Partagez
Aller en bas
avatar
Hans Baumer
Tempête
Autre pseudo : Erwin von Dieter
Flottille au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 840
Age : 22
Date d'inscription : 18/05/2011

Infos
Nationalité: Italien/Japonais Italien/Japonais

Débriefing

le Ven 09 Fév 2018, 14:26
Note : Ce RP concerne mes deux capitaines, Hans Baumer (Italie) et Erwin von Dieter (Japon). Je vais créer, si j'ai le temps, deux topic où seront centralisés mes RPs de capitaines, dispersés ça et là...


En attendant, bonne lecture !

 

-Nous sommes arrivés, commandant.

Hans se réveilla en sursaut. Un peu barbouillé, certes, mais cela faisait très longtemps qu’il n’avait pas pris un sous-marin. En surface pour arriver au port, il était balloté par les flots. Cette base secrète de l’Abwehr, perdue au fond d’un fjord norvégien, était très bien cachée, et peu de gens la connaissait.

Sa dernière mission avait durée des semaines. Au départ simple capitaine allemand, il avait servi au sein de la Scandinavian flotte von Reich von Valhöll, avant d’en devenir le chef et de former de nouveaux capitaines pour les flottilles de la Kriegsmarine. Il avait même eu l’honneur de commander le KMS Scharnhorst, cuirassé de  la classe Gneisenau, qu’il avait du saborder pour ne pas qu’il soit coulé par l’ennemi. C’est depuis ce temps que Nagetier, son écureuil apprivoisé trouvé dans les débris du Scharnhorst, l’accompagnait.

Peu après cet « exploit, il avait été contacté par l’Amiral Wilhelm Canaris, responsable de l’Abwehr. Celui-ci avait une mission à lui confier. En effet, au vu de ses états de services, il était fin prêt à rejoindre la mission d’espionnage la plus critique de ces temps-ci : servir au sein de la TF81, l’une des plus redoutables flottilles américaines, et en profiter pour remonter un maximum d’informations.

Malheureusement, la mission tourna court lorsque Hans fut surpris par un matelot en train de transmettre à l’Abwehr des renseignements. Il dut abandonner en catastrophe son navire, après avoir promptement assommé le matelot.

C’est à ce moment là que ce sous-marin, qu’il avait contacté par la procédure d’urgence de l’Abwehr, lui vint en aide et pu le rapatrier en Norvège. Et maintenant qu’il débarquait, quelle ne fut pas sa surprise de reconnaitre….

-Erwin !

-Hans !



Son cousin, Erwin von Dieter, était là aussi. Par quel miracle ? Il avait eu vent de sa mort au front récemment, en tant que volontaire dans la flotte impériale japonaise. Il avait survécu ? À moins que…

-Ce n’était qu’une couverture, pas vrai ?

-En effet, je suis passé pour mort afin de partir espionner les américains dans le pacifique. Mais ma mission est terminée. Et toi ?

-Je me suis fait griller.

-Ach ! Mais tu as réussi à t’en sortir !

-Je sais nager.


Un moment passa. Puis ils éclatèrent de rire tous les deux. Ils approchaient tous les deux du bureau de l’Amiral, qui les attendaient.


-Commandants, bon retour au pays. Avez-vous fait bon voyage ?

-Un peu mouillé, mais ça va.

-Allons bon ! Les sous-marins de la Kriegsmarine sont étanches pourtant !

Les trois hommes rirent ensemble, rare moment de détente dans un conflit qui broyait les nations et les hommes.


-Commandant von Dieter, vous avez parfaitement rempli votre mission, et l’Abwehr vous remercie. En attendant la prochaine mission, nous vous invitons à regagner votre flotte. L’état major japonais a été mis au courant, un navire vous attends avec un équipage à Rabaul. Vous pouvez disposer.

Après un salut tout à fait militaire, Erwin se retira.


-Quand à vous, commandant Baumer, nous aimerions vous rattacher à la Regia Marina. Les temps sont durs, la communication est essentielle. Votre mission consistera à rendre compte auprès de l’amirauté italienne, et de nous transmettre toute information qui vous paraitra importante. Vous pourrez également avoir à aider à l’infiltration et l’exfiltration d’agents le longs des côtes méditerranéennes, en Afrique du Nord ou dans les Balkans. Le commandant von Arnaud de la Perrière vous y attendra, et vous lui obéirez en toutes circonstances. Est-ce bien clair ?

-Oui, Amiral.

-Dans ce cas, vous pouvez disposer. Votre navire vous attend, ainsi que votre équipage et votre nouvelle flottille. Bon vent, commandant !

 
Hans frissonnait en entendant ces mots. Hum, la méditerranée et l’Italie… Voilà qui le changerait du froid de la Scandinavie !
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum