Partagez
Aller en bas
avatar
angus Mac Leod
Petite brise
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : britanique
Nation au Front Pacifique : aucune
Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 07/07/2018

Infos
Nationalité: ???

L'Ecossais ne boit que du pure Malte...

le Dim 11 Nov 2018, 13:03
C’est un caillou…
Un caillou posé au milieu de l’eau.
Ici, tout n’est que pierres...rocs…sable. Quelques rares arbres tentent de vivre dans ce décor aride.
Malte, verrou de la méditerranée.
Heureusement, il y a ce que nous Anglais,  appelons pompeusement « pub » et les autochtones «  tavern ».
Cela aide à tenir bon malgré les patrouilles et les coups quotidiens des bombes.
 
Je viens de finir ma danse avec cette petite infirmière.
Elle sourit, moi aussi : instant fugace de bonheur dans un  monde en furie.
Elle me dit qu’elle doit rentrer, demain matin, tôt, elle doit prendre son service en me tenant la main.
Je laisse s’envoler mon ange non sans avoir tenté de lui voler un baiser qu’elle repousse à peine en me murmurant un «  bientôt » prometteur.
Je la regarde partir, en finissant ma bière tiède…quand une lourde main vient se poser sur mon épaule :
-          Elle reviendra…ce n’est pas une sirène !
Je me retourne : C’est  « Yessir ». Je fais signe au serveur de rajouter une pinte.
-          Et nous ? …est-ce que nous reviendrons ? dis-je pensivement.
-          Tu dis que les Ecossais sont immortels…répond-il en riantalors oui !
Je ne peux que laisser échapper un rire et trinquer avec lui.
Puisse-t-il avoir raison.
 
Nous vidons encore quelques pintes, puis sous l’invitation du patron, nous quittons les lieux : de toutes façons, comme on dit «  On ferme !! ».
Avec mon second, nous marchons, devisant de choses et d’autres en nous approchant de notre navire.
A coté de l’échelle de coupée, c’est amas de caisses de toutes sortes : Munitions de tous calibre, cageots de vivres fraiches…que les hommes transvasent.
-          Nous serons prêts bientôt ?
-          Yes Sir !….réponds le second !! tu vois, ça avance vite, et les hommes sont motivés !
-          Parfait….dis-je en opinant du chef.
 
Je m’avance vers la passerelle de coupée, non sans prendre le temps d’échanger quelques mots d’encouragement avec les matelots qui œuvrent au chargement du navire.
Toujours sur le quai, je regarde l’allure de ce bâtiment et respire un grand coup
Un salut au planton, puis au drapeau.
Je monte à bord et vais regagner ma cabine…
avatar
angus Mac Leod
Petite brise
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : britanique
Nation au Front Pacifique : aucune
Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 07/07/2018

Infos
Nationalité: ???

Re: L'Ecossais ne boit que du pure Malte...

le Dim 18 Nov 2018, 18:07
Une certaine monotonie, relative,  s’était installée dans les missions.
Celles-ci consistaient en des patrouilles plus ou moins longues, autour de l’île, afin de sécuriser l’approche et les accès au port des convois de ravitaillement.
Rien de bien compliquer en somme : Il suffit de garder l’œil rivé aux jumelles, écrans radars et sonars.
Mais il ne faut pas oublier que le danger peut aussi venir du ciel
 
-          Sir ? bâtiment signalé…dit l’opérateur radargisement 270.
Instinctivement, mon regard se porte vers l’horizon, dans la direction indiquée.
La confirmation visuelle ne tarde pas, venant de la passerelle, la clarté de la lune aidant.
-          Mouilleur de mines…dit le Second, livre d'identification en main, et précisantroumain…ce type tente de miner l’accès au port.
-          Message au Sussex : On passe à l’attaque…dis-je.
-          Equipage aux postes de combat !!!...l’annonce du Second crépite dans le haut-parleur de la diffusion générale.
Les ordres suivent. Nous ralentissons notre vitesse histoire d’ajuster notre tir en essayant de ne pas nous faire repérer. Ce qui semble être le cas pour le moment.
-          Paré pour un tir de torpilles…
-          Tubes parés…L’officier de tir tient une solution fiable.
-          Feu !!!
Les torpilles sont éjectées des tubes et filent vers leur cible qui ne se doute pas que son sort est déjà scellé. Juste après l’explosion de nos « poissons », le Sussex achève le malheureux aux canons.
-          Un adversaire de moins…dis-je.
 
Je prends la décision de rentrer au port. Laissant soin au Sussex de finir la patrouille seul.
Je n’ai pas envie de garder mes tubes vides en cas d’attaques surprises.
Dans ma cabine, je profite du rapide voyage de retour pour mettre à jour le journal de bord du bâtiment.
A quai, le réarmement se poursuit sans problèmes. Les équipes à terre, et les hommes d’équipage connaissant par cœur les différentes manœuvres et procédures.
J’allais me coucher, prévoyant de ne repartir qu’à l’aube, histoire de laisser tout le monde souffler un peu, mais les choses ne se passent jamais comme prévues : On frappe à la porte de ma cabine.
-          ‘trez ! dis-je. La porte s’ouvreah ! c’est toi « Yessir ». Le réarment est fini ?
-          Yes sir…dit-ilon est même synchronisé avec l’Amiral.
-          Hein ?...je fronce les sourcils, ne comprenant pas où il veut en venir.
-          Le radio vient de recevoir çail me tend la planchette de vacation radiola flotte se regroupeil ajoutele Sussex et le Glasgow sont en train d’appareiller.
-          L’équipage ?
-          Au complet…t’as plus qu’à donner l’ordre de…
-          Ne tardons pas alors! dis-je, lui coupant la parole.
Quelques minutes plus tard, nous fendons les eaux de la rade en direction du large.
Notre corne de brume déchire l’air une dernière fois, en guise de salutation à ceux qui restent tandis que je fais hisser le drapeau écossais, en plus de l’Union Jack.
 
Les heures passent.
La mer est formée. Des vagues courtes ballottent notre navire dans tous les sens, et les équipes de veilles sur la passerelle de navigation découverte, doivent essuyer régulièrement les lentilles des jumelles, luttant contre les embruns.
Penché sur la carte, et au sec pour l’instant, je tente de faire le point sur notre position.
Nous devrions être sur zone sous peu.
-          Navire par tribord avant !!
Je sors hâtivement malgré le temps, et reconnaissant la silhouette, je dis :
-      Nous sommes sur zone...j'ajoute...envoyez le signal lumineux de reconnaissance !
avatar
angus Mac Leod
Petite brise
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : britanique
Nation au Front Pacifique : aucune
Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 07/07/2018

Infos
Nationalité: ???

Re: L'Ecossais ne boit que du pure Malte...

le Dim 25 Nov 2018, 20:09
…Plus tard…
 
Un serpentin de vapeur monte de ma tasse de thé tandis que j’ajoute un nuage de lait dans celui de mon second. J’aime ces moments de calme, un peu à l’abri de l’effervescence qui règne sur la passerelle.
Et puis, avoir une conversation presque « normale », je veux dire : parler d’autres choses que des mouvements de l’ennemi et de la manière dont on peut  les contrecarrer, cela fait du bien :
-          A ce moment-là, je vois le cerf dans mon viseur…dis-jemon père, à voix basse me conseille…je fais tourner mon thé dans mon quartmon index se crispe sur la détente et …je bois une gorgéevoilà qu’une perdrix s’envole  juste à mes pieds…je hausse les épaulesrésultat : j’ai eu ni le cerf, ni la perdrix.
-          On ne peut pas toujours gagner…répond-il philosophiquement.
-          ‘pas faux…dis-jele tout est de ne pas perdre trop souvent.
 
Nous devisons encore quelques instants et, alors que la diffusion générale du bord annonce le changement de quart, je l’invite à me suivre à la passerelle.
Nous arrivons alors que les différents postes sont en train de se passer les consignes, ce qui implique un peu  de brouhaha.
-          Le commandant sur la passerelle ! annonce l’officier de quart.
Je prends les renseignements nécessaires : vitesse…cap…contacts éventuels...
Le radio m’apporte  les derniers messages.
-          Hmm...je fais une petite grimacevisiblement, les Italiens sont de sortie...
-           Par Saint George ! dit le second lisant par-dessus mon épauleils envoient toute leur flotte ?!
-          Contact radar…nombreux…dit le l’opérateur radarils se dirigent droit sur nous.
Je me rue vers l’écran, et je n’en crois pas mes yeux : cela fourmille de points lumineux. Je décroche le micro de la diffusion générale et lance :
-          Aux poste de combat…..je répète : Aux postes de comb….
Je n’ai pas le temps de finir ma phrase que nous sommes encadrés de tirs d’obus de gros calibre. Je reconnais le déchirement des 105 fendants l’air.
Les rapports d’avaries commencent à tomber alors que nous tirons à notre tour. Le navire tremble lorsque notre salve part. J’ai du mal à percevoir les impacts sur notre cible à cause des gerbes d’eaux qui se dressent autour de nous.
Une nouvelle explosion secoue le navire :
-          Télémètre principal hors service …Commandant m’annonce l’officier de quart.
-          Nous n’avons plus de contrôle de tir me dit le secondle Doc’ a déjà au moins  cinq blessés graves sur les bras…, incendie sous contrôle sur le pont arrière, et…
-          JE SAIS !! ..je hurle de rageje sais….
-          La coque est criblée comme une passoire…ajoute-t-il…mais pas de voie d’eau.
-          Nous ne tiendrons pas longtemps à ce rythme-là…dis-je, la mort dans l’âmeRadio ?!...envoyez un message au  « Délivrance » : Urgent, demandons assistance au point de RDV….puis à la timonerie : Timonier ?! en avant toutes !!...cap au 270 : Tirons-nous de là !!
 
Encore un combat qui tourne au vinaigre, ça va finir par devenir une habitude.
avatar
angus Mac Leod
Petite brise
Autre pseudo : aucun
Nation au Front Atlantique : britanique
Nation au Front Pacifique : aucune
Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 07/07/2018

Infos
Nationalité: ???

Re: L'Ecossais ne boit que du pure Malte...

le Lun 10 Déc 2018, 07:14
Mer méditerranée, quelques temps plus tard…
 
Bon, réfléchissons.
Si je me déplace par là…ce n’est pas bon. Deux cases de ce côté…je grimace…ça peut le faire, mais c’est risqué. L’incertitude me gagne : dans toutes cases autour ou presque, il y a un danger potentiel, et j’ai perdu la dernière grosse pièce qu’il me restait.
Enfin, je me décide, mais à peine ais-je bougé :
-          Echec et mat…me dit le Second, jovial.
Soupire de frustration qui m’échappe.
 
Quelques coups rapides à la porte de ma cabine.
Le second se lève, et va ouvrir : C’est le radio qui amène la dernière vacation.
-          Message urgent de la flotte Commandant, dit le matelot.
A mon tour je me lève,  et signe la planchette avant de remercier rapidement cet homme.
Je referme la porte, en parcourant rapidement les feuilles. Une d’entre elles porte l’indication : Secret défense. Intrigué, je lève un sourcil et la lis attentivement.
-          Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? demandais-je à haute voix.
-          Un souci ? demande « Yessir »
-          He bien…je marque un tempspas vraiment : Nous déclenchons l’opération «  Goéland circonflexe ».
« Yessir » éclate d’un rire sonore, et en essuie presque une larme au coin de son œil.
-          On a toujours le chic pour trouver de drôles de noms !! dit-ilpourquoi pas «  Moules avariées », ou… « méduses boiteuses ».
-          On a perdu deux destroyercommentais-jeen moins de 24h00. C’est…flatteur de faire partie d’une élite, mais c’est inquiétant de voir à quel rythme cette élite se rétrécie.
Ma remarque a au moins le rôle de faire retomber son hilarité, et comme dit le proverbe  de «  remettre l’église au centre du village ».
A peine le temps de digéré les informations que le haut-parleur de la diffusion générale fait entendre sa voix dans les coursives du bâtiment.
-          Navires ennemis à l’horizon !!
 
Dans un élan commun, le second et moi nous ruons à la passerelle de navigation.
J’attrape la première paires de jumelles à ma portée, et scrute l’horizon à la recherche d’une fumée ou d’une silhouette annonciatrice de l’arrivée imminente de nos adversaires.
-          Par bâbord arrière !! navires repérés !!! dit une vigie tandis que je me tourne dans la direction indiquée.

-       Mentalement, je fais rapidement appel à mes cours de l’académie navale : armement des destroyers italiens, …des torpilleurs allemands. Je fais en même temps un rapide inventaire nos possibilités.

On ne fera pas le poids, c’est certains….
-          Message du commandement de la flotte dit un matelot, me tirant de mes pensées.
-      Merci…dis-je, parcourant la feuille. Sage décision pensais-jeTimonier ?! En avant toute !!...on se tire de là !...radio ?! transmettez à la flotte : Poursuivons selon le plan de l’opération « Goéland Circonflexe »
-          
 
Toujours ironique, le second me souffle :
-          C’est ce qu’on appelle « filer à l’anglaise »…
Contenu sponsorisé

Re: L'Ecossais ne boit que du pure Malte...

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum