Aller en bas
Adam Anfray
Adam Anfray
Tornade
Autre pseudo : Jerome Girard
Nation au Front Atlantique : FNFL
Flottille au Front Atlantique : Force Raid de l'Atlantique
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Louisiana Gators Bâton-Rouge
Nombre de messages : 4629
Age : 35
Date d'inscription : 01/02/2009

Infos
Nationalité: FFL/Américain (Pacifique)

Astérix en Amérique Empty Astérix en Amérique

le Ven 31 Juil 2009, 11:21
Prélude :

Toute la flotte était rassemblée au Nord-Est des Açores. Le ravitaillement inter-allié s’était parfaitement déroulé malgré les quelques sous-marins ennemis qui trainaient depuis plusieurs semaines. Ceux-ci avaient bien tiré quelques torpilles, mais le talent de nos ingénieurs conjugués à l’incompétence des forces de l’Axe nous avait sauvés.Les dernières informations de l'Amirauté signalaient la présence d'une force ennemie importante vers les Etats-Unis.

La veille du départ tous les Capitaines s’étaient réunis sur un des nouveaux Cuirassé mis à notre disposition à Fort de France afin de planifier notre Mission et de profiter de l’accalmie du moment. Lors de cette nuit bien arrosée, plusieurs hommes étaient tombés à la mer : passer d’un destroyer au cuirassé sur une petite passerelle en pleine Mer n’était pas aisé, l’alcool n’aidant pas, bien évidemment.

Le lendemain, après une journée ensoleillée passée à faire l’inventaire et la maintenance de nos rafiots, tout le monde était enfin prêt à partir.

Le 28 juillet à 17h, le départ fut sonné.

Un éclaireur « au chocolat », comme il aimait qu’on l’appelle, avait parcouru les premiers milles pour aiguiller le reste du troupeau : Cuirassés rapides classe Richelieu, Croiseurs lourds classe Algérie, Destroyers classe Le Fantasque et Mogador. Croiseurs léger classe Atlanta et bien sûr les navires de soutien indispensables pour mener à bien notre Mission.
En cette fin d’après midi régnait une ambiance de feu, que peu d’entre-nous connaissait. Nous avions ordre d’attaquer le joyau du IIIe Reich : le Cuirassé classe Bismarck et sa flotte tant redoutée. Cet objectif surexcitait tous les marins et donnait une motivation sans pareille.

Départ :

L’officier radio :
- L’Opalescence nous signale que la route plein Nord est sûre Capitaine.
au début surpris......puis rapidement énervé
- Quoi ! … Nord !....Mais nous devons aller vers l’Ouest bordel….Le Bismarck va pas nous attendre!

Tout penaud
- J’sais pas moi Capitaine……, il nous demande de l’rejoindre sur sa position. J’croyais pourtant qu’on allait sur Halifax, hein Capitaine?
- Rhhh!....
Pensif: Halifax…Cap Nord….J’y comprends plus rien ou quoi? ….Démarrez les moteurs… On va voir ce qu’il a dans le ventre ce Croiseur !
- d’un air timide, il osa-: Euuuhhh….Quel cap Capitaine?
- Nord imbécile ! On va rejoindre l’Opalescence et apprendre à son Capitaine à lire une carte!
Erwan Lafleur
Erwan Lafleur
Tornade
Autre pseudo : Ethan Jones
Nation au Front Atlantique : Nesp...euh... FNFL, what else.
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Aucune (poor and lonesome cowboy)
Nombre de messages : 6809
Date d'inscription : 17/02/2008

Infos
Nationalité: Français (FFL)

Astérix en Amérique Empty Re: Astérix en Amérique

le Sam 01 Aoû 2009, 17:11
16h30...

Un bâillement plutôt bruyant s’échappa du hamac tendu à l’arrière des superstructures du destroyer. La journée commençait pour son capitaine dont les cheveux semblaient poussé à l’intérieur du crâne… le mélange d’alcool n’est jamais très bon pour l’organisme aussi habitué soit-il à l’absorption de boissons en tous genres…

Puis le corps, hésitant au début, sorti de son nid douillet pour se diriger vers la salle de commandement. Après tout, il fallait bien ouvrir la route et la choisir alors un coup d’œil sur les cartes ne serait pas du luxe.



16h50…

Hmmm… grrrblmdblm… mouais… pffffff… Halifax… A vue de nez on pourrais prendre plein Ouest… le capitaine consulta les dernières nouvelles en provenance du port des Açores… Submersible au Nord – Nord-Est sur convois Américain… putain de casse-couilles ces sardines à l’huile de moteur…

On ne devrait pas aider les Américains, Erwan ?...
demanda son second.

Pffff, ras le cul de toujours aller à la rescousse des autres, bordel… quand ce n’est pas les Rosbeefs c’est les ricains… qu’ils aillent ce faire foutre… la prochaine fois ce serra quoi ? Les Russes qu’il faudra aller aider… il n’y à pas marqué mercenairesil fit un geste sur son front…

Arthur, le second, rigola… il s’attendais bien à une tel réponse… surtout au réveil, Erwan n’était pas toujours des plus diplomatique.


Bonil attrapa une deuxième carteet celle-la elle nous dis quoi ?...
Ah ouais, bon le courant des Canaries nous pousse vers l’Afrique… si on le prend de face on va se traîner comme des tortues rhumatisantes… bon on va couper à travers, direction Nord… puis Nord-Ouest pour profiter de la dérive du Gulf stream… on glissera sur la vague, ça nous épargnera du carburant et du temps…

Allez hop, on dégage de la…



Astérix en Amérique Multimedia%5Cmedias%5C11_633204505718974141
Adam Anfray
Adam Anfray
Tornade
Autre pseudo : Jerome Girard
Nation au Front Atlantique : FNFL
Flottille au Front Atlantique : Force Raid de l'Atlantique
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Louisiana Gators Bâton-Rouge
Nombre de messages : 4629
Age : 35
Date d'inscription : 01/02/2009

Infos
Nationalité: FFL/Américain (Pacifique)

Astérix en Amérique Empty Re: Astérix en Amérique

le Mer 05 Aoû 2009, 13:19
30 juillet au petit matin. :

Le Bonaparte s’était approché de l’Opalescence. Levé aux aurores, Girard avait demandé à Antonio Colano, un compatriote Corse, de lui préparer « sa vieille poulie ». Tonio grimpa au sommet du croiseur sur l'armature des relais de transmission pour y fixer sa poulie artisanale. Dix mètres plus bas, Girard monta sur plusieurs caisses de munitions:

- Tu tiens Tonio, c’est bon ?
- C’est bon Gégé tu peux y aller….


Tandis que Tonio faisait contrepoids, Girard s’élança dans le vide ……
Après plusieurs essais malencontreux, Tonio, dans un puissant mouvement, fit balancer Girard au dessus du Fantasque, qui paraissait si petit de là-haut.
Une chute de près de cinq mètres et deux roulés-boulés plus tard, il était sur le pont supérieur du destroyer. L’air hagard, il jeta un œil sur les 4 gars médusés près de la rambarde puis se tourna vers la cabine principale. Il croisa le regard observateur de Lafleur…

Lafleur était tranquillement installé derrière son bureau avec un verre au contenu fort aguichant. Il ruminait son… ou plutôt un de ses derniers procès , où il avait ridiculisé un fonctionnaire allemand en lui envoyant une chignole mémorable.
Pendant quelques instants, il observât Girard se relever péniblement, puis lui fis signe d’entrer.

Le sourire au bout des lèvres
- Bonjour! Ca va? Rien d’casser?….

Feintant sa douleur
-…Peccable! J'faisais ça tout l'temps sur les voiliers et chalutier du port de Bonifacio. Presque rien perdu de ma souplesse...Sauf à l'atterrissage....

- Ouais, tu m’as quand même plus fait penser à un vieux singe qu’à un cascadeur. Et ça date un peu tes exploits.... c'est plus d’ton âge ces co….…

- Connerie? Et les tiennes ! Pourquoi tu réponds plus à la radio ?.... Elle est encore en panne?....

- Houai......elle fait un petit caprice, mais les nouvelles radios de vos gros culs ne sont pas de meilleures qualités j'crois!

- Ahhh Ahhh.... j'lattendais celle-là.... Et pourquoi t’es parti plein Nord ? On avait dit direction Halifax à notre dernière réunion ! Si t’avais pas autant picolé aussi….j’te jure !

- Bah ! J’ai retrouvé une vieille carte qui va nous faire gagner 2 jours de naviguation!

- Mais biensûr, elle doit être tordue ta carte ou c’était celle de Colomb avant qu’il ne découvre l’Amérique peut être….

- Naaannn ! C’est une carte scientifiiique que j’ai piqué aux allemands. Regarde plutôt au lieu de gueuler ! Ils ont de bons océanographes ces schleus….. autant en profiter!….



En cette heure matinale, Girard plongea ses 2 yeux encore mi-ouverts sur cette fameuse carte. Au bout de 2 minutes d’explication sur les phénomènes marins du Gulf Stream, La tête commençait à lui tourner. Comme hypnotiser par ces spirales infernales, il cru s’écrouler, mais se retint de justesse avant de s'asseoir. De sa main, il massa sa nuque puis son crâne.

La main rouge sanguinolente
- ...Merde, je me suis un peu esquinté on dirait !

- Fais voir chochote ! Oh…….on dirait juste que ta tête va accoucher d’un obus de 40mm.


Les yeux rivés au sol, Girard aperçut une bouteille et un seau de glace planqués derrière le bureau:

- Donne-moi donc un glaçon et un peu de ta boisson colorée au lieu d’te foutre de ma gueule! Ca va calmer la douleur ! Et ta carte c’est du pipo …. à coup sûr! Une supercherie allemande...


3 août. :

Nous étions effectivement arrivés à St Pierre et Miquelon avec une journée d'avance, et les allemands étaient toujours vers Halifax.
Ils étaient cuits.... Les prochains jours s'annonçaient sanglants....
Erwan Lafleur
Erwan Lafleur
Tornade
Autre pseudo : Ethan Jones
Nation au Front Atlantique : Nesp...euh... FNFL, what else.
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Aucune (poor and lonesome cowboy)
Nombre de messages : 6809
Date d'inscription : 17/02/2008

Infos
Nationalité: Français (FFL)

Astérix en Amérique Empty Re: Astérix en Amérique

le Ven 07 Aoû 2009, 00:28
Dans la matinée du 3 août, armurerie de Saint-Pierre et Miquelon…

Désolé commandant il vous faut le formulaire B7.85K, accompagnée de la circulaire 43.SM.13 avec le cachet dûment apposé du bureau qui se trouve derrière vous couloir de gauche, 5ème porte à droite…

Le planton derrière son comptoir de l’armurerie avait débité sa phrase presque rituelle avec un aplomb et une rapidité certaine face à un commandant que la paperasserie énervait au plus haut point et à la patience somme tout très limités.
Aussi ce dernier empoignât-il le dit planton par le col de sa veste et le fit basculer ventre sur son comptoir de manière que nous ne pouvons décemment appeler ‘douce’…


Ecoute moi bien casse couille… tu ne m’as pas très bien compris… j’viens pas pour un pique nique mais pour une livraison rapide alors tu as le choix… Alors quoi… que faut-il faire pour être servi dans ce bled ?... faut que je t’explose la tronche sur ton comptoir de merde pour que tu comprenne…

Le planton apeuré et dont le teint avais légèrement blanchi balbutiamais… mais commandant c’est la procédure… je n’y peut rien… c’est les formulaire ou un ordre direct de l’Amiral…

Ben voilà, pourquoi tu l’as pas dis plus tôt… passe moi l’téléphone espèce d’andouilleErwan attrapa le combiné et composa un numéro…

Allo… bureau de l’Amiral Muselier je vous prie…

Comment ça en réunion ?... rien à foutre… passer moi l’Amiral, c’est urgent bordel…


Il attendis quelques secondes, puis…

Allo oui ? Amiral ? Oui, ici le commandant Lafleur… J’ai devant moi un con… pardonil attrapa à nouveau le plantonun sergent Lartigue de l’armurerie du port de Saint-Pierre et Miquelon qui refuse de me fournir du carburant pour notre flotte pour ce que vous savez…

Oui ?... je lui dis… écoute sergent de mes fesses, soit tu fourni sans broncher soit l’Amiral te mute sur un dragueur de mines devant Dunkerque… tu choisi… tu veut l’entendreErwan tendis le cornet vers le planton qui de quelques signes frénétiques des mains refusa l’appel…

Bien il à compris, merci Amiralil raccrocha…

Bon primo, tu va faire livrer 27 barils de carburant sur l’Opalescence dans moins de deux heures… Secundo, tu livrera tout ce qu’on te demande de carburant et fissa… et tertio… qu’est ce que tu fout encore la à me regarder avec tes yeux de merlans frit, magne toi l’train bordel…

Le sergent ne demanda pas son reste et fila passer les ordres pour un ravitaillement dès plus rapide. Sur le quai, Erwan souriait du tour qu’il lui avait joué en ne composant que 9 chiffres au lieu des 10, pour joindre Londres… C’est fou ce qu’on peut perdre comme temps en formalités administratives…
Erwan Lafleur
Erwan Lafleur
Tornade
Autre pseudo : Ethan Jones
Nation au Front Atlantique : Nesp...euh... FNFL, what else.
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Aucune (poor and lonesome cowboy)
Nombre de messages : 6809
Date d'inscription : 17/02/2008

Infos
Nationalité: Français (FFL)

Astérix en Amérique Empty Re: Astérix en Amérique

le Dim 09 Aoû 2009, 18:43
Nuit du 4 au 5 août… Atlantique Nord…

Rapport des commandants de la flotte, Erwan…

Manuel, radiophoniste de son état, venait de déposer plusieurs fardes à rabats en carton sur le coin de la table centrale de la passerelle de commandement du destroyer classe Le Fantasque.
Sous elles, une large carte allant des côtes Américaines et de l’embouchure de l’Hudson jusqu'à la pointe Est de Terre-Neuve…

C’était la deuxième nuit d’affilé qu’il veillait et autant dire que le jour il ne dormais pas beaucoup non plus mais l’excitation était telle que Morphée n’avait pas encore d’emprise sur lui. Alors inlassablement, au gré des transmissions qui arrivaient sur l’Opalescence, il annotait, traçais, plaçait, ponctuais, localisait tous les éléments de la flotte mais surtout... la cible…


Dufremontil pris la pointe sècheSaint-Pierre & Miquelon il traça la portée théoriqueréception faible et saccadée… Manu, la météo ?... temps clair et dégagé commandant… Merci… il entoura une zone au crayon…

Buquet… iciil pointa au crayon vertréception très faible… donc probablement ici quelque partun deuxième cercle vint garnir la carte…

Suero… lui, il est là-basla mine du crayon rose cassa sous la pressionbonne réception… donc ici, voilà…

Arnold Birgam… Sud-Est de Halifax… Nord-Est des Bermudes… position X… réception KMS Nürnberg… position Y… réception KMS Nürnberg, Admiral Scheer et… U-877… tiens un submersible… bah…position Z… réception de KMS Nürnberg, Admiral Scheer, Z-39, U-877 et…KMS Bismarck…

Erwan... depuis le port de Halifax… rapport de reconnaissance aérienne… Merciil parcouru le rapport transmis et compléta la carte de quelques annotations éparses…
Destroyer Leader … cargo armé…C4… la liste des navires était longue, nul doute que la Kriegsmarine en envoyant leurs meilleurs éléments avait vu juste…


Plusieurs lignes droites et cercles tracés au compas transformèrent la carte en esquisse abstraite… mais l’important était de savoir faire abstraction du superflu pour ne garder que l’information utile… la position, la direction et la puissance de la cible…

Cette nuit la, les messages radio furent échangés à un rythme constant et élevé entre les bâtiments de la flotte Franco-américaine alors que les premiers navires faisait déjà route pour interception…
Erwan Lafleur
Erwan Lafleur
Tornade
Autre pseudo : Ethan Jones
Nation au Front Atlantique : Nesp...euh... FNFL, what else.
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Aucune (poor and lonesome cowboy)
Nombre de messages : 6809
Date d'inscription : 17/02/2008

Infos
Nationalité: Français (FFL)

Astérix en Amérique Empty Re: Astérix en Amérique

le Dim 16 Aoû 2009, 18:20
Le jour ce lève en ce 6 août. Le soleil fait dardé ces premiers rayons sur l’immensité liquide de l’océan, réchauffant lentement la peau du matinal spectateur.
Seul sur la batterie avant du destroyer, un homme assis en tailleur goûte ce qui sera avant plusieurs jours le dernier moment de calme et de répit.

En effet, alors que Morphée enlace encore à peu près l’entièreté des âmes de ce coté du globe, un message radio était tombé de la part du commandant Dufremont. La cible était perceptible et ce déplaçait tous feux allumés vers le Sud-Est laissant de temps en temps rugir ces canons sur l’un ou l’autre navire Alliés qui se trouvait à se portée.

Peu à peu le filet se mettait en place et bientôt les commandants de l’Axe découvriraient, sûrement avec stupeur, l’escadre Franco-américaine qui avait fait le déplacement spécialement pour eux.


Arthur… fait route vers le Sudordonnât-il alors qu’il grimpait comme un singe sur les rambardes pour se hisser à nouveau au poste de commandement.

Manuelqui se trouve être le ‘radio’ à bordPasse moi Manon, Girard et Fancheil remit sur son nez ces lunettes noire tout en regardant fixement devant luila chasse est ouverte...


Astérix en Amérique 0608001
avatar
Invité
Invité

Astérix en Amérique Empty Re: Astérix en Amérique

le Ven 21 Aoû 2009, 16:15
6 août, atlantique nord.

D'un coup, le radio releva la tête. Il avait entendu parler en français. En code, d'accord. Mais indiscutablement, en français.
Cinq minutes plus tard, le jeune officier était au C.O. et faisait son rapport à l'officier de quart, le commandant en second. Ce dernier envoya immédiatement chercher le commandant qui était allé faire un somme.

Heinrich, le jeune matelot envoyé chercher le commandant, descendit la raide échelle menant aux locaux vie, puis frappa à la première porte, sur laquelle une plaque indiquait, en lettres dorées " Commandant ". Rien. Il frappa encore. Toujours pas de réponse. Timidement, il se décida à entrer puis, voyant le commandant profondément endormi dans son hamac, s'approcha de lui et lui secoua l'épaule pour le réveiller.


Grmblblbldblm !! Qu'est-ce qu'il y a, encore ? On peut pas dormir cinq minutes, dans ce maudit rafiot ? beugla Rall, qui appréciait fort peu de se voir ainsi tiré de son sommeil. Puis, devant la face terrorisée du jeune matelot... Bordel, quoi ? Parles !
Le...le second vous fait demander, mon commandant. Bredouilla le jeune homme, penaud.
Humpfrrr... Bon, j'arrive. lâcha comme à regret Rall, caressant négligemment du bout des doigts sa barbe de 2 mois.

Le matelot, sans attendre d'en être prié, se retira. Profitant d'un léger roulis, le commandant sauta de son hamac, enfila son uniforme et se rendit au C.O.

Commandant au C.O. ! avertit un officier. Le second, absorbé, penché sur la table des cartes, leva le nez et fit le salut réglementaire.

Bonjour commandant. Désolé de vous avoir fait réveiller si tôt...
'Lut, second. Je te caches pas que j'aurai préféré dormir un peu plus de 45 minutes... Bon, qu'est-ce qui se passe ?
Entrant tout de suite dans le vif du sujet, le second désigna la carte : le radio a capté des messages radio codés en français, il y a dix minutes. Dans cet azimut, signal relativement faible d'après lui, expliqua t-il en désignant du doigt la table des cartes. Puis, invitant Rall à se rapprocher : En gros, ils seraient dans ce secteur. Le radio dit qu'il y a au minimum 4 sources... Le commandant observa. Bon, rien de bien précis, mais sans triangulation, pas beaucoup d'espoir. Le cercle tracé au crayon était en plein dans leur Nord-Ouest, et...
Second, où sont les copains ?
Euh... normalement, ici... une pointe de compas se planta, en plein dans le cercle, un peu à l'est de son centre. Merde... souffla le second.
Ouais, un peu. Rétorqua Rall, inquiet... Foutus frenchies, qu'est-ce qu'ils foutaient là ? Il semblait évident qu'ils n'étaient pas venus pour une visite de courtoisie... Envoyez un message aux KMS Bismark, KMS Admiral Scheer, KMS Nürnberg : avons intercepté messages radio français. Estimons forces FFL à 4 bâtiments minimum, distants de vous d'entre zéro et quinze nautiques. Le second hocha la tête, prit note et appela un matelot :
Pour le radio. Tout de suite. Le matelot disparut aussitôt par la porte menant au local radio. Puis, le second, s'adressant à Rall : On fait quoi ? On va les aider ?
Non. Ils opèrent dans un secteur différent du notre. Si ils ont un problème, ils fuiront Sud-Sud-Est. C'est à dire droit sur nous, expliqua t-il en désignant la carte. Et puis, c'est que nous sommes fort occupés, ici, ajouta t-il, un sourire carnassier sous sa barbe.

En effet, le Schwan Schwarz était fort occupé, depuis trois jours à présent. Un convoi avait été aperçu, rejoint, attaqué. Le premier jour, une gerbe de torpilles avait éventré le SS-118 Atlantic Spirit, mais le convoi s'était dispersé, alerté par l'explosion de ce cargo chargé, outre d'une trentaine de chars légers M3 Stuart, de dizaines de jeeps, de Half-Track, de mécaniciens, tankistes, mais aussi et surtout de 2000 tonnes de munitions, de la grenade à main à la bombe de 500kg. L'explosion semblait s'être déclarée à l'avant, puis la boule de feu avait comme avalé le navire, le masquant totalement. Impossible qu'une vigie, même la plus distraite, put rater cela. Le lendemain, c'était au tour du SS-61 Kelvin Mc Karty, un tanker bourré de pétrole, atteignant à grand peine les dix nœuds. Il avait fallu achever cette épave rougeoyante avec le 105mm de pont. La nuit du cinq au six août avait été chargée. Un autre tanker avait été aperçu, attaqué, et coulé, explosant dans une boule de feu qui était montée haut, très haut. Le SS-447 North Traider avait coulé à pic.

D'accord avec vous, commandant. C'est qu'il reste encore trois cargos ! acquiesça le second
Erwan Lafleur
Erwan Lafleur
Tornade
Autre pseudo : Ethan Jones
Nation au Front Atlantique : Nesp...euh... FNFL, what else.
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Aucune (poor and lonesome cowboy)
Nombre de messages : 6809
Date d'inscription : 17/02/2008

Infos
Nationalité: Français (FFL)

Astérix en Amérique Empty Re: Astérix en Amérique

le Jeu 27 Aoû 2009, 10:28
Midi :

La matinée c’était passé à ce partagé entre les deux lignes de communications avec la flotte, l’observation de l’escadre Allemande et le positionnement de l’Opalescence pour tenter de leur couper la route.
Il savait pour cela pouvoir compter sur sa p’tite sœur ainsi que sur François, toujours la ou on lui demandait d’être un doigt sur la gâchette. Un peu en retrait, le commandant Girard attendait la réaction Allemande pour se positionner sur un des deux groupes.

Quant au deuxième groupe, composer de plusieurs navires lourds, sous l’impulsion du commandant Dufremont il était question qu’ils engagent le ou les bâtiments Allemand à la traîne…
Ce fut le Cuirassé de poche de classe Deutschland qui essuya les plâtres en servant de cible aux premiers tirs de la part de l’escadre Franco-américaine, non sans un certain succès d’ailleurs puisque d’après les rapports qui n’arrêtaient pas d’affluer il semblait assez bien endommagé.


Erwan… regardele second pointa son doigt vers l’OuestQu’est ce qu’il fout celui la ?... les yeux river aux jumelles on aperçu le destroyer Allemand pousser ces moteurs en plein vers le Sud-Est sur de nombreux miles…

Il serait pas des fois en train de tenter de se carapater lui ?... demanda le second…

Humpf… ou il ouvre la route au Bismarck… passe moi la ligne avec Dufremont…

Allo… ouais… ils se bougent le fion… Sud-Est… bah j’pense qu’i… attend… non de dieu… Quoi ?... chez toi aussi… pareil ici… oui… ok, ça roule…

L’escadre Allemande venait de bouger comme un seul homme, tentant de se défaire de la proximité des Alliés… le tango venait de démarrer, un jeu du chat et de la souris allait s’engager mettant les nerfs à rude épreuve…


Astérix en Amérique 0608001
Georges Blaison
Georges Blaison
Violente tempête
Autre pseudo : Philip Vian
Nation au Front Atlantique : FNFL
Flottille au Front Atlantique : F.A.N.A.
Nation au Front Pacifique : Commonwealth
Flottille au Front Pacifique : Force A
Nombre de messages : 1370
Age : 28
Date d'inscription : 30/03/2008

Infos
Nationalité: FFL/Commonwealth

Astérix en Amérique Empty Re: Astérix en Amérique

le Sam 03 Oct 2009, 20:42
A bord du Phénix, le commandant en second Bernard Lagarde se tenait sur le kiosque en compagnie de l'équipe de veille en surface en plein jour.
Il avait remplacé le capitaine de corvette Georges Blaison au pied levé car ce dernier était tombé malade à quelques nautiques des Acores. Les Américains l'avaient donc récupéré pour le soigner tandis que son second prenait connaissance du contenu de l'opération et correspondait avec le reste de l'escadre sans que l'amirauté à Londres n'en soit informé. La lourdeur administrative et le manque de délai pour coincer l'arrogante flotte allemande l'avait conduit à aller jusqu'à cette extrémité.
Depuis, il avait dirigé le submersible de la classe Redoutable d'assez bonne main vers le Québec afin d'obliger l'ennemi à ralentir la cadence pour s'assurer qu'il n'était pas en danger, permettant ainsi au reste de l'escadre franco-américaine de rattraper son retard et de tendre un piège vicieux à la fierté du III° Reich. Une fois le dispositif en place, on lui avait proposé de tenter de se tailler une part du gâteau si les capacités du Phénix lui permettait d'arriver à temps pour la curée. Contre toute attente, le submersible était même arrivé avant que les Alliés ne commencent à en découdre avec sa proie.
Pour l'heure, Lagarde notait sa position et celle de sa cible: le KMS Bismark qui filait selon une trajectoire proche de la position du sous-marin en attente de frapper.
"Ok, c'est bon, tout le monde rentre à bord. On plonge!" ordonna le second.
Malheureusement, aucun n'avait vu la traînée blanche qui se dirigeait immanquablement vers le bâtiment français. L'explosion de la torpille au contact de la coque perça les ballasts, la coque externe ainsi qu'une bonne portion de la coque interne, laissant rentrer l'eau à l'intérieur et tuant tous les sous-mariniers présents près du point d'impact. La réaction des hommes survivants permit de garder le submersible à flot, comme par miracle, en isolant toutes les pièces proches de la faille. Au moment où ces derniers commençaient à s'interroger sur les causes de cette catastrophe, une deuxième torpille vint frapper le prédateur à l'agonie, l'achevant d'un coup dont la puissance et la violence aurait fait pâlir les plus insensibles.
Quelques jours plus tard, alors que le Bismark s'en allait rejoindre les abysses près de l'épave du Phénix, les navires Alliés recherchaient en vain des corps ou des survivants du seul navire ne répondant plus à l'appel. Le Phénix fut déclaré perdu corps et biens.
Seul le capitaine en titre était toujours vivant et lorsqu'il apprit la perte de son bâtiment, dont il venait juste de prendre le commandent, il en fut anéanti. L'amirauté de la France Libre en rajouta encore en le déclarant responsable de la perte du Phénix en ne s'étant pas assuré de la survie du submersible. Toutefois, dans les conditions actuelles et au vues des circonstances, on lui accordait tout de même le commandement d'un côtier qui était en plein ravitaillement à Alger et qu'il devait rejoindre au plus vite.
Mais le capitaine Georges Blaison n'apprendrait le meilleur qu'une fois sur place...

[HRP]Etant donné que mes camarades n'ont pas l'air motivés pour donner la suite du RP avant "mon" naufrage, je le poste maintenant. J'ajoute que c'est la seule mésaventure de l'opération et qu'elle n'est pas de mon fait.[/HRP]
Erwan Lafleur
Erwan Lafleur
Tornade
Autre pseudo : Ethan Jones
Nation au Front Atlantique : Nesp...euh... FNFL, what else.
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Aucune (poor and lonesome cowboy)
Nombre de messages : 6809
Date d'inscription : 17/02/2008

Infos
Nationalité: Français (FFL)

Astérix en Amérique Empty Re: Astérix en Amérique

le Mar 03 Nov 2009, 12:04
Deux jours avant le naufrage du Phénix :


Allez avance encore un peu mon grosles yeux rivé aux jumelles, Erwan observa les mouvements de la flotte Allemande. Elle bougeait comme prévu vers le Sud-Est, seul cap plausible pour eux puisque leur seul salut viendrait d’un port. Manque de chance entre eux et l’Europe il y avait une bande de fou furieux… derrière eux, c’était l’Amérique… au nord, les glaces et les grands froids… non, seul le sud et l’Amérique Latine pouvaient constituer un mince espoir de survie…

Erwan… communication avec Dufremont… Salut papy, quoi d’neuf ?... tu prend en chasse, ok ça roule, pareil de mon coté…

Mañuel, passe moi Levente et Girard… allo ?... ouais… direction Sud-Est, coupez leur la route et les lâchez pas, bordel…

Mañuel, passe moi l’ricain qu’est au sud
et quelques secondes plus tardIci, Erwan… bouge pas ils arrivent…

Arthur, plein sud, on va s’approcher de nos zigotos… la nuit va tomber faudrait pas qu’il nous tente un coup de pute…



Astérix en Amérique Wolfgang0608005
Erwan Lafleur
Erwan Lafleur
Tornade
Autre pseudo : Ethan Jones
Nation au Front Atlantique : Nesp...euh... FNFL, what else.
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Aucune (poor and lonesome cowboy)
Nombre de messages : 6809
Date d'inscription : 17/02/2008

Infos
Nationalité: Français (FFL)

Astérix en Amérique Empty Re: Astérix en Amérique

le Dim 10 Jan 2010, 11:53
Il a disparus…

De quoi ?

Regarde il a disparus de notre visuel…


Oh le p’tit le conErwan attrapa les jumelles et scruta l’horizon sur lequel la nuit s’était couchée…

Qu’est ce qu’on fait ? Sud-Est comme sont dernier cap ? AttendErwan se pencha sur la carte…

Mañuel, Dufremont… si commandant… Ouais papy, ya une couille dans l’potage, ya la grosse louloutte qui c’est barré… Ouais… ok… reste en ligne… il se tourna vers son opérateur radio et demande le commandant Suero… Ce dernier confirma que le Bismarck avait tenté de prendre un Cap Sud-Ouest puis Sud pour échappé à la vigilance Alliés mais rien n’y fit, la manœuvre avait été anticipé et des yeux placés au bon endroit…

Une heure plus tard, après une longue transmission entre les commandant FANA et USNFE décision fut prise de leur couper la route à la manière forte…

Je prends la barreErwan positionna l’Opalescence non loin du destroyer Allemand en compagnie du commandant Birgam. Le Bismarck était à quelques miles au Nord-Ouest avec son acolyte semblant s’être résigner à abandonner leurs compatriotes du Admiral Scheer à son triste sort, conception toute personnelle sans doute de la solidarité. Les canons étaient chargés mais cette nuit la tout le monde serra les fesses…


Astérix en Amérique Wolfgang0708012
Contenu sponsorisé

Astérix en Amérique Empty Re: Astérix en Amérique

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum