Partagez
Aller en bas
avatar
Erwan Lafleur
Tornade
Autre pseudo : Ethan Jones
Nation au Front Atlantique : Nesp...euh... FNFL, what else.
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Aucune (poor and lonesome cowboy)
Nombre de messages : 6798
Date d'inscription : 17/02/2008

Infos
Nationalité: Français (FFL) Français (FFL)

Le mystère du Panther

le Lun 29 Fév 2016, 13:38
L’atmosphère était à la routine dans l’espace exiguë de la salle des radios. Plusieurs quarts étaient passés sans que rien ne viennent troubler l’épais nuage de fumée de cigarettes qui envahissait l’air. Affalée sur leurs chaises en bois vernis, les deux officiers d’astreintes tapaient sans enthousiasme le carton entre deux rapports qui tombaient toutes les trois heures avec une régularité monotone. Tout en jetant un œil distrait sur la vitre des fréquences du transmetteur canadien de type Marconi PV 500H, l’un d’eux ouvrit le tiroir en bois de la table et en sortis un paquet de cigarettes. Ondes longues ou courtes, l’aiguille ne montrait même aucuns signes de soubresauts, c’était le calme plat.
L’autre écrasa sa clope dans un bout de boite de conserve ayant contenu du corned beef et qui servait de cendrier de fortune. Un œil sur ces cartes qui n’annonçait pas une partie facile, l’autre sur les deux récepteurs Marconi SMR-3… eux aussi désespérément calme. Tournant légèrement l’un de bouton, plus par habitude que par nécessité, l’officier soupirât d’autant d’inactivité et de malchance au jeu.

Leur torpeur fut troublée quelques instants plus tard par le grésillement du récepteur FR12. D’abord à peine audible puis par tâtonnement des boutons de fréquences, le message bien que toujours largement  hachurer devint des mots, puis une phrase. Après quelques minutes le message répéter fut enfin compréhensible et résonnait par les hauts parleurs de la pièce, placés près du plafond. L’officier le plus gradé, enficha alors une prise Jack 1/4" depuis le récepteur vers un autre appareil placé à quelque centimètre à peine, il empoigné ce qui servait de micro, tourna avec force le commutateur du tableau des communications internes au bâtiment sur la droite puis appuya sur l’inverseur pour joindre la passerelle de commandement.




Source : Radio Communications and Signals intelligence in the Royal Canadian Navy, Jerry Proc




Salle des radios à passerelle… salle des radios à passerelle…

On était le quatrième jour de septembre, le Panther (Cuirassé classe Bismarck) avait été vu sortant du Sognefjord au nord de Bergen et faisant route vers le port de Trondheim...
avatar
Erwan Lafleur
Tornade
Autre pseudo : Ethan Jones
Nation au Front Atlantique : Nesp...euh... FNFL, what else.
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Aucune (poor and lonesome cowboy)
Nombre de messages : 6798
Date d'inscription : 17/02/2008

Infos
Nationalité: Français (FFL) Français (FFL)

Re: Le mystère du Panther

le Mer 02 Mar 2016, 09:31
Deux groupes avaient étés formés pour l’interception de ce cuirassé solitaire ou trop présomptueux. A sa décharge, la discrétion dont nous avions fait preuves n’avait pas permis qu’il fut informé de notre présence par sa hiérarchie. Le premier groupe pris la mer en direction du Sud-Ouest avec pour objectif de poussé le commandant allemand à la faute. Quatre jours plus tard, a la vue de cette escadre il fit exactement ce qu’on attendait de lui et mis le cap vers l’entrée du Romsdalsfjord ou l’attendait, tapis dans l’ombre des falaises à pic, la deuxième escadre de navires Alliée.




Carte des Fjords de Norvège



A peine fut-il entré à l’abri qu’il aperçu surgissant de la brume du petit matin naissant le premier destroyer de classe Mogador à la vague d’étrave déjà bien formée s’apprêté à la manœuvre. Les tubes lance torpille de pont avaient été tourné vers bâbord et dans l’étroitesse du fjord la cible n’avait pas d’autres choix que de poussé les moteurs au maximum et de courir droit devant. Cela ne suffit cependant pas et il prit la première salve du capitaine François de la Vergnasse. Lancé à sa poursuite le Bonaparte (Croiseur Lourd classe Algérie) était sur ces talons et mis lui aussi au but ces torpilles. Il pivota alors ces deux tourelles double de 203mm à l’avant, dit en chasse, et cracha une bordée. Malheureusement celle-ci rata son objectif de peu et fini dans les falaises. A ce moment, les échos des tirs provenant du fond des fjords se firent entendre bientôt mêlé d’autres bruits, plus sourd rappelant ceux d’un éboulis de pierres. La bordée de 100mm qui suivi toucha elle sa cible.

Le capitaine Karl Gallandorf fit doublé le cap Gauset par son classe Bismark pour ressortir du fjord quand la falaise et les glaces qui la recouvraient déjà se mirent à s’effriter puis à s’effondrer par gros paquets de roches glacée dans les eaux jusque la calmes du fjord, formant à leur base des bouillonnements intenses. Le bruit s’amplifia et résonna dans le fjord créant une réaction en chaine. A plusieurs endroits la roche céda et s’effondra en contrebas dans l’eau provoquant de forts remous et nous bloquant tout passage.
Pour couronner le tout, le bruit des combats ainsi que ceux venus des fjords alerta la batterie de Julholmen qui ouvra le feu. Ces deux événements nous forcèrent à contourner l’île d’Otrøya.




Batterie de Julholmen



On ne retrouva le Panther qu’en fin d’après midi au large de l’île de Smøla, gîtant légèrement sur tribord et seulement touché par endroits à ces superstructures. Doublant la pointe de Veiholmen, l’Opalescence suivi de plusieurs autres destroyers rapides lui coupa la route en face de Grisvàgøya. Ces dix torpilles de 400mm firent mouche lourdement suivie de celle des commandants Pascal Mac Bener et Peio Eztebari qui le criblèrent littéralement d’impactes. Il disparu dans la nuit derrière l’île de Søleksa que nos navires laissèrent qui par bâbord qui par tribord pour couvrir un maximum de terrain.

Le lendemain, cependant, aucunes traces du Panther….
avatar
Erwan Lafleur
Tornade
Autre pseudo : Ethan Jones
Nation au Front Atlantique : Nesp...euh... FNFL, what else.
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Aucune (poor and lonesome cowboy)
Nombre de messages : 6798
Date d'inscription : 17/02/2008

Infos
Nationalité: Français (FFL) Français (FFL)

Re: Le mystère du Panther

le Ven 04 Mar 2016, 09:57
… Ni navire, ni épave, ni canots, ni débris ne jonchèrent la mer, comme si dans la nuit le cuirassé avait tout simplement disparu. De nombreux vols de reconnaissance aérienne furent ordonnés dans le labyrinthe de fjords des alentours et même un submersible soviétique fut mis à contribution. Pendant de nombreux jours les recherches ne donnèrent aucuns résultats. Personne ne revus jamais ce bâtiment de classe Bismark qui c’était semble-t-il volatilisé.

Avait-il été victime d’une explosion en pleine nuit ? Mais alors les équipages auraient vu ces explosions ou entendu le bruit. Et le lendemain nous aurions du retrouver des débris et autres objets flottants. Pourtant rien de tout cela.

Avait-il été sabordé pour ne pas tomber aux mains de l’ennemi ? Mais alors n’aurions nous pas vu son épave gisez au fond des eaux peu profonde et encore claires des fjords ? Et qu’était-il advenu de l’équipage dont aucunes traces ni canots n’avait été trouvé ?

Avait-il réussi à se cacher au fond d’un fjord ? Seuls quelques uns avaient le tirant d’eau assez grand pour accueillir une cathédrale d’acier pareil. Il aurait talonné les fonds dans les autres risquant l’immobilité et de devenir ainsi une cible statique. Et pourtant aucuns vols de reconnaissance, aucunes prospections de nos navires n’avaient laissé au hasard les fjords des alentours. Il aurait forcément été vu.

Avait-il réussi à s’enfuir ? C’était fort peu probable car la flotte quadrillait le secteur et surveillait toutes les entrées et sortie de fjords. Il était fait et ferré comme un poisson dans un filet. Et s’ils c’était enfui, pourquoi la propagande Allemande, dans les mois qui suivirent et faisant suite à celle Alliée annonçant son naufrage, avait-elles nier jusqu'à l’existence de ce navire, pourquoi tant d’efforts et d’ardeur à caché et rayé des documents ce navire, son rôle d’équipage, sa construction aux chantiers, ces commandes de matériaux,…

Non, décidément, le mystère du Panther restait entier.




Nordfjord
avatar
Erwan Lafleur
Tornade
Autre pseudo : Ethan Jones
Nation au Front Atlantique : Nesp...euh... FNFL, what else.
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Aucune (poor and lonesome cowboy)
Nombre de messages : 6798
Date d'inscription : 17/02/2008

Infos
Nationalité: Français (FFL) Français (FFL)

Re: Le mystère du Panther

le Dim 06 Mar 2016, 09:15
Dix-sept mois après cet épisode, des gardes forestiers trouvèrent sur les bords du lac Storglomvatnet à quelques 450 kilomètres au nord du lieu de disparition du Panther un homme au visage fatigué et aux traits usés vêtu seulement d’un épais manteau de laine bleu marine boueux et taché de sang. Il serrait dans ces mains un calot mou sur le bord duquel on pouvait déchiffrer Kriegsmarine sous la crasse. Le pauvre bougre était visiblement confus et ne répondis pas aux questions des gardes forestiers. Il se contentait de regarder au loin, le regard vide et les gestes saccadés comme pris de tics nerveux. Après un bref séjour en hôpital, sans qu’il n’ait ouvert la bouche pour prononcé de mots, il fut conduit à l’asile psychiatrique le plus proche. Il y vivota, tel un légume, recroquevillé sur son matelas, le regard perdu dans le lointain et enfermé dans son mutisme quelques années.




lac de Storglomvatnet



Il n’en sortit qu’avec l’ouverture du chantier de réparation de la toiture de l’institution. Les ouvriers qui s’attelèrent à la réfection des corniches, martelèrent le zinc pour le mettre en forme. Les coups de marteaux répétés le mire dans une transe hystérique incontrôlable, le visage transformé par la peur, le regard métamorphosé comme s’il avait vu le diable. Soudain il sauta hors du lit vers la porte de la chambrée, la maintenant ouverte de toutes ces forces face aux soigneurs baraqués qui tentaient de lui fermée la sortie. Pour la première fois les infirmières entendirent sa voix, dans un allemand impeccable mais tremblante et presque inaudible…


Oberleutnant ils ne sont pas tous remontés….  L’eau monte mais je ne peux pas fermer la porte étanche… ils vont tous mourir…  je ne veux pas les tuer…  nos camarades…

Non Oberleutnant, ne me laissé pas ici, j’obéirais, je vous en supplie… ouvrez moi… pas pitié… lieutenant…


L’homme s’affala sur les genoux le long d’un lit et pris sa tête entre ces mains tout en sanglotant. Dehors les coups de marteaux reprirent sur le toit. Il plaqua violemment ces mains sur ces oreilles et criant… arrêtez… arrêtez ce n’est pas de ma faute… c’est l’Oberleutnant… arrêtez… arrêtez… il tapa rageusement sur le plancher avec ces pieds en fondant en larmes.

Les cris et les crises se répétèrent trois jours durant sans discontinuer pendant la durée de travaux de recouvrement des corniches en zinc. Le jour suivant le terme de ces travaux, un huit septembre, on retrouva le cadavre de l’inconnu sous la glace du lac gelée qui bordait l’asile, les mains collé par-dessous la glace, la bouche grande ouverte, les yeux écarquillé comme s’il était mort de trouille. La police conclu quant à elle rapidement  à un accident, l’homme ayant marché sur la glace trop fine du lac quand celle-ci avait cédé sous le poids, il était mort d’hypothermie et de noyade. La maréchaussée ne chercha pas plus loin et clos l’affaire sans qu’on ait pu savoir ni le nom de cet homme, ni d’où il venait, ni ce qui avait pu provoquer son état.




Hôpital psychiatrique abandonnée de Hudson River State, Diane Landro
avatar
Erwan Lafleur
Tornade
Autre pseudo : Ethan Jones
Nation au Front Atlantique : Nesp...euh... FNFL, what else.
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Aucune (poor and lonesome cowboy)
Nombre de messages : 6798
Date d'inscription : 17/02/2008

Infos
Nationalité: Français (FFL) Français (FFL)

Re: Le mystère du Panther

le Mar 08 Mar 2016, 09:26
1951, Zone 23-15 de la Kolyma, Union Soviétique :


Les vents couraient sur la taïga, et le camp de prisonniers de la mine d’Or de Matrosov. Les collines enneigées au loin formaient un corridor ou s’engouffrait le froid à peine ralentis par les forets de pins, d’épicéas et de mélèzes. Cela faisaient plusieurs jours que la température flirtait avec les -50° C, formant à l’intérieur même des baraquements des stalactites de glace à travers les toits de fortune faits d’écorces de sapins. Comme tous les matins dans chaque baraque des fantômes humains ne se levèrent pas des étagères sur lesquels ils étaient parqués. Comme tous les jours, il faudrait décoller les cheveux des parois, puis piocher dans une terre gelée en permanence pour y poser ces cadavres vite recouverts de pierres avant qu’une nuée de mouches noirs ne viennent s’y ravitailler une dernière fois. Au moins ceux-là ne finiraient-ils pas sous la neige des collines, qui hébergeait déjà des milliers d’anonymes sans sépultures.


« Je vis sur la côte de la mer d'Okhotsk
Où se termine l'Est lointain
Je vis dans les privations et la misère
construisant ici une nouvelle installation. »

(Anatoli Krakowiecki, journaliste Polonais prisonnier à la Kolyma)


Il y avait dans le groupe qui travaillait ce matin la à l’abatage des cinq stères de bois réglementaire journalier, donnant droit à une ration bien trop maigre mais complète, un ancien ouvrier des chantiers navals de la péninsule de Kola. Comme nous tous, on partageait nos histoires, il n’y avait de toutes façons que ça à faire pour passer le temps. C’était à la fin de la grande guerre patriotique, dit-il avec un peu d’ironie dans la voix, il était contremaitre et avait vu un navire qui ne ressemblait à aucun autre sortant des chantiers navals. Il s’était étonné à son supérieur et à haute voix de ce navire construit, sans délais, sans équipes et sans commandes ni arrivés de matériaux. Le soir même la police militaire le convoquait pour un témoignage sur une broutille, prétexte pour l’arrêter et le déporté avec l’ensemble de son équipe du chantier. Aussitôt je me souvenu d’une autre histoire, entendu quelques années auparavant dans un autre secteur de la route du Nord qui mène vers Ambartchik.





Upper Debin camp, Nikolai Getman




L’allemand était arrivé, sur le Djourma, un cargo spécialement aménagé, jusqu'à Magadan, portes de l’enfer, ville d’entrée du « pays de la mort blanche ». Par quelques bribes de dialogues on avait appris qu’il avait été transféré après la guerre de camp en camp avec des passages réguliers à Moscou et la prison de la Lubianka. Comme trente pourcent des esclaves de la Kolyma, il ne passerait pas sa première année dans ces contrées inhospitalières… le taux de mortalité pour la deuxième année avoisinais les 100% alors un peu plus, un peu moins. Le système carcéral soviétique n’était pas très regardant avec sa main d’œuvre, surtout lorsqu’il s’agissait d’éliminé ces opposants politiques à peu de frais. Mais l’allemand n’était pas de ceux la, il avait été « jugé » pendant la guerre comme espion par le NKVD et, mesure particulière, mis au secret.

Un jour, il avait parlé autour de la Balanda, la traditionnelle soupe qu’on nous servait trois fois par jour et dont la consistance autant que la quantité permettait de voir le fond de la gamelle en fer blanc, de son grand navire abordé par la marine Russe quelque part sur les côtes Scandinaves. Après une fausse tentative d’évasion montée de toutes pièces sa peine avait été prolongée de 25 ans, il savait qu’il finirait ici à la Kolyma. On l’enterra d’ailleurs quelques semaines plus tard, début septembre,  avec pour seule tombe un pieux en bois fiché dans le sol ou avait été accroché, poinçonner dans un fond de boite de conserve rouillé, son matricule : D2.151.





Image extraite du reportage: Les derniers survivants de la Kolyma, Stéphane Fernandez, 2012
avatar
Erwan Lafleur
Tornade
Autre pseudo : Ethan Jones
Nation au Front Atlantique : Nesp...euh... FNFL, what else.
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Aucune (poor and lonesome cowboy)
Nombre de messages : 6798
Date d'inscription : 17/02/2008

Infos
Nationalité: Français (FFL) Français (FFL)

Re: Le mystère du Panther

le Ven 11 Mar 2016, 11:01
Septembre 1977, Ville de La Angostura, Argentine:


Sur la rive du lac Nahuel Huapi à l’Ouest de la ville, deux embarcations rejoignent la petite île privée situé à l’Ouest de la ville. Après une demi-heure de marche, le cortège arrive à la pointe Nord de l’île dans un petit cimetière. Se frayant un chemin entre les pierres de granit plus ou moins penchées que la végétation et les arbres recouvrent presque entièrement, quelques vieillards à la démarches mal assurer, venues de Bariloche et de la « Bavière Argentine » comme l’on à surnommé la région environnante, se tiennent qui à un arbre, qui sur une canne. Emmitouflés dans des longs manteaux de laine bleu, vert ou de cuir noir des bras se tendent, évoquant dans un allemand parfais les mérites et les louanges du défunt. Après quelques évocations de « bons souvenirs » ils entonnent un chant allemand que la végétation dense étouffe facilement…

Wo wir sind da geht's immer vorwärts
Und der Teufel, der lacht nur dazu

Bis niemand mehr stört Panther Glück

Für uns gibt es nie ein zurück







Faisant face au cimetière la petite baie d’Istana, sa plage et sa villa Inalco avec son architecture en briques et bois, rappelant vaguement le style chalet Autrichien du Berghof. Une des nombreuses légendes voudrais que c’est la que le Führer se sois caché à la fin de la guerre et que si la croix gammées est tant représentée sur les tombes de ce petit cimetière caché c’est que certains dignitaires lui sont toujours fidèle, même dans la mort.



Villa Inalco, La Angostura, in Agoravox


On lit dans certaines archives militaires Argentine encore sous le sceau du secret qu’un navire de guerre aurait été vu sur les côtes de Patagonie, déchargeant plusieurs familles avec armes et bagages. Des bagages forts imposants d’ailleurs dont, dit-on, ils auraient pu contenir de nombreuses liasses de billets voir même une partie de l’Or volé aux Juifs. On y lit aussi que les militaires ayant tenté de fouillé ces immigrants ce seraient heurtés à une fin de non recevoir diplomatique portant les armoiries du Saint-Siège lui-même, passe droit confirmé très rapidement par les autorités du pays. Cette délégation avait alors pris la route vers le luxueux et surdimensionné hôtel Llao Llao construit pour 169 chambres à la fin des années 1930 dans une Patagonie à la démographie minimaliste.



Hôtel Llao Llao, Argentine


Mais, puisque ces archives sont toujours inaccessibles au public, tout cela ne relève pour l’heure que de pures spéculations et suppositions.
Notons toutefois que le nom inscrit sur la tombe du jour ne fait partie d’aucuns organigrammes ni d’aucuns rôles d’équipages dont les archives qui ont survécu au saccage de fin de guerre nous sont parvenus. A moins, bien évidemment, que ces archives la n’aient étés occultées bien avant cette fin…


Non, décidément, le mystère du Panther resterait entier.
avatar
Erwan Lafleur
Tornade
Autre pseudo : Ethan Jones
Nation au Front Atlantique : Nesp...euh... FNFL, what else.
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Aucune (poor and lonesome cowboy)
Nombre de messages : 6798
Date d'inscription : 17/02/2008

Infos
Nationalité: Français (FFL) Français (FFL)

Re: Le mystère du Panther

le Mer 16 Mar 2016, 09:05
Notes HRP:

Le 08/09/2015, le joueur Karl Gallendorf sur Panther (Cuirassé classe Bismarck) à supprimer son compte en plein combat. Après avoir posé la question auprès des AC’s, le navire à bien été considérer par le script comme détruit et non retourné dans les stocks de navires Allemand.
C’est cet épisode qui à été retranscrit sous forme de RP ci-dessus.

Sources:
1° Salles des radios:
- WWII Communications Equipment, Western Historic Radio Museum
http://www.radioblvd.com/WWII-PostWar%20Hamgear.htm
- Radio Communications and Signals intelligence in the Royal Canadian Navy, Jerry Proc http://jproc.ca/rrp/ships_rr_wwii_era.html
http://www.jproc.ca/marconi/pv500h.html
http://www.jproc.ca/marconi/smr3_receiver.html

2° Fjords
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_fjords_de_Norv%C3%A8ge

3° Batterie Julholmen
https://no.wikipedia.org/wiki/Torpedobatteri
https://jerazol.wordpress.com/tag/torpedobatterie/

4° Kolyma
https://fr.wikipedia.org/wiki/Kolyma
https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9cits_de_la_Kolyma
http://www.aerobiologicalengineering.com/wxk116/sjk/kolyma.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Archipel_du_Goulag
- Articles de presse
http://www.lefigaro.fr/livres/2012/11/23/03005-20121123ARTFIG00600--la-route-de-la-kolyma-la-vie-au-goulag.php
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/goulag-le-dernier-survivant-de-la-kolyma_1132072.html
-Reportage : Les derniers survivants de la Kolyma, Stéphane Fernandez, 2012
http://www.lejourduseigneur.com/Web-TV/Documentaires-premium/Eglise-et-societe/Les-derniers-survivants-de-la-Kolyma
- Collection Nikolaï Getman, The Victims of Communism Memorial Foundation
http://www.thegulag.org/exhibits/art-gulag

5° Bariloche
https://fr.wikipedia.org/wiki/San_Carlos_de_Bariloche
https://reperages.info/2014/02/24/nazi-bariloche/
http://www.franceinter.fr/emission-interception-des-nazis-en-patagonie
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/liberation-52-le-nid-douillet-95411



FIN.
Contenu sponsorisé

Re: Le mystère du Panther

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum