cauchemars gluants qui suivent les tragédies comme les corbeaux suivent les batailles. Un songe dans lequel il n’y avait que détresse et désespoir.
Les Wikingers, heureusement, avaient épargné à leur malheureux Kamerade les tentatives maladroites de réconfort, mais ils n’avaient rien pu faire contre les transbordements chaotiques jusqu’au KMS Wiking I, ni contre le voyage de retour cauchemardesque, dans l’hydravion qui ramenait le capitaine jusqu’à Brest pour un rapport qui s’annonçait l’un des plus difficile de sa carrière.
Dans la tête du capitaine, le souvenir de ce combat tournait en rond, se heurtant aux vitres de ses yeux, aux murs de son crâne, sans jamais parvenir à en sortir. Il n’y avait que cela, ces instants terribles pendant lesquels les salves du destroyer s’abattaient sur son navire. Sans cesse, la mort du Leutnant Rudolf Stepp, le vieux navigateur qui suivait le Kapitänleutnant depuis qu’il avait appareillé de Brest bien des mois auparavant, jouait sa sinistre pantomime : encore et encore, l’explosion qui avait dévasté la salle de commandement démembrait littéralement le vieux marin, ne laissant qu’un tronc empalé sur la barre. Urash Von Juntz n’avait pas de souvenir clair du deuxième coup au but, mais on lui avait raconté comment l’infirmerie avait été touchée par un autre obus, comme les malheureux qui avaient eu la chance d’être amené jusqu’au médecin avaient péri. Cela n’avait pas été une fin rapide, car dans les tôles défoncées, un incendie s’était déclaré, sans doute dû aux produits que contenait la pharmacie de bord. Certains avaient, parait-il, hurlé jusqu’à ce que le navire sombre enfin, mettant un terme à leurs souffrances.
Comme d’habitude, ce fut le Kamerade et l’ami, pas le Vizeadmiral, qui permit à cette souffrance de sortir enfin et de se répandre en larmes amères sur la pauvre table d’un quelconque estaminet du port de Brest. Il y avait quelques visages connus, ceux des membres de la flotte, l’impassible Ernst Bauer, le malheureux Elias Witsenhausen, l’expansif Hans Van Haatz et son comparse l’humour ravageur, Dominik Darst et bien d’autres venu soutenir deux Kameraden. Au milieu de cette mer de visages amis surnageait la figure grave, hirsute, aux yeux plein d’un éclat menaçant, de Thorvald Knopp. Pour la circonstance, il avait revêtu un habit fait d’une peau de bête, peut-être un ours, serré à la taille par une énorme ceinture cloutée.
— Urash, t’as assez boudé sur tes hommes. On est des p%ù% de soldats, des marins avec des c%ù, pas des pleureuses. Tes hommes, ils savaient ce qu’ils faisaient en montant sur ton rafiot.
Le Kapitänleutnant releva la tête de sa bière. Il n’aimait pas la bière, mais avec assez de schnaps dedans, cela devenait buvable. En contrepartie, cela ne facilitait pas l’élocution.
— Jjjjjjje zzui pas zun kap-kap-kapätin-kapitän de rafiot ! Même z-il est kou-kou-koulé, on pa-pa-parl’pas d’mon navire kommsa ! Mon bbbbôôôô nav-navire a couhouhouléééé ! Yyyy sont tou-tou-tous mooooorts !
Comme si cet aveu avait, enfin, brisé les digues érigés par des générations d’officiers prussiens aux yeux secs, les larmes du Freiherr Von Juntz coulèrent. Entre ses sanglots, il parvint à faire le récit du massacre. Les larmes d’un homme peuvent parfois être un sujet de moquerie, mais cette fois là, il y eut un ou deux auditeurs pour en verser aussi, et quelques autres qui rendirent leur dîner. Ca n’avait pas été un beau combat chevaleresque, comme beaucoup envisageaient encore la guerre sur mer, à l’écart de la « barbarie » des forces terrestres.
Longtemps après que tous les convives aient rejoint leurs lits, il ne restait plus que Thorvald Knopp et Urash Von Juntz, assis face à face sur une bite d’amarrage du port, dans la section réservée à la Kriegsmarine. Le soleil menaçait de se lever sur l’une des plus épouvantables beuveries que Von Juntz ait jamais vécues.
— Urash, on va faire un truc ensemble et, p%ù¨^ain, je te garantis que tu vas remonter sur le pont de ton foutu navire et aller me botter des fesses américaines jusqu'à ce que ces pu¨$£*%ns d’Amerikanischen pissent le sang par l’anus ! Mais d’abord…
Avant que son subordonné n’ait le temps de relever sa tête embrumée par l’alcool, le Vizeadmiral avait donné une solide bourrade à Urash, qui tomba lourdement dans l’eau du port. Crachant et toussant, il parvint péniblement à remonter sur le quai. Le temps qu’il crache et vomisse toute l’eau nauséabonde qu’il avait avalé, Von Juntz ne put qu’écouter ce que l’officier supérieur avait à lui dire.
— Voila ce qu’on va faire. On va aller voir ton nouveau navire. Il s’appelle le Tanngrisnir. Je vais t’expliquer ce que ça veut dire et ce qu’on va faire, et tu vas fermer ta grande g%ùµ*£$le de prussien et faire ce que je dis.
Urash réprima un claquement de talons. Sous ses airs de brute barbare, le Wizeadmiral Knopp savait commander. Quelques minutes plus tard, les deux hommes se trouvaient sur le pont d’un ravitailleur de la Kriegsmarine dont l’immatriculation, « HSK-91 », était écrit en lettres gothiques sur une plaque de contreplaqué, prête à être retiré pour permettre au navire d’opérer en toute discrétion.
— Tanngrisnir est l’un des deux béliers qui tirent le char de Thor. Tu vois qui est Thor ? Bon, ces béliers ont une particularité. Chaque soir, on peut les égorger, les dépecer et manger leur chair. Si les os et la peau sont conservés intacts, au matin, Thor peut redonner vie à ses béliers et repartir en vadrouille. On va bénir ce navire, à la mode asatrù. Toi, tu vas répéter ce que je dis. Tu te sentiras peut-être bête au début, mais les rituels, c’est fait pour aider les gens comme toi, qu’ont besoin de se remettre en selle. Entre autre choses, mais c’est une autre histoire.
D’un vieux sac de marin, le Vizeadmiral sortit une lourde sculpture de pierre, un marteau stylisé qui devait peser une dizaine de kilo mais que Knopp maniait comme une légère badine. D’une voix grave, il entonna un chant dans une langue rugueuse, que Von Juntz s’évertua à reproduire tant bien que mal. Au début, en effet, il se demanda ce qu’il faisait ici. Mais graduellement, quelque chose dans l’atmosphère, dans les chants psalmodiés, dans le sérieux et la gravité du Vizeadmiral effacèrent cette gêne. Les deux hommes arpentèrent le navire, avant de s’arrêter dans la salle de commandement du Tanngrisnir. Là, Knopp assomma à moitié Von Juntz en lui assenant un coup de son marteau sur la tête. Contrairement à ce à quoi on aurait pu s’attendre, les idées du Kapitänleutnant Von Juntz s’éclaircirent. Comme s’il venait effectivement de renaitre, le capitaine malheureux sentit qu’il pouvait faire le deuil de son équipage et reprendre la lutte. Ce n’était pas un oubli, mais une sorte d’ajustement à la situation. La guerre. La mort probable pour tous ceux qui la livraient. Mais aussi la volonté de vaincre. Les certitudes du combat.
Urash se sentit de nouveau digne d’être un Wikinger. Lisant cela dans les yeux du Kapitänleutnant, Knopp lui administra une formidable claque dans le dos, éclata de rire et tourna simplement les talons pour descendre du Tanngrisnir. Les dieux avaient parlé, les hommes n’avaient rien à ajouter.
thorvald knopp
thorvald knopp
Violente tempête
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : Norvégiene
Flottille au Front Atlantique : Wikingergeschwader
Nation au Front Pacifique : aucune
Nombre de messages : 1616
Age : 102
Date d'inscription : 31/10/2009

Infos
Nationalité: Allemand

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Ven 18 Juin 2010, 13:21
Le vizeadmiral était dans ses cartiers.
Autour de la table se trouvait tous ses cadres et meilleurs officiers.
Comme à son habitude, il avait son cigare et sa corne de bière.

Assit au fond de son fauteuil il prit la parole:

Mes amis, j'ai un grand respect pour Churchill, un type aimant le cigare est forcément un homme de gout même si ses soumariniers sont incapable de s'éloigner de leurs ports .
J'ai également un grand respect pour les Russes car aucune nation au monde ne sait autant boire qu'eux et faire des ronds dans l'eau avant de couler.
J'ai beaucoup de respect pour les ricain, car aucune nation au monde ne sait aussi bien fuir l'ennemi, et ce à une vitesse impressionnante ainsi que de combattre autre chose que des coques de noix .

Là ca vaut le coup d'oeil, vous me rappellerez d'envoyer un message a la RV pour les amuser. Décidément ces alliés sont bien prévisible.

Tous le monde rigolait, Thorvald était serein, calme, il plaisantait.

Vous vous rendez compte, nous étions des rien du tout et maintenant nous sommes redouté au même titre que nos amis de la I ere RV ou de la 8e.

Ha vraiment ridicule ce défilé qui va avoir lieu devant nos bunker, mais c'est distrayant.


Faut il vraiment avoir peur de la Kriegsmarine pour faire des blocus de la sorte, même si le carnage que nous avons infligé à leurs soums a du les agacer, eux qui nous prenaient de haut ont pris une belle raclé par nos asm tous juste sortie des écoles d'officiés.

En attendant de les compter, je vous invite à manger, boire et vous amuser.
Urash von Juntz
Urash von Juntz
Vent frais
Autre pseudo : Kyo Kotani
Nation au Front Atlantique : Allemagne
Flottille au Front Atlantique : Wikingergeschwader-Dansk
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Tekkosen Kantai
Nombre de messages : 196
Age : 46
Date d'inscription : 04/01/2010

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Ven 18 Juin 2010, 13:59
Le HSK-91 Tanngrisnir se balançait doucement dans la houle de l’Atlantique. Le D-9 Haifisch 2 se balançait en rythme, tandis que les dernières caisses de munitions étaient transférées dans les entrailles du Destroyer Type 1934. D’ordinaire, ces missions de ravitaillement ne parvenaient pas à satisfaire la soif de violence et de combat qui était née dans le cœur du Kapitänleutnant Urash Von Juntz. Pour cette fois, cependant, il se sentait en paix.
Peut-être à cause du message qu’il venait de recevoir en clair. Un message du Vizeadmiral Knopp, il l’avait deviné à l’air ahuri du radio et à sa première phrase : « un message en clair, Herr Kapitänleutnant ». Qui d’autre oserait employer une fréquence ouverte, que les alliés pouvaient capter s’il s’en donnait la peine. Devant Brest, une puissante force anglo-américaine faisait une démonstration de force peu convaincante. Le naufrage du précédent navire du Kapitänleutnant avait été vengé, et plutôt deux fois qu’une, à telle enseigne que quelqu’un, dans l’amirauté alliée, avait décidé d’une opération. Ou alors c’était un hasard de la guerre et les pensées de Von Juntz n’était qu’une manière d’achever l’impossible deuil de son précédent équipage…
La paix venait peut-être aussi de ce qu’il n’était pas dans le bureau du Vizeadmiral, à boire les étranges boissons qu’appréciait son supérieur. De l’hydromel « maison », une sorte d’acide de batterie de sous-marin aromatisé au miel. De la viande d’ours faisandée, qui avait la consistance du pneu et le goût de… L’imagination d’Urash ne trouva aucune comparaison qui puisse rendre compte de ce goût indescriptible, dont on ne pouvait dire si on l’appréciait ou si on le détestait, sans doute parce qu’il y avait un peu de deux.
En attendant, ce message était une véritable déclaration de guerre. La guerre était une bonne chose, car, depuis qu’il avait peint certaines runes sur le pont, la coque et les canons du Tanngrisnir, on aurait juré que le navire lui-même bouillait d’impatience, qu’il avait soif de combat. Il avait trainé comme rarement un navire s’était trainé lorsqu’il avait fallut se détourner de Brest et des combats qui s’y déroulaient. Pendant l’opération de ravitaillement, il avait lentement dérivé jusqu’à ce que les deux navires accolé pointent leur proue vers le nord-est. Vers la bataille et les navires alliés, vers Brest.
Le ciel se couvrit d’un grain soudain, la pluie fouetta le pont du Tanngrisnir, forçant les marins à se mettre à couvert. Le tonnerre roula longuement et la foudre tomba quelque part dans les environs, comme si Thor lui-même approuvait la décision du navire.
thorvald knopp
thorvald knopp
Violente tempête
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : Norvégiene
Flottille au Front Atlantique : Wikingergeschwader
Nation au Front Pacifique : aucune
Nombre de messages : 1616
Age : 102
Date d'inscription : 31/10/2009

Infos
Nationalité: Allemand

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Lun 21 Juin 2010, 20:00
Nous assistions au "bal des truffes" de Brest.
l'horizon était remplit de navires alliés, et de nos bunker l'ambiance était à la rigolade.
Quel spectacle, Thorvald applaudissait ce défilé magnifique de UK et US, et certain courageux Wiking poussaient le vice jusqu'à aller titiller les alliés avec une coque de noix.

Il était plaisant et très amusant de voir un petit asm encerclé par les alliés qui à 5 étaient incapable de le couler.
Le capitaine Voivode avait déjà préparé son annexe étant persuadé de son naufrage, mais jusqu'à présent les allié étaient incapable de le couler.

A cette vision, nous étions sur d'une chose; les alliés étaient ridicule dans leurs blocus, après avoir bloqué la RV ils voulaient tuer les Wikinger.
Thorvald apportait cette réponse simple: Rendez vous compte que celà fait deux fois qu'ils tentent de faire disparaitre une flotte avec je ne sais combien de navire, mais imaginez ce que subissent leur amis en mer, leurs convois pendant qu'une telle puissance fait le siège d'un de nos ports.

JE suis impressionné et félicite sincèrement les alliés pour ces mouvement spectaculaire, mais je m'amuse de ce déploiement de force inutile et totalement absurde car sans résultat probant.

"Je pense à ces marins alliés nous pensant terrifié, imaginez leur tête en vous voyant rigoler, manger de bon repas frais et chaud, buvant du vin Français et savourant de cigares cubain"

Désormais, qu'allaient il pouvoir faire désormais que la kriegsmarine connaissait leur nouveau moyen de se déplacer en masse, cette lenteur de déplacement du au groupe, comment pourraient ils défendre leurs convois avec cette absurde stratégie qui perdure? Et les Russes, sont ils vraiment là aussi, sont ils assez fou pour nous laisser le champ libre jusqu'à leur port pour anéantir leurs convois et leur recrues?

Avec ce grand respect que Thorvald avait pour les Anglais, il ne comprenait pas qu'ils laissent l'ensemble de leur zone maritime sans aucune défense.

Nous pouvions déjà annoncer a Doenitz et Raeder la suprématie de l'Allemagne en Atlantique face à des alliés désorienté, se raccrochant à tenter de couler des flottes en laissant leurs propres cotes et convois à notre merci.

Comment pouvaient ils penser que leur énorme puissance pouvait passer inaperçu, comment avait ils pu passer au dessus de nos soum et croire qu'ils allaient nous prendre par surprise?

Ils ne pouvaient plus se satisfaire de tel regroupement de force et penser nous vaincre ainsi, cette puissance avait seulement libérer le front, et nous avaient offert sur un plateau tous ce qui naviguait en Atlantique.
thorvald knopp
thorvald knopp
Violente tempête
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : Norvégiene
Flottille au Front Atlantique : Wikingergeschwader
Nation au Front Pacifique : aucune
Nombre de messages : 1616
Age : 102
Date d'inscription : 31/10/2009

Infos
Nationalité: Allemand

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Mer 23 Juin 2010, 13:32
Cette fois aucun doute les Russes étaient là aussi.
Nous avions perdus quelques capitaines adorant le combat et désireux de montrer que rien ni personne ne casserait leur mental.

Les forces alliés étaient impressionnante, mais totalement sans effet.
Certes il y avait eut des pertes, mais eux qu'avait il gagné?

Absolument rien, leurs convois se faisaient pulvériser, et les capitaines isolé du groupes étaient décimés.

Dans ces combats "rares finalement", l'ambiance était à l'humour, car il se murmurait que les chefs *Wikinger" s'amusaient à jouer au chat et à la sourie sous le nez des et à la barbe des navires alliés.

Choses admirables, les croiseurs alliés se planquaient bien loin de tous par peur de se faire attaquer par un chalutier peut être.

Les capitaines coulé rentrés en barque au port prenaient immédiatement possession de nouveaux navires et s'amusaient de leur naufrage.

Aucun allié n'arrivait seul a couler l'un des nôtres, trop de peur de se prendre des baffes de nos "novices", ils étaient obligé de s'y mettre à plusieurs.

Quel triste constat de voir de si glorieux adversaire s'abaisser à de si mesquin blocus.
Les Valencia, les Winters, les Ayrole que sont ils devenus?? des bourgeois briquant leur croiseurs? des pantins manipulé ?
Non je n'ose y croire, plutôt des commandants ayant perdu tous prestige, toute notoriété et tentant de trouver un moyen de se refaire un nom entaché par ces blocus sans résultats, et cette peur de naviguer seul.

Désormais ils n'étaient plus craints tellement leurs mouvements ressemblaient à un défilé d'ancien combattant.

Quelle chance nous offraient il en monopolisant l'ensemble de forces de l'Atlantique pour tenter de couler le Viking, ils offraient tous leur convois et jeunes capitaines à nos autres flottilles.
Dietrich Von Ludwig
Dietrich Von Ludwig
Tornade
Autre pseudo : Aucun
Nation au Front Atlantique : allemande
Flottille au Front Atlantique : 7. Der Stier
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 3151
Date d'inscription : 02/01/2008

Infos
Nationalité: Allemand

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Mer 23 Juin 2010, 15:39
Le vaguemestre se présenta devant le vizeadmiral thorvald knopp. Nous avons reçus ce matin une lettre pour vous, elle nous a été envoyée par nos services basé en Espagne....

Thorvald se saisit de l'enveloppe et l'ouvrit prestement et sourit quand il découvrit l'identité de l'expéditeur.




Kaulent von ludwig

U-666 "Anna Widow"
Atlantique, 15.05.43

Salut vieux fumeur de Havane

Je profite que nous croisons la route d'un cargo espagnol, pour faire transborder a son bord le courrier rédigé par mon équipage et profite par la même de transmettre le mien. Pardonne l'écriture mais je l'écris a la hâte.

Notre campagne a commencer voila quatre mois déjà et n'est pas près de ce terminée. Je pense qu'il faudra bien un mois pour que cette lettre te parvienne.

L'équipage suit avec intérêt les rapports concernant les côtes française et l'activité si déroulant. Ils sont le gage de notre tranquillité. Notre campagne s'apparente a une promenade sous le soleil d'un après midi d'été dans une fête foraine. Au lieu d'aller d'un stand de tir au pipe a l'autre, nous naviguons d'un convoi a l'autre. Le plaisir en est le même et le moral de l'équipage s'en ressent.

A notre retour, grâce a l'expérience engrangée tout mes officiers seront admis dans le cercle des officiers d'élites et l'on me confiera un transocéanique.

Tu dois bien te douter qu'avec une tel tranquillité notre tactique et technique de combat sur convoi ne fait que s'améliorer, surtout celle permettant de rester au contact le plus longtemps possible, nous exploitons au maximum ce laboratoire grandeur nature pour tester toutes les façons de naviguer.

Remercie encore tes gars pour la patience dont ils font preuve et les autres flottilles également, je me doute que ce ne doit pas être facile tous les jours que de laisser croire aux alliés qu'ils sont les maîtres. Mais ils ont l'air tellement content d'être les rois d'un broc d'eau.

Nous avions pensé rentrer, mais nos amis espagnols nous ont remplacé les provisions avariées lors de nos soucis. Donc tout est rentré dans l'ordre et nous continuons notre promenade. Notre retour ne se ferra pas avant de long mois, d'ici là porte toi bien. T'inquiéte je n'ai pas oublié ta commande. On a eu qu'a ce servir sur un cargo arraisonné.

A bientôt pour une fête mémorable.




Dietrich

karl ruprecht Kroenen
karl ruprecht Kroenen
Grand-frais
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : Danoise
Flottille au Front Atlantique : Wikingergeschwader-Dansk
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 264
Date d'inscription : 08/10/2009

Infos
Nationalité: Allemand

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Jeu 24 Juin 2010, 07:52
Le U9-Dansk I s'était promené sous les quilles alliés avec son second, le U9-34 Dansk II

Durant sa chasse, le Dansk I avait coulé 3 navires Anglais aux yeux et à la barbe de l'énorme tas de navires alliés.

Les Russes étaient apparemment complètement aveugle, les Us ne faisaient qu'acte de présence en se cachant derrière les Anglais.

Avec leur coalition, ils n'avaient rien fait de concret, incapable d'atteindre les cadres de notre flotte et ne comprenant pas que Thorvald est demandé à ses hommes de rentrer au port.

Les Anglais se battaient, on reconnaissait les sang des saxons; et nous apprécions de les voir ainsi.
Le blocus pouvait continuer longtemps certe, mais les convois continuaient à se faire harponner par nos amis de la 7e et des autres.

Il était flagrant que désormais les alliés était pétrie par la peur de toute flottilles Allemande, ils ne pouvaient que se cacher derrière une organisation de masse et
ne comprenaient pas les attitudes Allemande d'attendre les fin de blocus.

Quel capitaine serait assez stupide pour se lancer dans un combat totalement déséquilibré?

Désormais la Kriegsmarine savait parfaitement que plus aucun danger n'était présent en Atlantique, il suffisait juste de dévorer les convois et navires "oubliés" par la coalition allié et de rester à l'écoute des rapport concernant l'énorme baleine que représentait cette masse difforme de navire.
Urash von Juntz
Urash von Juntz
Vent frais
Autre pseudo : Kyo Kotani
Nation au Front Atlantique : Allemagne
Flottille au Front Atlantique : Wikingergeschwader-Dansk
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Tekkosen Kantai
Nombre de messages : 196
Age : 46
Date d'inscription : 04/01/2010

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Jeu 24 Juin 2010, 14:38
— Qu’est-ce que c’est que ce torchon ?
Le Kapitänleutnant veillait d’ordinaire à cacher ses émotions avec soin, en digne descendant de plusieurs générations d’officiers prussien au visage de bois, même sous la mitraille ou avec un bras arraché. Cette fois, il n’avait pas pu.
— C’est ce qui est écrit, Herr Kapitänleutnant, je n’ai fait que traduire…
Le visage du Fähnrich zur See Odon Trepztow rougit violemment. L’aspirant faisait office à la fois de radio et de traducteur sur le Tanngrisnir. Il n’avait visiblement pas l’habitude de ces éclats et prenait l’exclamation de son capitaine pour un reproche.
— Je le sais bien, Trepztow, je le sais bien.
D’un geste las, il fit signe à l’aspirant qu’il pouvait disposer. Von Juntz était mécontent de lui-même, cet éclat ne lui ressemblait pas.
La flotte allié faisait le blocus de Brest, lançant ses unités les plus légères et ses verdammten U-boot à l’assaut de tout ce qui sortait de la rade, sans jamais risquer ses navires les plus importants. Le Vizeadmiral avait beau faire, les soirées passées dans les bunkers à boire et à se moquer de vaisseaux dont on discernait la silhouette dans le couchant ne remplaçaient pas un solide combat. Cette guerre de position insidieuse, dans laquelle chacun bougeait ses pions avec une insoutenable prudence, usait les patiences, fatiguait les nerfs. La propagande ennemie n’arrangeait rien.
La propagande… Le journal que venait de traduire l’aspirant en était plein. Le Tanngrisnir l’avait récupéré à la faveur d’un transbordement discret auprès d’un chalutier français qui collaborait tranquillement avec tous ceux capables de le payer. Le journal datait de la veille et devait avoir été échangé directement auprès d’un navire anglais. Un navire probablement équipé d’un hydravion, qui faisait la navette entre la flotte et l’île assiégée, apportant le courrier et les nouvelles fraîches.
Les alliés se vantaient de n’avoir subit aucune perte alors que la radio transmettait quotidiennement les messages de victoires de la flotte. Pas un jour sans qu’un submersible ne soit coulé, sans qu’un destroyer ne soit pris à partie. Le journal n’en faisait pas mention, bien entendu, mais affichait de ridicules photos d’avion plongeant sur des navires pour les faire exploser… Des avions américains sur des navires japonais. Quelle espèce de public analphabète pouvait donner le moindre crédit à ce tissu d’absurdité dégoulinant de fierté nationale et de sentiment victorieux ? Quelle victoire était donc à portée de cette Angleterre assiégée, qui ne survivait que grâce aux convois américains ?
Si seulement le Grand Reich n’en faisait pas autant, Von Juntz aurait pu se consoler en espérant qu’une fois la victoire acquise sur les verdammten Englander, ce genre de choses n’arriverait plus. Il n’en était malheureusement rien. La presse allemande faisait le même genre de compte-rendu fortement « orienté ». Simplement, elle arrivait moins vite ici que la presse anglaise. Quelle ironie !


Dernière édition par Urash von Juntz le Jeu 24 Juin 2010, 17:06, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Jeu 24 Juin 2010, 15:27
Le U9-34 Dansk II et le U9-Dansk I naviguaient côte à côte et se rapprochaient du port de destination. La nuit était noire et oppressante, idéale pour une navigation en surface. La mer restait encore agitée par le coup de vent de la veille et les embruns des déferlantes noyaient constamment l’îlot où se tenaient le commandant et son officier de liaison.

Cette dernière semaine avait été mouvementée et le succès de la campagne de torpillage avec l’idée de faire une escale technique effaçait tous les signes de fatigue de l’équipage. Mais le navire, lui, avait souffert. Il y a trois jours il avait subit une attaque par des destroyers après avoir torpillé un convoi. Les dégâts avaient été en partie réparés, mais le reste devait se faire en carénage. De plus les batteries étaient faible et ne se rechargeaient plus. Il fallait impérativement rentrer au port. Le U9-Dansk I, quand à lui, devait recharger en munitions et torpilles.

Le plan que l’amirauté avait imaginé contre les alliers avait jusque là fonctionné sans accro malgré les pertes subit par notre flotte. Mais le commandant était songeur et inquiet. L’idée de perdre du temps à faire escale le contrariait tandis que le combat faisait rage autour de Brest.
_Pourvu que nos camarades retiennent encore l’ennemi. Notre mission est loin d’être terminée.
_Espérons-le commandant, espérons-le !
thorvald knopp
thorvald knopp
Violente tempête
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : Norvégiene
Flottille au Front Atlantique : Wikingergeschwader
Nation au Front Pacifique : aucune
Nombre de messages : 1616
Age : 102
Date d'inscription : 31/10/2009

Infos
Nationalité: Allemand

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Ven 25 Juin 2010, 08:10
L'aube se levait, sur le KMS Wiking, tous le monde était tendu, nous observions le HMS Malcolm.

Thorvald était aux commande, près à en découdre.
Thorvald se mit à rire et dit: Mais là pour le coup il n'y a pas de doute, c'est bien un Anglais.
il me passa les jumelle et quelle ne fut pas ma surprise en voyant Henry Mitchell une tasse de thé à la main.

Thorvald me dit, soi il se fou de moi, soit vraiment ils sont raffiné même dans ces cas là.

Puis à peine sa phrase fini, un bruit sourd nous frappa, puis un second.
Thorvald dit: Mais il va me rayer mon croiseur ce saxon.

Immédiatement le KMS répondit et rien, aucun impact.
Thorvald furieux hurla, couru dans sa cabine et moi je courait derrière ne comprenant pas ce qu'il se passait. On avait pris des obus mais le navire n'avait rien.

Thorvald entra dans sa cabine à grand coup d'épaule, et prit sa hache.
Il couru vers le chef artilleur et là la stupéfaction.

"Bordel, abruti tu es à bord du plus gros croiseur et tu trouve le moyen avec une équipage d'expert de me loupé ce saxon!!!
Regarde moi dans les yeux quand je te parle!
Regarde moi car dans mes yeux tu verre la mort arriver
Tu m'as fait perdre la face et ça je ne pardonne pas."

En un geste rapide, du sang gicla sur nos visage et la tête du chef artilleur roula à nos pied.

LE silence se faisait pesant, Thorvald avait un visage qu'on voyait rarement, un visage de haine, un visage qui signifiait clairement 'fermez là car voyez ce que je peux faire"

Il retourna au poste de commandement, et hurlait "Passez moi Harald et Ludvig"!!
"Messieurs, allez coulez moi cet Anglais !!"

En quelque minute les deux croiseur se mirent à tirer, puis il redemanda la radio."
"Vlad feux!!"

quelques minute de silence puis une explosion et une lumière de feux.
Nous entendions des cries, des hurlement, des corps en feux se jetant du pont du HMS Malcolm.
De l'épaisse fumé, nous vîmes sortir le Z9-Finland.
Le capitaine Ulrik venait de couler le HMS Malcolm.

Thorvald ne souriait pas, il gardait un visage fermé, un visage agacé.

" Henry Mitchell à sombré, mais il est venu se battre, rendons lui hommage.
Maintenant regardez tous ces navires derrière, plus la peine de continuez on rentre.
Les alliés nous ferons une propagande me traitant de lâche, mais que voulez que je fasse? vous entrainer dans la mort avec moi ou vous faire rentrer en vie?

Non je suis déçu, j'ai répondu à l'invitation au combat et là ils sont venus tous groupé au lieu de tenter de me couler d'égal à égal, alors a moins d'être stupide, il n'y aura pas de tir au pigeon aujourd'hui."

Il ordonna de rentre au port et de la salle de commandement je voyait deux mouss balancer à la mer le corp sans tête du chef artilleur.

La tête était posée au beau milieu du pont pour "montrer l'exemple" avait exigé Thorvald.
thorvald knopp
thorvald knopp
Violente tempête
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : Norvégiene
Flottille au Front Atlantique : Wikingergeschwader
Nation au Front Pacifique : aucune
Nombre de messages : 1616
Age : 102
Date d'inscription : 31/10/2009

Infos
Nationalité: Allemand

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Dim 27 Juin 2010, 21:00
Il faisait chaud cette pour les scandinave, le KMS Wiking sur la demande très explicite de Thorvald avait pris la mer.
Au fil des heures il s'amusait à dire :Tien il était pas ce navires tout à l'heure? et ce à duré toute la journée.

Il jouait avec le feux, mais son orgueil avait dicté sa prise de risque énorme.
Là où certain de ses commandants lui demandait la plus grande prudence, lui répondait qu'il était hors de question de se laisser trainer dans la boue de cette façon!

8h45, dans cette nuit calme un coup de tonnere se fit entendre.
Le Uss Little Cincinnati (Croiseur léger classe Omaha) venait de tirer deux coup de 152mm sans nous toucher.

COmme à son habitude, il dit à ses gars de sortir de la rade et de venir se frotter aux alliés.
Un par un, les Wiking de Lorient sortirent, calme, près à en découdre, tous motivé et enragé.
10h11, nouveau grondement, le USS San Diego (CL 53) (Croiseur léger classe Atlanta) venait de tirer à son tour au 127mm

Thorvald nous dit: Et bien dis donc ils sont aussi mauvais tireur que mon abrutis de canonier que j'ai décapité.

Entre temps deux commandant avait eux aussi lancé des attaques sans succès, mais Thorvald ne s'en offusqua pas; ils leur dit même:
Bien les gars, au moins ils verront que même face à leur gros cul on charge, mais vu leur manque de correction, vous verrez qu'il nous traiterons de làche.

Thorvald d'un ton décidé demanda alors de mettre en route le KMS Wiking et alla jusque devant l'armada allié qui avait considérablement grossit.

"Et bien voilà, je sort et ils envoient tous leur petit monde pour ma pomme, Fantastique, quel popularité j'ai maintenant"

Face à ce qui se préparait le vizeadmiral ordonna à sa meute de rentrer, insistant sur le déséquilibre des forces.

Désormais, tous rentrait a petite vitesse, jusqu'au moment où il ne reste que le KMS Germania et le KMS Sverige.
Thorvald ordonna au deux KMS de rentrer mais le KMS Sverige eut un soucis et ne pu se replier.

A la surprise de Harald Rolf, Thorvald lui dit: "Je rentrerai le dernier, temps que tu es coince dehors je reste, tant que tu n'es pas en lieu sur, je reste!!"

18h51, l'aube était là, un bruit monstrueux nous fit sursauté; le USS Guam (CB-2) (Croiseur de bataille classe Alaska) venait d'ouvrir à deux reprise au 305mm.

Thorvald pour le coup, sans un léger trait d'humour dit:
Punaise là on a eut chaud les gars, car je ne lai pas vu arriver celui là et ce bruit m'a fait sursauté, saleté d'allié, quel magnifique navire il a dans les mains, mais heureusement qu'il nous a loupé.

Puis Harald appela en nous disant:"C'est bon je rentre, merci vizeadmiral, c'est moi qui aurait du faire écran, pas vous, merci".

Sans trop attendre, Thorvald jeta un dernier coup d'œil à l'horizon, ou on voyait clairement l'armada allié et ordonna le replis.

"fini les gars, on ne peut rien faire, j'espère qu'ils auront au moins l'honnêteté de ne plus dire que je me planque, de ne plus me m'insulter, car là ils ont eut beaucoup de temps et d'occasion et je n'ai pas bougé, alors qu'ils me reconnaissent se mérite et ce courage tout comme je reconnais leurs valeurs individuels !!"
karl ruprecht Kroenen
karl ruprecht Kroenen
Grand-frais
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : Danoise
Flottille au Front Atlantique : Wikingergeschwader-Dansk
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 264
Date d'inscription : 08/10/2009

Infos
Nationalité: Allemand

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Lun 28 Juin 2010, 17:57
Un jeune sous officier fit parvenir un plis a KRK:

"KRK je te laisse la flotte en main. Je pars dès ce matin pour Berlin, puis Bergen.
Tâche pour une fois de te montrer civilisé et n'envois pas tous mes gars à la mort.

Je te fais confiance et sais que tu saura t'appuyer sur les cadres de la flotte.

Farvel min venn !!

Vizeadmiral Thorvald Knopp"

A cette lecture, KRK ne savait pas trop quoi en penser. Le commandement ne l'inquiétait pas, mais pourquoi un tel mot de son ami?

Sous son masque pas moyen de voir le visage, ou plutôt ce qu'il en restait, mais à sa posture on sentait KRK contrarié.

Il parti rapidement vers le bunker, l'équipage du Dansk I était pourtant déjà à bord, mais il observait son chef s'enfoncer sous terre vers la salle de commandement.

KRK n'avait pas réussit à joindre Thorvald, mais l'un de ses second lui répondit:

"Il nous avait rien dit; il est monter dans une Kubelwagen de la wehrmacht sans rien me dire d'autre que je devais me mettre sous vos ordres".

A peine raccroché, le radio nous rapporta que KRK se redressa et commença immédiatement son travail.
Il rédigeait des ordres, il signait des promotions au sein de la flotte et ce n'est que très tard dans la nuit qu'il a rejoint le U9-Dansk I

karl ruprecht Kroenen
karl ruprecht Kroenen
Grand-frais
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : Danoise
Flottille au Front Atlantique : Wikingergeschwader-Dansk
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 264
Date d'inscription : 08/10/2009

Infos
Nationalité: Allemand

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Mar 29 Juin 2010, 12:16
Un raid aérien a eut lieu cette nuit.

La raf a surpassé en nombre notre luftwaffe et les flak 88 n'ont eut que peut d'efficacité.

Un rapport arriva sur le U9-Dansk I:
"Alors que plusieurs avion de ligne et notamment un Junkers Ju 52/3m dans lequel le vizeadmiral Knopp étaient , la RAF a mener en un éclair un raid en Spitfire juste après leurs envol."

Les BF 109e se faisaient totalement dépasser par la vitesse et la maniabilité des spit.
Les Flak 88 totalement abasourdis, tiraient sans conviction, a terre tous le monde courait dans tous les sens sans savoir exactement comment la luftwaffe de Goering avait pu laissé les Anglais nous attaquer.

La panique passé, les premiers chiffre tombèrent:
l'aviation allemande a été en grande partie détruite, et le Junkers Ju 52/3m a été abattu, sans aucun survivant.

A cette lecture, krk lâchât le rapport:

"Thorvald est mort !!! C'est impossible, pas de cette façon!!!
NEIN!!!!!!! ils ne l'ont pas tué en mer et il se fait tuer dans les airs par les Anglais??

Putain, appel moi immédiatement Berlin! Ou est Goering, ou est ce gros tas, ce fumié, où est ce bandit et sa luftwaffe de pacotille !!!
Je vais moi même en informé le Fuhrer; jamais nous avons connu une telle honte, jamais cet escroc de Goering n'a été aussi mauvais !
Je veux sa tête, je veux toutes les têtes de la luftwaffe!!"

KRK était fou furieux, il cassait tout autour de lui, son luger à la main, il faisait des grands geste.

"Appel moi qui tu veux a Berlin, mais je veux dans l'heure un rapport complet sur ce raid, je veux des responsable!!"

Deux heures passèrent, KRK était complètement fou, il tirait sur les carcasses fumante des chasseurs allemand au luger, il avait même tiré sur les cadavres des aviateurs avec un MP 40 et toujours aucun retour sur cette tragédie.

Il accusait le coup, il venait de perdre son ami, il revoyait Thorvald en guenille sur le pont du KMS Wiking, il se rappelait le viking avec sa corne et son cigare, il n'arrivait pas à admettre la réalité, Thorvald avait péri alors qu'il avait fait fasse aux allié.
Thorvald qui aimait dire que Churchill ne pouvait être mauvais puisqu'il aimait les cigares venait de périr par la force aérienne de son ennemis.

La Wikinger était décapité, la nouvelle connue, les wiking étaient perdue, il ne pouvaient croire au décès de leur chef.
Il les avaient pris sous sa protection, ils les avaient formé et dès qu'il avait quitté son bunker il se faisait bêtement tuer, sans même pouvoir se défendre.

Depuis un silence pesant se faisait sur les radios.
Ernst Bauer était silencieux, Harald, Ludvig ses plus fidèles lieutenant ne pouvaient s'empêcher de regarder le KMS Wiking a quai, ils n'arrivaient pas a aller annoncer la nouvel a l'équipage.

Gruner Engel était abasourdi; il ne pouvait pas un instant penser que le viking était mort ici, pas loin de ses hommes.

Certains sous marins en plongé n'avaient pas encore lu la nouvelle et déjà il fallait préparer la relève.
Urash von Juntz
Urash von Juntz
Vent frais
Autre pseudo : Kyo Kotani
Nation au Front Atlantique : Allemagne
Flottille au Front Atlantique : Wikingergeschwader-Dansk
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Tekkosen Kantai
Nombre de messages : 196
Age : 46
Date d'inscription : 04/01/2010

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Mar 29 Juin 2010, 14:39
— Nein ! Das ist unmöglsch !
Le Fähnrich zur See Odon Trepztow, traducteur, responsable de salle radio, sursauta. Le Vieux avait de plus en plus souvent de ces sautes d’humeurs qui ne lui ressemblaient pas, mais ce hurlement passait tout ce qu’il avait déjà eu l’occasion d’entendre.
— Herr Kapitän Von Juntz, c’est ce que mentionne la dépêche… Je suis navré…
Von Juntz se sentait les larmes aux yeux. Le Vizeadmiral, mort ou disparu ? Cela ne se pouvait pas, cela n’était pas possible. La guerre, bien sûr, menaçait toujours d’engloutir tous ceux qui acceptaient d’entrer dans sa danse, mais le Vizeadmiral Knopp semblait connaitre mieux qui quiconque les pas et les voltes qui permettaient de rester en piste.
Il avait fallut qu’il abandonne son terrain de prédilection, qu’il prenne les airs pour qu’enfin les alliés parviennent à l’abattre.
— Thor et Odin ! Comment avez-vous pu permettre…
Comme pour faire taire le capitaine avant qu’il ne puisse lancer les blasphèmes qui lui montaient dans la gorge, le Seewespe trembla, hurla et l’avant du navire fut soudainement englouti dans une mer de flammes. Une salve de 40mm incendiaire venait de le frapper de plein fouet, allumant un grand incendie sur sa proue. Les détonations parvinrent enfin au navire, largement précédées par les munitions supersoniques, qui avaient traversé l’espace entre les deux navires presque trois fois plus rapidement que le son du tir.
Von Juntz n’eut pas besoin de hurler, un regard suffit pour que les servants du canon de 105 mettent leur arme en batterie. Dans quelle direction ? Où se trouvait l’agresseur ? La fumée qui envahissait le pont réduisait la visibilité. La vague silhouette d’une canonnière Érié était à peine perceptible. Le coup partit, sans qu’on puisse voir ni gerbe, ni explosion. Le lourd canon ne toucherait jamais rien.
— Passez au 37 mm, schnell !
Le double affut du canon anti-aérien s’orienta dans la même direction et une longue série de détonations retentit dans la nuit. Les flammes grimpaient de plus en plus haut, éblouissant les servants. Ils n’avaient pas une chance sur mille de faire mouche et ce fut n’importe laquelle de ces neuf cent quatre-vingt dix-neuf chances de rater leur cible qui leur échut.
— Machine avant toute. Trepstow !
— Jawohl, Herr Kapitän ?
— Lancez une alarme et un message de SOS. Nous…
La chaleur de l’incendie fit exploser les munitions d’une batterie de 20mm à l’avant, criblant d’éclat le poste de pilotage, défonçant le pont et exposant à l’air libre la salle des machines. Le moteur de la Seewespe hoqueta, puis repartit en cognant.
Tout cela se présentait mal. Et Von Juntz s’en moquait. Knopp. Mort. Quelle importance si son navire coulait ? Knopp était parti, pour toujours. Rien n’avait plus d’importance.
— NEIIIIIIIIIIN !
Le hurlement du capitaine résonna dans la nuit, comme s’il exprimait le cri d’agonie de son navire en perdition. Ou peut-être de cette flotte dont l’âme venait d’être arrachée avec son commandant en chef.
— Herr Kapitän. Un message radio du Kommodore Kroenen. Félicitation, Herr Kapitän ! Vous êtes nommé commandant en second de la flotte !
L’horrible juron qui jaillit de la bouche de Von Juntz chassa bien vite le jeune aspirant. Quel intérêt à cette promotion ? Aucune joie, aucun plaisir n’existait plus. Knopp était mort.
karl ruprecht Kroenen
karl ruprecht Kroenen
Grand-frais
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : Danoise
Flottille au Front Atlantique : Wikingergeschwader-Dansk
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 264
Date d'inscription : 08/10/2009

Infos
Nationalité: Allemand

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Mar 29 Juin 2010, 15:33
VOici les photos que ces abrutis de la luft m'ont fait parvenir, quel triste spéctacle.

Sous la protection de Thor ! Battle_of_Brittany_-_Brest_04

Voici l'épave de l'avion de Thorvald
Sous la protection de Thor ! 9r35z9

Sous la protection de Thor ! KG_54_He_111_Crash
Grüner Engel
Grüner Engel
Tornade
Autre pseudo : None
Nation au Front Atlantique : None
Nation au Front Pacifique : None
Nombre de messages : 3902
Age : 30
Date d'inscription : 16/07/2009

Infos
Nationalité: ???

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Mar 29 Juin 2010, 23:34
La nouvelle lui parvint au clair de Lune, alors que Gruner sirotait une tisane pour calmer ses nerfs. Ce blocus l'exaspérait. Non pas parce qu'il était bloqué à quai, mais simplement parce qu'il ne comprenait pas ce qui poussait les alliés à agir ainsi.

-Kapitän Engel! Kapitän Engel! On vient de recevoir un radio du Konteradmiral Kroenen... Kapitän...
- Et bien transmettez voyons! Qu'attendez-vous?
-Kapitän, c'est au sujet du Vizeadmiral...
- Sergent, si vous ne me délivrez pas immédiatement ce message, je vous fais mettre aux arrêts!
-Il est mort Kapitän.
- QUOIIIIIIIIIIIIII????????!!!!!!!!!!!! Qui est mort?
-Le Vizeadmiral Knopp. Abattu par la RAF alors qu'il se rendait à Berlin.
- C'est impossible!!!!! Qu'allait-il faire à Berlin?? Il ne m'en a jamais parlé!

La fureur commençait à déborder de toute les pores du capitaine Engel. Toute cette frustration contenu. Léo. Le blocus. La perte de son ami. Son ami. Car il n'était d'autre qualificatif pour parler de Thorvald Knopp. Herr Thorvald Knopp. Celui qui l'avait accueilli et formé au sein de la Kriegsmarine, celui qui lui avait fait confiance et donner sa chance. Celui qui lui avait appris toutes les ficelles et ruses que seul un vieux loup de mer peut connaitre. Parti. Abattu. Dans les airs. Lui le Kraken, l'incarnation de la force de Poséidon. Comment Thor et Odin ont-ils pu permettre cette infamie?

-Mensonge que cela, sergent!!!
- Mais??!! Kapitän... C'est ce que l...
- JE ME FICHE de savoir ce que dit votre message! Je vous dis que le Vizeadmiral ne peut être mort! Moi vivant, je continuerai de perpétrer la tradition Wiking comme Thorvald nous l'a enseigné. Force et Honneur! Nous continuerons de faire vivre Thorvald à travers nos victoires! C'est compris sergent?

-Oui Kapitän!
- Alors transmettez à KRK que je me mets à ses ordres. Et faites passez ma volonté au reste de la flotille.
-A vos ordres Kapitän!

Le sergent s'empressa de partir. Il sentait que le calme apparent de Grüner n'était qu'une facade, et qu'il valait mieux ne pas être trop près quand le capitaine allait laisser parler sa fureur.

CRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAC! La chaise que Grüner tenait entre ses mains venait de se fendre. Engel ne tenait plus entre ses mains que deux morceaux symétriques de ce qui avait été sa chaise en bois fétiche, lors de ses retours à Lorient.

Il les jeta dans la ruelle et se mit à courir. Courir et ne plus s'arreter. Courir pour ne plus penser. Courir pour oublier. Non. Ne pas l'oublier. Ne jamais l'oublier. Même si Thorvald était parti.
karl ruprecht Kroenen
karl ruprecht Kroenen
Grand-frais
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : Danoise
Flottille au Front Atlantique : Wikingergeschwader-Dansk
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 264
Date d'inscription : 08/10/2009

Infos
Nationalité: Allemand

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Mer 30 Juin 2010, 12:54
lors d'une surface avec le Dansk I; un message radio codé arrivait.

le message venait du gauleiter, envoyé depuis Berlin pour faire un rapport sur le raid de la RAF.

"Les dégats sont très important, les pertes humaines très élevé, mais surtout sur la population Française.
Plusieurs blessé et de nombreux mort coté Allemand..."

KRK lisait entre les lignes puis il jeta le rapport.
"Qu'elle conneries, un véritable rapport de gratte papier."
KRK ordonna de plonger lorsq'un nouveau message arriva.

" Konteradmiral, je tiens à vous indiquer les trois croiseurs ont disparu, ils ne sont plus au port et le KMS Wiking en fait partie."

KRK eut un instant de silence:
"soit les fumié du haut commandement ont refilé les croiseurs, soit Thorvald n'est pas mort, et là les choses ne sont plus les mêmes !!!"

"Mes amis; gardons espoir, et souhaitons que le viking soit de retour.
Contact moi vite Harald et Ludvig, je veux les noms des croiseurs manquants."

Trop tard KRK nous sont en plongé, la radio ne capte plus.

Mais bordel je suis entouré de débile profond !! à ce rythme là je vous aurais tous tuer avant que nous rejoignions la terre ferme !!

karl ruprecht Kroenen
karl ruprecht Kroenen
Grand-frais
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : Danoise
Flottille au Front Atlantique : Wikingergeschwader-Dansk
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 264
Date d'inscription : 08/10/2009

Infos
Nationalité: Allemand

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Mer 30 Juin 2010, 17:40
je ne pouvais attendre de refaire surface:
"Surface, je veux savoir ce qu'il en est des croiseurs !:"

Voici le message que vous attendiez Konteradmiral, dit le radio.
"Alors KRK tu as vraiment cru que je me laisserait tuer de cette façon, sans me battre??
Ha mes fidèles sont avec moi et nous sommes sortie.
Tu veux un bilan? la cannonière qui a osé me couler mon fidèle Urash vient de couler sous mes canons !!.
Je suis resté bien planqué à réfléchir jour et nuit et nous voilà.

Le chef est de retour, alors fini le bordel
Thorvald Knopp !!"

A ces mots KRK étai heureux, immédiatement il ordonna de plonger pleine vitesse vers les Alliés.
Urash von Juntz
Urash von Juntz
Vent frais
Autre pseudo : Kyo Kotani
Nation au Front Atlantique : Allemagne
Flottille au Front Atlantique : Wikingergeschwader-Dansk
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Tekkosen Kantai
Nombre de messages : 196
Age : 46
Date d'inscription : 04/01/2010

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Jeu 01 Juil 2010, 10:26
On puvait y voir le hasard ou le destin. L'aspirant Trepztow était parvenu à descendre une échelle de coupée tête la première, alors que le navire, ancré dans la rade de Brest, était à peu près aussi immobile qu'une professionnelle française en action avec un client qui l'avait déjà payée. Autant dire qu'il ne bougeait pas beaucoup.
Le Kapitänleutnant était donc dans la salle de radio lorsque le message arriva.
"Canonnière Erié coulée au 46°30 N ; 3°30 W
Signé : Vizeadmiral Knopp"
Le sous-officier qui travaillait sur la machine Enigma et venait d'achever le décodage avait l'air troublé. Sans doute s'attendait-il à une de ces réactions explosives dont Von Juntz avait pris l'habitude ces derniers jours. Le visage de l'officier resta de marbre. Son unique commentaire résonna dans la salle radio, mais le ton sur lequel il était proféré ruinait tous les efforts de son auteur pour avoir l'air impassible.
- Gut ! Sehr gut ! Knopp ist zurück ! Gut !
Dans la tête de Von Juntz, un cyclone tropical se déclencha, noyant la déprime des derniers jours sous une lourde pluie de pensées joyeuses.
avatar
Invité
Invité

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

le Sam 03 Juil 2010, 13:27
Thorvald revenue aux commandes des Wikinger; les choses avaient changés.
Lorient était libéré, et désormais seul Brest défendu par de nouveaux commandant était toujours occupé.

Les alliés allaient surement oser critiquer notre flotte et pire nous traiter de làche, mais un décompte avait été transmis au Grosadmiral Doentiz et aux autres flottiles.

Choses terrible pour les alliés qui quotidiennement coulait nos navire, ne parlaient pas de leur pertes qui étaient présente.

Depuis son retour Le Viking donnait de la voies. Les ordres n'étaient pas suivit par certain commandent ce qui avait le don de l'ennerver terriblement.

"Mais qu'est ce qu'ils me font ces couillons, ils se croient plus malin que moi ces bleues bites??"

Quand il parlait comme celà il fallait s'attendre à ce que l'équipage nettoie le croiseur de fond en comble.

"il se font coulé et aucun n'a l'idée de se dire que j'ai raison de leur dire de rentrer!!! Mais bordel qui m'a filé ces casses coup aveugle?? Ils croient que Ayrole est un mousse? ils pense que la Home fleet sont des blaireaux ou quoi????"

Thorvald n'était pas inquiet, mais énervée par la prise de risque de ses gars.

Il était curieux de voir Thorvald respecter ses ennemis qui ne lui rendaient aucun respect, bien au contraire, mais il était comme ça.
par contre plusieurs nom circulaient avec pour titre : CIBLES PRIORITAIRES.
Et là les alliés n'avait pas la moindre idée de ces nom qui curieusement n'étaient pas les ennemis les plus dangereux t il savait impossible qu'il le découvrent un jour.

Aucun indice ne pourrait les mettre en alerte, seul les proches ou fièles de Thorvald avaient reçu les noms.

Il fallait comprendre que les alliés avaient profondément énervée Thorvald, et que certains commandant ennemis avient autant de classe qu'une moule de bouchot. Dès lors de têtes seraient pourchassé et certains ne pouvait un instant penser être une cible pour les Wikinger? Pire, Thorvald avait promis des récompenses pour le naufrage de certains.

Les wikinger avaient pris un nouveau cap, plus brutal, plus combatif.





Contenu sponsorisé

Sous la protection de Thor ! Empty Re: Sous la protection de Thor !

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum