Aller en bas
angus Mac Leod
angus Mac Leod
Jolie brise
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : angleterre
Nation au Front Pacifique : aucune
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 07/07/2018

Infos
Nationalité: ???

Opération " Al dente"... Empty Opération " Al dente"...

le Ven 16 Aoû 2019, 19:46
Au large des côtes Italiennes…
 
Nous avions quitté La Valette salués par les sirènes des navires marchands qui faisaient de leur mieux pour forcer le blocus que les forces de l’Axe avaient mis en place pour asphyxier, ou du moins pour tenter de le faire, ce cailloux posé entre l’Europe et l’Afrique.
Maintenant, nous faisions route vers notre nouvelle zone de patrouille.
 
Forcément, outre les différentes veilles que je voulais intensives, que ce soit au radar, sonar et jumelles, j’avais insisté sur la surveillance des arbres de transmissions.
Pour l’heure tout ce passe bien : Aucun ennemis d’un côté et aucun problème mécanique de l’autre.
La mer est formée, mais le temps est encore beau et clément.
-          Passerelle ? ici radar : Contacts multiple gisement 120…vitesse lente…
Comme quoi en mer, le calme ne dure jamais bien longtemps.
Je quitte mon siège et vais rejoindre le compartiment radar.
L’opérateur, penché sur sa console, tente de donner une estimation du cap des contacts qui s’affichent en surbrillance sur son écran.
Je m’approche :
-          Ils font route au nord-ouest on dirait commandant : Ce sont des marchands
-          Ok fiston !... On signale ça à l’Amiral, et tiens moi au courant si les choses évoluent.
-          ‘vos ordres Commandant.
Je regagne la passerelle, et retrouve mon siège. Je croise le regard interrogateur du Second.
Je le gratifie d’un clin d’œil rassurant, du moins c’est mon intention, avant de lâcher :
-          Rien de méchant…un convoi Axien qui doit aller  en Lybie.
-          Un convoi a toujours une escorte…dit le Second.
Je ne réponds pas, il a raison. Je fais confiance à notre bonne étoile, c’est tout.
Il n’empêche que, il nous faut rester sur nos gardes.
 
Plus tard…
 
Le radar n’avait pas perdu la trace des cibles potentielles.
Dans un premier temps, l’Amiral avait même décidé que nous allions nous faire les dents sur eux. Mais surement après mûres réflexions, et l’aide d’une reconnaissance aérienne, une autre option s’offrait à nous.
-          Commandant ?!...grésilla l’interphone…l’officier de quart vous fais demander en passerelle.
-          J’arrive…
Je quitte le confort de ma cabine, et vais rejoindre le poste centrale me demandant de quoi il en retourne cette fois-ci.
Casquette relevée sur le haut du crâne, mon éternel vieux battle-dress de la R.A.F porté sur une chemise de propreté douteuse, mon entrée trouble à peine l’activité qui règne sur la passerelle de commandement, un matelot saluant juste celle-ci d’un «  Commandant sur la passerelle ».
Je ne suis pas très regardant sur la tenue de mes hommes, ni sur la discipline en mer, hormis en cas de combat pour celle-ci.
-          Repos…dis-je…Alors qu’est ce qui se passe ?
-          Message de l’Amiral :...dit l’officier de quart, me tendant une feuille manuscrite de vacation radio…une reconnaissance aérienne à découvert une flotte italienne dans le secteur 40/90. Nous avons reçu l’ordre, …il précise…toute la flotte, doit faire route vers cette zone.
Je parcours rapidement le document, en faisant une petite moue, et souris, en lisant le nom de code de l’opération.
Je décroche le micro de l’interphonie générale :
-          Votre attention s’il vous plait : Ici le commandant…dis-je…Nous allons nous diriger vers le carreau 40/90. Une flotte ennemie a été signalée par une de nos patrouilles aériennes. L’Amirauté compte sur la Force B pour leur montrer ce qu’on a dans le ventre…une série de « hourra » se fait entendre… Nom de code de l’opération : Al dente !...maintenant ce sont des rires qui montent…Messieurs, je vous rappelle que nous sommes dans une zone dangereuse : La méditerranée n’est pas l’atlantique !...et vu notre position, nous sommes entre le marteau le l’enclume, alors : il faut rester sur nos gardes !....terminé !...je raccroche.
 
Le second vient vers moi, déchiffre à son tour les ordres que nous venons de recevoir.
Je lui demande de venir à la table des cartes : En tenant compte de notre cap, et de notre vitesse actuelle, nous traçons une orthodromie jusqu’à la zone ou les bâtiments ennemis ont été aperçus.
Si pour quelques raisons que ce soit, la flotte venait à être dispersée : nous aurions cette route de secours.
Nous jugeons le résultat de nos calculs satisfaisant et décidons d’aller prendre l’air sur la plage arrière avant le repas. Accoudés au bastingage, nous regardons le sillage d’écume que laisse notre navire derrière lui.
-          Opération « Al dente »dit-il…j’espère que ce ne sera pas l’enfer.
-          Second, encore un jeu de mot comme celui-ci et je fais passer par-dessus bord. Puisse-t-il néanmoins avoir raison. Je soupire…Allons prendre un peu de repos : s’il doit y avoir de l’action, autant être au mieux le moment venu ! dis-je avant de regagner ma cabine.
 
Combien de temps ais-je dormi ? Aucune idée…Toujours est-il que lorsque le second est venu me tirer de mon sommeil, j’ai sursauté. Les yeux pleins de surprise, je vois son visage penché sur le mien alors qu’il me secoue en disant, du moins c’est ce que je crois comprendre : «  Commandant !! ….commandant…debout !! Réveilles-toi !! »
Le cœur battant je redresse sur ma couchette, et met un instant avant de retrouver la totalité des mes esprits :
-          Trois fois qu’on appelle à l’interphone !! dit-il…tu ne réponds pas !!
-          Surement que l’interphone ne marche pas ! dis-je, en mode mauvaise foi. Je regarde par le hublot : il fait nuit.
Pour me faire mentir, celui-ci grésille « Commandant de passerelle ».
-          Il est réveillé répond le second…on arrive !
Je peste un peu pour la forme tandis qu’il me pousse dans la coursive en me mettant ma casquette de service, tandis qu’il m’explique de quoi il en retourne. Deux de nos navires ont engagé un croiseur italien à deux miles de notre position : Celui-ci est mal en point mais, l’Amiral demande à ce que ceux qui sont les plus près vienne lui donner le coup de grâce.
-          Et les plus près, entre autre, c’est nous !Conclue-t-il
-          Je vois dis-je…en entrant dans la poste centrale…Très bien Messieurs !! Aux postes de combats !!
-          Nous sommes déjà aux postes de combats…me glisse à l’oreille le second.
-          Commandant, le bâtiment ennemi est un visuel sur notre tribord avant : Il est à portée des TLTs et nous avons une solution de tir dit l’officier d’armement.
Je sors sur la passerelle de veille, et regarde dans la direction avec un des binoculaires.
L’Italien accuse une gîte de quelques degrés, des incendies éclairs ses plage avant et arrières, il n’est visiblement plus en état de répondre.
-          Ok ! dis-je…finissons-en !! TLTs FEUX !!
L’ordre est répercuter, et l’instant d’après, nos « poissons » tracent un mortel sillage en direction du croiseur italien. 
Six explosions se font entendre, que l’équipage accueille avec une joie non dissimulée. Joie qui retombe vite, voyant que l’italien ne s’enfonce pas pour autant sous les flots.
-          Touché….dit le Second
-          Mais pas coulé…ajoutes-je.
 
D’autre navire de la flotte se mettent en position : C’est le Thorn Kiss et l’Alcyon2.
Je les regarde manœuvrer pour se mettre dans un axe de tir optimum.
Nuls doutes que « Belle Epine » et MacBener  vont  eux, lui régler son compte.
angus Mac Leod
angus Mac Leod
Jolie brise
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : angleterre
Nation au Front Pacifique : aucune
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 07/07/2018

Infos
Nationalité: ???

Opération " Al dente"... Empty Re: Opération " Al dente"...

le Mer 04 Sep 2019, 13:26
[ Tripoli pour être honnête…]
 
Cap au sud, notre navire fend les flots avec la régularité d’un métronome.
Encore une fois, la flotte navigue de concert, et se dirige à présent vers les côtes africaines, dans l’intention d’aller couper les ravitaillements des troupes italiennes en Lybie.
Pour l’heure, les exercices se poursuivent, et la vie de l’équipage est réglée entre les quarts, et l’entrainement dans les différents postes ou compartiments.
C’est ce qui semble perturber mon Second :
-          Commandant…dit-il…à ce rythme les hommes seront fatigués et le moment voulu…
-          Second, que crois-tu que les hommes préfèrent : Etre fatigués ? ou morts ?
Il hausse les épaules en disant :
-          Vu comme ça évidemment….
J’essaie juste d’appliquer un principe élémentaire, que nos ennemis depuis Frédérique II ont adopté depuis longtemps : «  La sueur épargne le sang ».
Je veux que mes hommes aient confiance en eux, en moi, et que le jour où ils seront confrontés à un problème, ils agiront plus par reflexe ou par devoir qu’en réfléchissant…de trop.
 
Sur l’écran radar, soudain, plusieurs spots apparaissent.
Le Second, qui observait, se raidit sous le coup de la surprise tandis qu’il demande à ce qu’on me fasse appeler. Je me précipite au poste centrale, parcourant les coursives du navire.
-          Commandant sur la passerelle ! dit un matelot me voyant entrer.
-          Repos…dis-je, en m’approchant du poste radar…Alors ? qu’est-ce qu’on a ?
-          Nombreux échos radars commandant…dit le matelot…Ils arrivent droit sur nous !
-          Marchands ?
-          Non …répond le matelot…trop rapides pour ça : Ce sont des navires de guerre.
J’écoute, un instant tandis qu’il me donne d’autres précisions sur eux concernant leur vitesse, leur cap, etc…etc…
-          Équipage aux postes de combats, dis-je.
L’ordre est répercuté, et exécuté dans la foulée. C’est là que l’on voit que l’entrainement paye.
Un à un, les postes rendent comptes de leur état de préparation. Mentalement, à chaque message, je visualise une petite lumière verte : machine ? Ok !...torpilles ? Ok….
Parfait, il ne reste plus qu’à avoir l’ennemi  en visuel. Ce qui ne tarde pas.
-          Commandement ? Ici passerelle de veille !...
-          Commandement j’écoute ! dis-je répondant à l’interphone.
-          Contact visuel : gisement 235 !...vitesse estimée : 25 Nœuds …contacts classés ennemis : Deux destroyers, un torpilleur et un navire identifié comme canonnière ou navire colonial !
-          Radio ? prévenez l’Amiral : Engageons navire ennemis…donnez notre position …je décroche l’interphonie générale…Ici le commandant : On passe à l’attaque ! A tous les postes, rendez compte dès réception, … à l’officier d’armement….attaque avec les armes principales : feux à volonté !
Voilà : Je ne dois pas être le seul à prendre cette décision.
Toute la flotte, du moins notre groupe se dirige machine en avant toutes vers l’escadre ennemie.
Bientôt, les premières gerbes viennent encadrées les bâtiments, que ce soit les nôtres ou les leurs. Par chance, nous ne sommes pas touchés durant cette phase de l’engagement.
Mais nous envoyions par le fond deux navires italiens et en endommageons deux, assez lourdement pour que le reste de l’escadre puissent les achever.
En quelques heures, la mer se couvre de mazout en flamme, de divers débris et canots de sauvetages.
Nous vérifions que toutes menaces sous-marines soient écartées, et, certains d’entre nous se hasardent à secourir les rescapés, l’arrachant à une mort lente et affreuse.
 -           Ok Second,…dis-je…fais rompre aux postes de combat. Mais je veux que les armes soient approvisionnées et servies en permanence jusqu’à nouvel ordre
Comme après chaque combat, je demande un rapport sur l’état des munitions et des éventuelles avaries que le bâtiment aurait pu subir. Un matelot me le portera dans ma cabine
 
Quelques heures plus tard, dans ma cabine…
 
La tasse de thé fume et rempli la pièce d’une légère odeur de bergamote, tandis que je finis de remplir le journal du bord.  Le bilan est assez positif : deux destroyers et un torpilleur coulés, et nous avons endommagé certains autres navires ennemis.
Une belle liste, mais je redoute que nous ayons suffisamment de munition pour continuer. Ce qui m’inquiète plus que tout, à ce niveau, c’est que nous avons tiré, certes par erreur, nos torpilles et que si un « gros cul » vient à croiser notre route, on va se retrouver avec le pantalon sur les genoux.
Mes craintes sont malheureusement confirmées par l’arrivée du second et de l’officier d’armement.
Ils me tendent le rapport, que je lis en grimaçant :
-          On en est là ?
-          On en est là ….répond-t-il…on a à peine de quoi tirée une salve.
Je hoche la tête, et jette le rapport sur le bureau, en disant :
-          Autant se défendre avec un lance-pierre…ma décision est prise. Transmettez au « MacInnis » : Sommes a cours de munition –stop- Faisons route sur La Valette –Stop-…j’enfile un pull-over, et glisse ma casquette sur mon crâne…je vous retrouve en passerelle.
Une fois là-haut, on m’informe que nous ne sommes pas seul à prendre la route de retour.
D’autre doivent même passer par le bassin de carène histoire de se refaire une santé.
L’escale ne durera pas longtemps pour nous, …le moins possible en fait : l’amirauté préférant savoir ses navires en mer, à harceler l’ennemis plutôt qu’à quai à servir de cibles statiques aux bombardiers ennemis. Bientôt, nous sommes paré à reprendre la mer.
Ce que nous faisons dès que possible.
 
Mer Méditerranée, au large…
 
Nos ordres sont de rejoindre un nouveau point de rassemblement.
En effet un de nos sous-marins, le « H.M.S.Unseen », a signalé une escadre italienne importante. Son signalement a été confirmé par une reconnaissance aérienne du Costal Command.
L’importance de cette armada affole l’état-major qui craint qu’elle vienne briser notre ligne de blocus en direction des cotes africaine, facilitant ainsi l’approvisionnement des contingents ennemis et mettant en péril l’armée du Maréchal Montgomery.
 
Nous avons rejoint le reste de la force B, tous les bâtiments naviguent en formation échangeant par signaux optiques des messages divers. Accoudé au bastingage, je regarde le soleil se coucher doucement. Les éclats de nos projecteurs semblent donner le signal  de départ aux étoiles qui commencent à scintiller.
-          Commandant ?
-          Humm…dis-je sortant de ma rêverie.
-          Contacts radar s…gisements 257….cap estimé : Sud-ouest….dit le second…tu devrais venir voir.
C’est ce que je fais.
Dans le local radar sur l’écran, apparaissent une nuée de points clignotant accompagnés d’un « Ping » glaçant. J’en dénombre au moins une dizaine.
-          Tout le monde a son poste….dis-je…rappelle aux postes de combat !
 
Sur tous les navires de la flotte, le rituel doit être le même : Sirène….branle-bas….klaxon….tandis que les hommes se précipitent à leur poste, refermant derrière eux les porte étanches qui compartimente le bâtiment.
-          Bâtiment paré au combat Commandant…
angus Mac Leod
angus Mac Leod
Jolie brise
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : angleterre
Nation au Front Pacifique : aucune
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 07/07/2018

Infos
Nationalité: ???

Opération " Al dente"... Empty Re: Opération " Al dente"...

le Mer 16 Oct 2019, 23:00
Beaucoup, beaucoup,…mais alors beaucoup plus tard…
 
Il y a une règle commune à presque toutes les armées du monde, qu’elles soient de terre, de mer ou de l’air. Et cette règle, la voici : «  toujours attendre le contrordre avant d’agir ».
Alors que militairement et, psychologiquement parlant, nous nous préparions à réduire en pièce la flotte italienne au moins dans sa plus grande partie au sein de celle que les romains appelaient la «  mare nostrum », entendez par là la Méditerranée, voilà que nous venions de passer Gibraltar en direction de l’Atlantique…le pire ? sans même avoir fait une escale le temps de prendre une bière.
 
Il y a une raison à cela…
L’amirauté avait décidé que nous devions aller porter main forte à une flotte alliée en difficulté.
Cap plein nord, j’étais avec le Second autour de la table des cartes, faisant le point de la situation.
Une chose me perturbait…il y avait trop de monde autour de nous, vu les échos radars.
« Yessir » me regarde, devinant mes pensées tandis que je mâchonne un bout de mon crayon à papier.
-          Tu sais commandant….dit-il…je ne serais pas étonner qu’on tombe sur quelques U-Boots.
J’opine du chef :
-          Moi non plus…dis-je….vu le nombre de marchand dans le coin, les allemands doivent protéger ces convois d’une façon ou d’une autre.
Le moins bon des élèves de la pire académie navale du monde peut facilement en venir à cette observation.  L’ennui, c’est que le golfe de Gascogne, du moins dans mes souvenirs est une sorte de nid pour sous-marins et je ne serais pas étonné qu’on puisse se retrouver nez à nez avec l’un d’eux.
Je relève ma casquette  sur le haut de mon crâne, et passe une main sur mon visage :
-          Veille Sonar, radar et oculaire accentuées…dis-je…le moindre écho, même furtive doit être pris en compte !
-          La routine quoi…répond le Second.
-          Je préfère être paranoïaque que  naufragé,…dis-je.
Sur ce, je vais prendre l’air sur la passerelle de veille découverte.
L’air iodé et les embruns me fouettent agréablement le visage. La mer est formée, mais le ciel est clair. Je profite encore de ce qui sera peut être le dernier instant de calme avant la tempête…qu’elle soit de météorologique ou guerrière.
Mon instinct ne m’avait pas trompé. Quelques heures plutôt, un navire allié détecta un sous-marin, et engageât l’ennemi en relayant l’info à la radio. Les bâtiments les plus proches dont le nôtre, firent route afin de l’achever.
L’ennemi était coriace : Arrivant sur place parmi les derniers, il nous fallut quatre tirs de mortiers pour voir enfin apparaître une nappe d’huile en surface accompagnée de quelques débris, marquant ainsi le tombeau de l’U-Boot.
L’équipage ajoutera une silhouette de sous-marin dorée à la peinture à la porte menant à la passerelle de veille. Je me tourne vers le Second :
-          Un de plus…dis-je…bon comme d’hab’ : Rapport complet sur l’état du navire et des armements le plus rapidement possible.
-          A tes ordres Commandant !
 
Encore un peu plus tard…

Le moral de l’équipage est au beau fixe.
Sans doute que le fait que nous remontons le canal  St George n’est pas étranger à la chose : Certain doivent espérer une prochaine escale dans un de nos ports. Ils vont être déçus…
La guerre, elle, ne demande pas de trêve ; Ou alors à de rares exceptions.
Je n’ai pas encore annoncé aux hommes que ce ne sera pas pour cette fois. Les ordres de l’Amirauté venaient de tomber et nouvelle opération se dessinait.
Notre croiseur, j’aime à le croire, tiendrait sa place dans celle-ci.
Cela faisait combien de temps que je n’avais pas vu Dorothy ?  J’avais commencé à compter…puis, la guerre prenant le dessus, j’avais arrêté. Mais comme dit le poète : « quand on aime, on ne compte pas »….par contre, on écrit.
J’avais sur mon bureau une pile de lettres attachée en elles par un lacet. Je m’étais promis de la donner à la prochaine escale. A ce rythme-là, je finirais par lui donner en main propre.
J’en suis là dans mes pensées lorsqu’on frappe à la porte. Je réponds un «  entrez » à peine motivé.
C’est le Second :
-          Commandant ?! …’scuse de te déranger mais….
-          Qu’est-ce qu’il y a ?
Sans répondre, il me tend une planchette de bois sur laquelle sont pincées plusieurs feuilles de papiers venant du local radio : les ordres…
-          Donnes, dis-je en tendant une main.
Je parcours d’un œil concentré les feuillets, en  les signant rapidement d’une écriture nerveuse.
Je me lève de ma couchette, et vais regarder pensivement par un des hublots de ma cabine.
Inquiet, ou impatient, le Second hésite :
-          Commandant...
-          Je vais parler à l’équipage, dis-je.
 
Quelques minutes plus tard, je suis en passerelle de navigation, bien décidé à expliquer de quoi il en retourne à l’équipage.
Je décroche le micro de la diffusion générale du bord.
-          Votre attention Messieurs…dis-je…Ici le Commandant…je sais que certains d’entre vous attendaient une permission méritée, mais…je marque un temps...Ce ne sera pas pour cette fois. Je peux presque entendre d’ici les réactions négatives de mon équipage. Je poursuis…L’amirauté nous destine à une nouvelle opération : nous devons faire notre job !...l’Atlantique, messieurs, regorge de navires ennemis en tous genre,…je marque un temps…nous allons faire un peu de ménage la dedans ! Terminé
Je raccroche le micro.
Sur la table des cartes, je cherche  à l’aide des dernières consignes reçues, un point précis, pas très éloigné de nos ports et relativement à l’abri d’une attaque ennemie.
-          Timonier ?! …cap au 345 ! machines en avant deux tiers !
-          Vos ordres Commandant !  répond l’homme…cap au 355, en avant 2/3.
-          Parfait !...dis-je…Second ?! Réunion des officiers au carré dans 30 minutes !
 
30 Minutes plus tard…
 
 La houle c’est levée, la mer est de plus en plus forte
Je rentre dans le carré, la pièce baigne dans un brouillard de bleuté de fumée de cigarettes.
L’odeur âcre me prend à la gorge, je salue les présents d’un « Messieurs » rapide avant d’aller ouvrir les deux hublots.
-          Messieurs, comme je vous l’ai dit : pas d’escale !...Nous ravitaillerons en mer : préparer vos hommes à la manœuvre.
-          Par ce temps ? ‘fin je veux di
-          Naturellement Johnson, si vous me garantissez une météo clémente…quelques rires nerveux…ensuite, quand nous aurons le ventre plein, nous recevrons nos ordres pour la prochaine opération…Quelques hochements de têtes…Stuart ? vous êtes le bosco du bord ?
-          Yes sir
-          Repas amélioré pour ce soir, que les hommes gardent le morale.
-          Ce sera fait commandant !
 
Cela ne remplacera pas une bordée dans les bars, tavernes et autre pubs…
Cela ne remplacera pas les bras et le parfum suave d’une fille…
Mais la guerre, tout comme l’amour, a ses raisons que la raison ignore
angus Mac Leod
angus Mac Leod
Jolie brise
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : angleterre
Nation au Front Pacifique : aucune
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 07/07/2018

Infos
Nationalité: ???

Opération " Al dente"... Empty Re: Opération " Al dente"...

le Ven 15 Nov 2019, 14:56
Mer du nord, beaucoup  plus tard…
 
Le froid…nouvel ennemi de l’équipage.
Des paquets de mers viennent s’écraser sur le pont, recouvrant celui-ci d’une carapace de glace que l’équipage s’échine à dégager à coups de pelles et de pioches. Si l’on ne fait pas cette corvée, le surplus de poids occasionné pourrait faire chavirer le navire.
La zone est déjà assez dangereuse comme ça, pas la peine de rajouter un ou des risques supplémentaire.
 
Pour ma part, je suis bien au chaud dans ma cabine, essayant de mettre à jour le journal de bord.
C’est étrange comme une bataille acharnée se trouve résumée en quelques lignes, voir quelques mots : «   le 09 octobre 194x Sous-marin coulé position … » ….ou, « avons engagé torpilleur ennemi en… » .L’interphone grésille :
-          Commandant ?!...on vous demande en passerelle !
-          J’arrive…dis-je , refermant le journal de bord.
J’attrape ma casquette, et enfile mon battle-dress  de l’air force avant de me rendre au poste central de navigation.
Je grimace en voyant le temps qu’il fait dehors. Le ciel est complètement bouché le vent mêle embruns et flocons de neige, et la mer grise est plus que formée forçant le bateau a plonger dans la plume.
-          Des hommes dehors ? Demande-je
Le Second regarde sa montre avant de répondre :
-          Ils ne vont pas tarder à rentrer…un thé bien chaud leur fera pas de mal.
Je ne réponds pas, me contentant d’opiner du chef.
Ce qui me travail, c’est le message radio de l’amirauté que l’on vient de recevoir : Visiblement, une importante flotte de navire ennemis est à nos trousses.
Le Second partage sans aucuns doutes mon inquiétude.
Je me tourne vers lui :
-          Combien d’échos au radar ?
-          Euh…il grimace…une vingtaine environ. Et ils nous foncent droit dessus.
-          Taigh-siùrsachd ! (*)....peste-je….rien que ça !...je relève ma casquette sur le haut de mon crâneon a intérêt à la jouer fine sur ce coup. Rien au sonar ?...il répond négativement de la tête.  Du coup d’ajouteça nous fait au moins une bonne nouvelle.
Je sais ce qu’il attend : il attend des ordres, des consignes…n’importe quoi pourvu que ça permette d’occuper l’équipage. Il ne faut pas « penser » à la guerre, il faut juste la faire.
-      Alors ? demande-t-il.
Je me dirige vers la table des cartes, fouille un peu, et trouve celle que je cherche. Je lui fait signe d’approcher.
Alors c’est simple…je trace un cercle au crayon bleu…Ici, on a une flotte allié aux prise avec des coriaces : Italiens et Allemands….je marque un tempsvoir Roumains….nous, nous sommes ici…je marque notre position d’une croixet là, on les affreux …je trace un cercle rouge et anticipant les ordres de l’Amiral...voilà ce que nous allons faire : on va se positionner « en bouchon » et retarder l’arrivée des affreux vers les coriaces !
-          Pfffiou !...souffle –t-il…c’est  une mission suicide !
-          Non ! Dis-je….juste la guerre…on les retarde 24 h00…et on file dans cette directionje trace une flèche….et on les rejoint, histoire de finir les derniers éventuellement.
-          Prépares toi à écrire des lettres Commandant, dit-il en soupirant.

 

Je ne réponds pas.
Je ne réponds pas, parce que ma décision est prise de toute façon : c’est que les hommes attendent d’un officier.
Une action, une situation,… celle-ci appelle un acte, un choix…peut-être que la guerre ne tient qu’a cela finalement.
Je regarde ma montre, puis l’horizon :
-          L’aube ne va pas tarder…dis-jesoyons prêt.
Le Second hoche la tête. Je décroche le micro de l’interphonie.
-          Votre attention Messieurs, dis-jel’ennemi approche, mais nous avons encore quelques heures devant nous avant la bataille….je marque un tempsje ne vous cache pas que la lutte sera rude, mais je sais que chacun de vous fera son devoir avec abnégation.
 
C’est ce que nous avons fait, tous : du matelot en salle des machines à l’officier en passerelle, aucun ne démérita. Notre navire tira ces obus jusqu’au dernier avec l’aide des FNFL, l’’armada ennemie fut mis en déroute.
Bien entendu les rapports d’états que je demande en fin d’engagement confirmèrent la chose.
Je fis émettre un message radio demandant un ravitaillement en mer.
Une fois celui-ci fait, nous étions de nouveau prêt à en découdre ce qui ne devrait pas tarder si j’en crois le second :
-          Commandant ? l’Amirauté vient d’envoyer ce message, dit-il me tendant une feuille
Je la prends, et lis «  Soupçonnons présence d’U-boots  près de vos positions - stop- règle d’engagement libre – Stop- God save our queen –stop- ».
-          Quel cap ? demande-je en me tournant vers l’homme de barre.
-          Cap Est Commandant répond celui-ci
-          Parfait…je hoche la têtecontinuons comme ça pendant quelques nautiques.
 
S’il y un ou des subs la dessous, autant qu’on les trouvent les premiers.

Je tiens a ce qu’on garde le contrôle de la situation.
 
 
 
Traduction du Gaélique d’Ecosse :

(* ) Bordel !!
angus Mac Leod
angus Mac Leod
Jolie brise
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : angleterre
Nation au Front Pacifique : aucune
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 07/07/2018

Infos
Nationalité: ???

Opération " Al dente"... Empty Re: Opération " Al dente"...

le Mar 03 Déc 2019, 16:47
Toujours en mer du nord, quelques temps plus tard…
 
Toujours ce froid qui met hommes et machines à rude épreuve, mais le bâtiment tient bon.
Sur l’écran radar, quelques points clignotent, indiquant les positions des navires alentours.
Nous naviguons cap au nord,  en essayant de rester groupés pour appliquer  le vieux dicton disant que l’union fait la force.
Une drôle d’ambiance règne à bord : à la fois détendue et studieuse, insouciante et inquiète
L’officier radio vient à moi :
-          Le bulletin météo Commandant…dit-il me tendant une feuille de papier.
Je le remercie d’un signe de tête avant qu’il ne retourne à son poste, et  la parcours en grimaçant avant de la poser sur la table des cartes.
-          Toujours cette foutue dépression venue du Spitsbergpeste-je. J’en profite pour tenter de faire un point précis, sur notre position.
-          Des jours qu’on n’a pas vu le soleil  dit le Seconddifficile de faire un point, mais grosso modo, on devrait être dans ce secteuril trace un cercle de l’index sur la carte.
Je jette, plus que je ne repose, le compas a pointe sèche que je tenais à la main en soufflant, un sourire amer aux lèvres :
-          Ça finira bien par se lever un jourdis-jetachons de ne pas perdre de vue le reste de la flotte.
C’est ce que nous fîmes, en mettant cap au Nord.
La météo s’arrangea un peu, ce qui permit enfin de calculer notre position.
A la nuit, nous  étions a quelques nautiques des côtes, et l’Amiral avait décidé de profiter de notre « balade » dans le secteur pour tenter de couper les lignes d’approvisionnement ennemies.
Si près des terres, je ne craignais pas, ou moins, les attaques d’U-boots. Je me méfiais plutôt des attaques aériennes. Par chance, le ciel encore assez couvert diminuait le risque de repérage.
Sur la passerelle de navigation tout le monde est en alerte.
Les veilleurs s’usent les yeux à travers les optiques des jumelles, cherchant l’ennemi. Un des officiers tape d’une main  au carreau depuis la passerelle couverte, agitant de l’autre un papier. Je rentre.
-          Commandant ?! Le Nelson signale un convoi faisant cap au Nord Est..
Je me dirige vers la table des cartes :
-          Nord Est hein ? ….je trace un axe au crayon  depuis notre positionquelle distance ?
-          Environ deux nautiques
-          Ils viennent droit sur nousdis-jeon a plus qu’à les attendre !
-          Ce serait presque trop faciledit le Second méfiant….c’est louche !
-          En attendant,  on maintient le cap, et l’allure, dis-je. ..que les hommes se tiennent prêts : ils seront là à l’aube.
 
A l’aube, ou presque…
 
Je viens de reprendre mon poste en passerelle.
Le second à fait prendre les postes de combats, et tout l’équipage est sur le qui-vive.
Une grande partie des veilleurs tente de percer la brume en direction du Sud-Ouest, là où doit surgir l’ennemi, les canons et les tubes lance-torpilles sont prêt à faire feu dès que l’ordre sera donné.
-          Radar ?!...toujours rien ? dis-je dans le tube porte-voix
-          L’ennemi est toujours en approche, cap inchangé et vitesse constante
-          Parfait….ça devrait pas tarder.
Le ciel commence à se teinter de blanc et de rose à l’Est. La mer est étrangement calme, presque une mer d’huile. La couleur ambiante mêlée à la brume donne un air surréaliste à l’océan : pour un peu, on pourrait à voir surgir de la brume la silhouette fantomatique du « Hollandais Volant ».
Mais…Mais ce n’est pas lui qui surgit à cet instant, a en croire une des vigies :
-          Bâtiments par tribord avant !! azimut 340 !
Toutes les paires de jumelles se tournent dans cette direction, les miennes compris.
Je distingue des ravitailleurs, des pétroliers…rien de bien dangereux pour nous.
Je décroche l’interphone, déclenchant une sonnerie dans le local que je veux joindre :
-          Direction de tir j’écoute ?!
-          Ici le commandantdis-jeils sont à vous Thomas : faites votre choix !
-          M’ci Commandant !!
L’instant d’après, les tourelles de 133 pivotent, redressant légèrement les futs des canons. Et soudain, de toutes les pièces de la flotte jaillissent le feu et le fer.
En face ? C’est la surprise totale. Bientôt tous les navires ennemis sont qui en flamme, qui percé de toutes parts donnant de la gîte à plus ou moins forts degrés.
Le bilan n’est pas encore définitif, car si la bête est blessée, elle n’est pas encore morte.
Je rappelle la direction de tir :
-          Direction de tir j’écoute ?!
-          Thomas … dis-je…qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Pourquoi ces engins ne sont pas au fond?
-          ‘Sont plus coriaces qu’ils en ont l’air Commandant !
J’aurais pu répondre «  comme d’habitude » mais je n’en fis rien. A la place je me contente d’une remarque qui n’appelle pas de contestation, celle-ci :
-          Foutez les moi au fond,  et vite !!
-          Comptez sur nous Commandant !
-          J’espère bien, ouaisje raccroche.
 
Pendant encore quelques instants, les deux flottes manœuvrent tant bien que mal, l’une pour se placer en position de tir favorable, l’autre pour tenter d’échapper à un destin funeste.
Les fumées des incendies, masquent maintenant le lever de soleil.
De nouveau nos tubes crachent la mort, mais cette fois-ci, c’est avec un coup de 40mm que nous achevons un ravitailleur agonisant.
-          Sin agad e !!(*)…dis-je pointant mes jumelles sur la carcasse qui, déjà s’enfonce dans les eaux de la mer du nord…un de moins !
Chaque coup au but que ce soit de notre part ou d’un des autres navires de la flotte est salué à bord par des « hourra » et des applaudissements.
Mon attention est attirée par un navire, déjà bien mal en point, qui tente de profiter de la pagaille pour s’échapper : Un allemand tentant de filer à l’anglaise !!
Je me penche sur le porte-voix de la direction de tir :
-          Thomas ?!...ici le Commandant. On une cible qui tente de s’échapper à Bâbord : Achevez le moi !!
-          Reçu commandant !
De nouveau les tourelles qui pivotent et les flammes qui sortent des tubes.
Les cris de l’équipage montent lorsque le bâtiment ciblé explose, teintant d’un orange vif le ciel environnant.
-          Coulé…dit simplement le Second.
Je fais un tour d’horizon découvrant une mer libre de tout adversaire. Un léger sourire nait sur mes lèvres lorsque je laisse pendre doucement mes jumelles.
-          Transmettez à l’Amirauté : « route du fer coupée –stop- » dis-je. Puis je décroche la diffusion générale :..Ici le Commandant…félicitations à tous ! La mission est accomplie. Terminé !...je raccroche…Second ?! Comme d’habitude : rapports sur les états du navire au plus vite, et fais donner une ration de rhum à l’équipage pour fêter ça !!
 
Mission accomplie…pour l’instant.
Moi, je regagne ma cabine, j’ai une lettre à écrire…
 
 
 
 
Traduction du Gaélique d’Ecosse :
(*) Et voilà !!
angus Mac Leod
angus Mac Leod
Jolie brise
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : angleterre
Nation au Front Pacifique : aucune
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 07/07/2018

Infos
Nationalité: ???

Opération " Al dente"... Empty Re: Opération " Al dente"...

le Dim 05 Jan 2020, 12:59
H.M.S Braveheart, quelque part en mer…
 
Un matelot est venu me prévenir que, comme je l’ai demandé, tous les officiers sont réunis au carré.
Nous venons de recevoir les nouveaux ordres de l’Amirauté,  que je relis une dernière fois avant d’entrer dans la pièce, et force est de constater qu’ils ne vont pas faire l’unanimité.
J’ouvre la porte et avant que tous se lève je lance un « repos » que j’accompagne d’un geste de la main. Sur la table, une théière trône en bonne place, et déjà quelques quarts sont remplis devant les officiers présents. Avant de dire quoique ce soit, je m’en sers une tasse, ajoute un nuage de lait, et je prends le temps de les regarder un instant.
-          Messieurs…je prends une gorgée de thé…Je crains d’avoir de mauvaises nouvelles à vous annoncer…Dans la pièce, j’entends quelques soupires monter…nous venons de recevoir les nouveaux ordres de l’Amirauté.
-          On rentre à la maison ? demande l’officier d’armement.
Je fais non de la tête. S’en suit une discussion plus ou moins animées entre « les huiles » du bâtiment que je tente de calmer avec une autorité toute relative, jusqu’à ce que je finisse par taper du poing sur la table. Immédiatement, l’hystérie se calme.
Je sens que le message va avoir du mal à passer. Je me dirige vers le mur et dévoile une carte de l’Europe du nord. Sur celle-ci, tracée au crayon rouge, une ligne qui donne la route que la flotte devra suivre. Le silence qui suit ne dure pas.
Et je me mets à leur place : Passer ce détroit, nous fait entrer dans ce qui pourrait bien se transformer en nasse pour notre flotte.
-          Un peu de silence Messieurs….rien ne se passe : donc, de nouveau un coup de gueule….SILENCE !!...je soupire…  Taig-siùrsachd !! (*)
-          Ils veulent nous envoyer à la mort !! dit un des officiers.
-          C’est la guerre…dis-je simplement…nous ne sommes pas les seuls dans le monde à prendre des risques en ce moment.
 
Dans le brouhaha qui suit, difficile de dire qui est pour ou qui est contre cette option.
Il est vrai que, passer ce foutu détroit est un pari audacieux. Mais comme disent nos amis du Spécial Air Service : «  Who dare win » (**). Le bruit se calme peu à peu, et les regards de tous se portent sur moi.
Je me dois de faire revenir l’ordre à bord.
-          Un peu de calme Messieurs…dis-je, nous sommes sur un navire de guerre, et à ce titre nous ne sommes pas là pour juger les ordres, mais pour les exécuter…je marque un temps…vous, comme moi…Je me lève et fais quelques pas dans le carré. A l’académie navale, nos instructeurs nous répétaient sans cesse que «  Réfléchir, c’est commencer à désobéir »…nous passerons le Kattegat, si possible de nuit et par un temps aussi dégueulasse que celui d’aujourd’hui...je me tourne vers l’aumônier du bord…je veux une prière...
-          Une prière Commandant ?....il grimaceje. ..je craints de ne pas comprendre…
-          Une prière pour le mauvais temps….j’ajoute…je veux une nuit sans lune et un brouillard à couper au couteau !!
-          Il ne sait que répondre.
-          Et rapidement...je regarde toute l’assemblée, un peu surprise, et ajoute,…ce sera tout messieurs…vous pouvez regagner vos postes.
 
Bruissement des chaises qui glisse sur le sol, quelques commentaires plus ou moins pertinents que je fais mine de ne pas entendre tandis que tous quitte la salle.
Seul reste le Second, qui une fois le dernier sorti referme la porte doucement.
Nous échangeons un regard entendu avant qu’il ne me dise !
-          Commandant, …il soupire…je ne te contredirais jamais devant les hommes…il soupire à nouveau…mais je pense que là, ils ont raison.
-          Je comprends leurs inquiétudes…dis-je, un peu énervé…tu ferais quoi  à ma place ?
Il hésite à répondre, avant de lancer à mi-voix :
-          Probablement la même chose peut être…
-          Dans ce cas la messe est dite…dis-je. Puis le regardant…Nous sommes une équipe, un binôme, si nous avons confiance : « ILS » auront confiance. Je parle peut être sans savoir, mais c’est ce que j’attends de mon équipage…Nous suivrons les ordres, un point c’est tout.
-          Yes sir !...dit-il, un peu dépité me saluant avant de sortir. Il se dirige vers la porte, je le retiens, lâchant :
-          Second ?!...Il se retourne…plus que jamais, j’ai besoins de toi…ne me lâche pas…cela ressemble plus à une prière qu’a un ordre. Il opine du chef avant de répondre :
-          Je serais là.
 
Le second sorti, je me retrouve seul dans le carré.
Je ne remarque que maintenant qu’il avait été décoré, pour les fêtes de fin d’année par les hommes du bord. Sans doute avaient-ils prévu une petite fête : Ils auraient débouché quelques bières et auraient trinqué à la nouvelle année en chantant des chansons de corps de garde…certains auraient sans doutes pris un coup de cafard passager en pensant à une fille laissée dans un port lors d’une escale.
Lorsque je vais pour sortir, en ouvrant la porte donnant sur la coursive, je tombe nez à nez avec le cuistot du bord et deux matelots portant des plats divers.
-          S’cusez Commandant…dit le cuistot…on amène les plats pour la p’tite fête de ce soir.
-          J’vois ça…
-          Vous en serez Comandant ?
-          Je…je passe une main sur mon visage. Ma place est-elle parmi eux ?...je ne sais pas encore, j’ai...
-          L’équipage compte sur vous Commandant.
A mon tour j’opine du chef, la boucle est bouclée d’une certaine façon
-          Alors je serais là
 
Je me dirige vers ma cabine.
Sur la diffusion générale, le radio a pris l’initiative de passer quelques chants de noël.
J’imagine que d’autres, ou les mêmes doivent passer sur tous les navires alentours qu’ils soient de notre côté, ou de l’autre.
 
 
 
Traduction du Gaélique d’Ecosse et divers
(*) Bordel !!
(**) Qui ose gagne
angus Mac Leod
angus Mac Leod
Jolie brise
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : angleterre
Nation au Front Pacifique : aucune
Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 07/07/2018

Infos
Nationalité: ???

Opération " Al dente"... Empty Re: Opération " Al dente"...

le Dim 02 Fév 2020, 20:08
Janvier 194X, quelque part en mer…
 
Au gui l’an neuf dit-on.
Espérons que cette année verra la fin de ce conflit. C’est du moins ce que j’espère, même si la guerre est mon métier. Pour l’heure, après avoir passé les fêtes en escale technique, la flottille est de nouveau partie en mission. L’Amirauté avait baptisé cette opération du nom de «  Patof »
Un nom qui avait grandement amusé l’équipage lors de mon annonce.
La mer est formée, et de de temps en temps notre bâtiment « pique dans la plume ».
Ce pourrait n’être qu’un effet esthétique, mais, pour les matelots de quart, c’est synonyme de longues heures à faire sauter la couche de glace qui se forme sur la structure des navires lors de ces températures polaires.
Je viens de gagner la passerelle.
Les officier me rendent compte de la situation actuelle : position, vitesse, veille radar et sonar ainsi que les derniers messages radio.
Un grésillement :
-          Commandant ?!...ici le Radar...Contacts multiple droit devant en rapprochement !
Je réponds :
-          Reçu radar, gardez un œil sur eux, j’arrive !
 
Quelques instants plus tard, après avoir revêtu mon uniforme non conformiste, je rejoins la passerelle.
Je jette un rapide coup d’œil sur la carte, et file rejoindre le local radar. En me penchant sur l’épaule de l’opérateur, je peux voir un nombre de point scintillants qui se rapprochent  de nous à chaque révolution de l’antenne perchée dans les superstructures du bâtiment.
-          Marchands ? Demande-je. Le matelot fait un signe négatif de la tête tout en peaufinant ses réglages
-          Non Commandant, on a fait a du lourd là…dit-il…au moins cinq croiseurs, et une escorte de destroyers…cap inchangé : ils viennent droit sur nous.
-          Aux postes de combat….dis-je.
L’alarme résonne dans le bord et le bâtiment semble pris d’une sorte de folie collective tandis que chacun rejoint son poste et se tient prêt à faire son devoir.
L’intercom’ me signale à la passerelle que tout le monde est paré, chaque canonnier ou mitrailleur se étant attentif à aux instructions du contrôle de tir.
Sur la passerelle de veille découverte, tous les binoculaires scrutent un secteur de l’horizon en espérant un contact visuel rapide.
Et puis…bientôt…
-          Navires repérés ! Gisement 260 !! …tous les regards se tournent vers ce point, et en effet, on peut apercevoir à l’horizon, les fumées des vaisseaux ennemis venant sur nous.
-          C’est parti…dis-je, en décrochant le micro de la diffusion générale…Votre attention, ici le Commandant !! …Feu à Volonté !! choisissez vos cibles !!!
J’ai à peine fini ma phrase que les premier obus viennent encadrer notre flotte, plus concrètement  notre vaisseau.
Les comptes rendus venant de tous les compartiments du bâtiment commencent à remonter jusqu’au poste centrale de navigation. Notre bâtiment tremble sous les coups de l’ennemi, mais, nous ne sommes pas du genre à subir trop longtemps.
Bientôt, nos pièces de 133 entament un duel avec un croiseur léger avec plus ou moins de précisions.
-          Un coup au but de plein fouet, droit sur sa ligne de flottaison dit le second, analysant un de nos tirs
-          C’est pas ce qui l’enverra au fond…dis-je, tandis que l’ennemi vient à son tour de mettre un coup au but.
-          Commandant ?!...le contrôle de tir a été endommagé, mais les gars font le nécessaire pour qu’il soit en état au plus vite !
-          Miorbhaileach (*)…lance-je, amer…il ne manquait plus que ça !!
Il fait nous falloir du sang froid, de l’audace, de la réactivité, mais plus que tout : DE LA CHANCE !!
Je fais une rapide analyse de la situation, avant de décrocher l’interphone.
-          A tous ! Ici le Commandant !....on met le paquet sur la manœuvrabilité le temps que le contrôle de tir soit réparé : Tirs de défense uniquement !!.....Plage arrière ?!...je veux un écran de fumé digne de ce nom et maintenant !!...je veux éviter les coups avant que l’on soit en état de riposter.
Les choses se mettent en place, et rapidement, nous somme noyés dans un nuage opaque tandis que j’ordonne une route en virages serrés afin de gêner les tirs adverses. Je mise sur le sang-froid, la réactivité, et la chance.
Cela est payant : Bientôt le contrôle de tir m’informe qu’il est de nouveau en état. Je fais cesser l’écran de fumée, et les tirs reprennent de par te d’autres.
Mais cette fois-ci, la chance est de notre côté.
Les Bâtiments ennemis, un à un, font demi-tour et cessent le combat
-          On les suit ? demande le Second.
-          Non…ce serait gaspiller du mazout pour rien : ils sont trop près de leur port.
Le Navire atelier aura du boulot, même si, à bord, tout l’équipage s’échine à remettre en état avec les moyens du bord le HMS Braveheart. Mais il faut croire que Paris ne s’est fait en une messe…
-          Commandant ?!...Voie d’eau dans la salle des moteurs…je blêmis…les pompes d’épuisements sont en action et ça devrait tenir tant qu’on ne prend pas un autre coup de ce genre !!
-          Reçu !...je regarde le Second…la passerelle est à toi : je vais voir sur place de quoi il en retourne !
 
En bas, c’est l’enfer : Du moins c’est l’impression que j’ai.
Les hommes ici, ne voient pas ce qu’il se passe à l’extérieur. Ils luttent contre eux-mêmes…voir contre la machine elle-même.
Et c’est le cas lorsque j’entre dans le compartiment. Je me dirige vers le chef ingénieur : il est en train de donner je ne sais quelles consignes à une des matelots de son équipe. Celui-ci opine du chef, me salut rapidement lorsqu'il m’aperçoit avant de vaquer à sa tâche.
-          Alors chef ?!...on en est où ? demande-je au chef mécano
-          Ça tiendra Commandantdit-il…mais ‘faut pas qu’on prenne un pruneau de plus : je ne garantis pas l’efficacité des pompes après !
Je lui tapote l’épaule presque paternellement en lui disant que tout ira bien.
A peine ais-je fini ma phrase que le « Braveheart » est de nouveau secoué par des coups qui font mouches, heureusement pas dans le compartiment où je me tiens.
-          On en prend plein la tronche !! on va tous finir au fond !!!...Hurle un des matelots tentant de m’attraper par le col.
Un direct du gauche de chef mécano l’en empêche.
Tandis qu’il se relève, la bouche en sang, je dis :-
-           Du calme les gars….Personne ne va finir au fond. Mon regard se pose sur eux, comme une demande de confiance…je compte sur vous tous, et on s’en sortira : Gagnez la bataille de l’eau, je me charge de la bataille du feu !!
 
Ma pour l’heure n’est pas ici.
Si suis responsable de l’intégrité du bâtiment, je ne suis pas responsable des postes : Pour ça, j’ai des officiers subalternes à qui je délègue.
En arrivant au PCNO, peu de temps après, la bataille bat son plein. Nous ripostons autant que nous pouvons, mais, malgré nos 133, c’est comme si nous tirions au lance-pierre contre les murailles d’une forteresse malgré quelques coups au but.
-          Commandant ?!...C’est l’officier d’armement qui m’appelle…nous chargeons nos derniers « pruneaux ».
-          Reçu…Dis-je, retenant un « déjà ? ». Je croise mon regard avec celui du Second. Je lui dis :...ça va être dur !
-          Autant qu’on se replie…filons à l’anglaise !
-          Tu dis ça a Ecossais !...mais il a raison…Radio : Envoyez a l’amirauté : «Sommes à cours de munition-stop- Nombreux dégâts en salle des moteurs- stop- Luttons contre voie d’eau –stop- faisons route au nord pour réparation –stop- »
 
Il me faut une décision, la survie du navire en dépend.
Je donne l’ordre à la Timonerie de prendre un cap qui nous fera quitter la mêlée au plus vite, tandis nos canons de tous calibres, au besoin, couvrirons notre retraite.
Avec l’aide d’un écran de fumée digne de ce nom et les tirs de la flotte, nous arrivons à quitter la zone de combat sans nous faire prendre à parti par l’adversaire.
Peu de temps après, la flotte reçoit un ordre de repli afin de panser ses blessures : Au pire, nous avons pris quelques heures d’avances sur eux.
Nous retrouvons un semblant de calme, que je sais plus que précaire.
La guerre continue…ici, ou ailleurs.
 

Traduction du Gaélique d’Ecosse.
(*) Super
Contenu sponsorisé

Opération " Al dente"... Empty Re: Opération " Al dente"...

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum