Partagez
Aller en bas
avatar
Ernst Kartofel
Violente tempête
Autre pseudo : Naozane Sangun
Nation au Front Atlantique : Allemande
Flottille au Front Atlantique : I.Reichsflotte Vanaheim - I. Langstrecken-Unterseebootsflotte Phönix
Nation au Front Pacifique : Japonaise
Flottille au Front Pacifique : Dai-roku Kantai Asahi
Nombre de messages : 1067
Age : 51
Date d'inscription : 14/11/2011

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

KRIEGSGERICHT

le Dim 27 Juil 2014, 15:28
05 juin 194* (2014 IRL) 50° N, 4°15W

L’U-25, un sous-marin côtier de la Kriegsmarine, vient de percer la surface des flots, Ernst grimpe dans la baignoire, la mer est peu agitée en ce début du mois de juin, le soleil est en train de doucement se coucher sur la manche, ses derniers rayons font flamboyer les flots verdâtres qui bordent les côtes britanniques.
"Fumées par le quart Sud Est !" lance la vigie.
Ernst braque ses jumelles dans la direction, repérant rapidement bas sur l’horizon un petit groupe de dragueurs de mine alliés faisant route vers le port tout proche.
Depuis plusieurs jours, le U-Boot, en compagnie d’un autre loup de la 34, chassait les petits navires ayant pour mission de déminer la mer séparant les cotes alliées de celles du Reich. Depuis le 23 mai, 9 navires alliés, 8 dragueurs de mine et un Destroyer classe Town, avaient été envoyés par le fonds par le vieux submersible poussif et faiblement armé.
Rapidement, l’équipage rompu aux manœuvres d’attaque, prépara le navire pour une mise à mort.
A 20h58 trois torpilles à impact filèrent en direction du Wallace, un dragueur de mines de classe « Jan Van Amstel ».
A 21h04, le « Wallace », explosait, et, brisé par les impacts des anguilles à la pomme de terre, s’enfonçait dans les flots tout près de la cote britannique.
Ernst nota sur son journal de bord laconiquement :
Le 05/06/2014 à 21h04 : Nous avons coulé Wallace (Dragueur de mines classe Jan Van Amstel)
Le loup gris replongea à l'immersion périscopique. La manche était peu profonde et la position de chasse devant un port anglais très dangereuse. Il fallait être en permanence sur le qui vive.

06 juin 194* (2014 IRL) 50° N, 4°15W
Un premier ping rebondit sur la coque de l'U-25, suivi d'un deuxième, puis d'un troisième.
L'opérateur sonar, informe Ernst que des bruits d'hélices se rapprochent, et que visiblement " PING !" le bâtiment est repéré " PING !". Ernst, bondit jusqu'au périscope " PING !", et fait un rapide tour d'horizon " PING !". Vomissant une fumée noire, bondissant sur les vagues, " PING !" un destroyer battant pavillon Britannique, fonce à toute vapeur sur la position de l’U-25 " PING !".

Ernst rabat à toute vitesse le périscope et donne " PING !" l'ordre de plongée "Tafel mindestens 20 diving Stucka" " PING !" " PING !" " PING !"
Trop tard, l'équipage, tandis que la proue de l’U-25 s'incline, court se positionner au poste avant pour accélérer la descente, mais, " Ping Boum! Ping Boum Tssssi, Tsssi Boum, Ping Splash, Ping, Splash Ping, Ping, BADABOUMBOUM, BADABOUMBOUM "

Le bâtiment est fortement secoué par deux explosions justes à côté de la coque.

" Ping Boum! Ping Boum Tssssi, Tsssi Boum, Ping Splash, Ping, Splash Ping, Ping, BADABOUMBOUM, BADABOUMBOUM "

Deux nouvelles explosions et deux nouvelles secousses, le U-25 est touché à mort, il plonge -25, -50 " PING !" " CLANG !", une grande secousse, on vient de toucher le fond., " PING !", quelques vibrations et craquements, le submersible s'immobilise sur le fond, " PING !" , celui là n'est pas loin de nouveau, " PING !". La coque craque, des voies d'eau éclatent de toute les côtés, les collecteurs explosent, les cadrans des compas sautent sous la pression, les oreilles font mal, " PING !", " PING !", " PING !", " PING !", ils s'éloignent...

L'équipage se rue vers l'arrière, Ernst " PING !" donne l'ordre de chasser aux ballasts et de mettre en machine en avant toute " PING !".
Par chance, l'électrique repart, le navire peine à se décoler du fond. La vitesse de l'impact sur le limon l'a probablement envasé.
Pourvu que cela ne soit pas définitif.

Lentement, très lentement le submersible, avec un bruit de succion, commençait à remonter tout en fuyant le destroyer assassin.

Par chance, les blessés étaient légers et peu nombreux, et aucun mort n’était pour l’instant à déplorer, tout l’équipage, ou presque était disponible pour travailler à tenter de colmater les fuites d’eau et tenter de réparer les dégâts, mais, de toute part, l'eau entrait dans les compartiments, sans que l'équipage puisse colmater totalement les brèches.
Une demi-heure après la dernière explosion de grenade, la proue de l'U-25 perça la surface des flots hors de portée pour l'instant du destroyer Britannique qui continuait à chasser le pauvre submersible allemand.

Ernst donna l'ordre de faire l’état complet du navire, de ventiler, et d'armer le petit canon anti-aérien de 20mm
Au bout d'une heure, le rapport d'avarie lui fut communiqué: navire en perdition! Impossible de réparer, chambre des machines noyée, chambre des torpilles noyée, coque fuyant de partout et fuites impossibles à réparer.
Le U-25 allait dans les heures à venir, quoique l'équipage tente, même s'il était secouru par un navire allemand, même si aucune attaque supplémentaire ne venait de nouveau altérer son état général, lentement mais sûrement s'enfoncer dans les flots noirs pour sa dernière et ultime plongée.
Ernst donna l'ordre de détruire l'Enigma, de gonfler les radeaux pneumatiques de lancer un ultime message à l'état-major pour donner la position du tombeau, et d'abandonner le navire.
C'est avec un serrement de cœur, que l'équipage commença à s'éloigner en s'accrochant à ce qu'ils pouvaient, comme ils le pouvaient, de de leur navire agonisant, espérant voir arriver un hydravion de secours ou un navire allemand avant les alliés.



La captivité était leur pire cauchemar.
C’était la deuxième fois de cette année qu’Ernst perdait un bâtiment. Son moral était au plus bas, il savait, que s’il revoyait les côtes françaises, il passerait en cour martiale.



avatar
Ernst Kartofel
Violente tempête
Autre pseudo : Naozane Sangun
Nation au Front Atlantique : Allemande
Flottille au Front Atlantique : I.Reichsflotte Vanaheim - I. Langstrecken-Unterseebootsflotte Phönix
Nation au Front Pacifique : Japonaise
Flottille au Front Pacifique : Dai-roku Kantai Asahi
Nombre de messages : 1067
Age : 51
Date d'inscription : 14/11/2011

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: KRIEGSGERICHT

le Lun 28 Juil 2014, 17:28
07 juin 194* (2014 IRL)

Dans le milieu de la matinée, alors que les hommes commençaient à être épuisés et démoralisés, un vrombissement de moteurs commença à se faire entendre venant de ce qui pourrait être le Sud Est. Mais comment être sûr sans avoir de compas à bord du frêle canot pneumatique.
Les hommes s’interpelaient entre les trois canots, se demandant ce qu’il conviendrait de faire si c’était des avions alliés.

Ernst rappela à tout l’équipage, son point de vue :

« Un sous-marinier mort n’est plus capable de continuer le combat, faites donc ce qu’il vous plaira, moi je veux tenter de continuer à me battre !
Les cotes bretonnes ne sont pas loin, continuons à pagayer, nous sommes dans la bonne direction, si nous allions en Angleterre, nous y serions déjà tellement nous léchions le bord du cul du port anglais !»


Un rire général salua le discours, et le moral des hommes remonta d’un cran.

Peu de temps après, les silhouettes caractéristiques de trois Dorniers Do-24 se détachèrent dans le ciel à en environ une vingtaine de mètres de la surface de l’eau.
Ernst tira une fusée éclairante pour signaler leur position pour le cas où les gonfleurs d’hélice ne les auraient pas vus, mais déjà, les trois aéronefs arrondissaient pour se préparer à amerrir à proximité.


Tout l’équipage fut recueilli et réparti dans les trois avions qui déjaugèrent et prirent la route de Lanvéoc-Poulmic, ramenant les hommes du U-25 à terre.

Dans l’avion, Ernst réfléchissait aux suites immédiates de son naufrage et du retour sur Brest.
Ses chances de retourner au combat étaient minces, du moins, à bord d’un sous-marin et non sur le front de l’Est en tant que fantassin.

L’amerrissage sur la presqu’île de Crozon se fit par mer calme, il faut dire que le havre de la BAN de Lanvéoc-Poulmic était très bien abrité.


Un canot attendait Ernst et ses officiers pour leur faire traverser la rade et les conduire à la préfecture maritime de Brest.
Le message était clair : explications immédiates !

avatar
Ernst Kartofel
Violente tempête
Autre pseudo : Naozane Sangun
Nation au Front Atlantique : Allemande
Flottille au Front Atlantique : I.Reichsflotte Vanaheim - I. Langstrecken-Unterseebootsflotte Phönix
Nation au Front Pacifique : Japonaise
Flottille au Front Pacifique : Dai-roku Kantai Asahi
Nombre de messages : 1067
Age : 51
Date d'inscription : 14/11/2011

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: KRIEGSGERICHT

le Sam 02 Aoû 2014, 15:54
08 juin 194* (2014 IRL)

Le canot n’était pas venu s’amarrer au pied du pont de recouvrance pour débarquer Ernst, ses officiers, et leur permettre de monter au château comme Ernst le pensait suite au message initial, mais au pied de la nouvelle base sous-marine en construction à Pen Ar Ver.


Une escorte de feldwebels commandés par un jeune lieutenant de marine attendait Ernst et ses officiers sur le ponton.

« Kaleunt Ernst Kartofel und Offiziere der U-25, Sie strengen Arrest für schwere Verfehlung gesetzt sind, folgen Sie uns bitte ohne Widerstand.“ (Kaleunt Ernst Kartofel, et officiers du U-25, vous êtes placés aux arrets de rigueur pour faute grave, veuillez nous suivre sans opposer de résistance.)

Sans, un mot, Ernst et ses hommes furent encadrés par les gendarmes maritimes, puis la colonne se mis en marche, pénétrant à l’intérieur de la base sous-marine.

Ils furent rapidement conduits à travers un dédale de couloirs et ports plus blindées les unes que les autres, quittant les alcôves à sous-marins pour s’enfoncer au cœur de la montagne située derrière la BSM et sous l’Ecole Navale.

Même pour des hommes habitués à être confinés dans leur boite à sardines métallique, une sensation d’étouffement, d’oppression et de mise au secret commençait à les gagner.

Après, presque une demi-heure de déambulation et de franchissement de sas, ils furent introduits dans une pièce où les attendait assis sur un tabouret, un jeune Kapitan Lieutenant à l’attitude pleine de morgue.

avatar
Hans Müller
Violente tempête
Nombre de messages : 1834
Date d'inscription : 24/05/2009

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: KRIEGSGERICHT

le Dim 03 Aoû 2014, 11:14
09 juin 194* (2014 IRL)

L'info tombe au quartier de la 34 .

Nous étions en train de tester les fameux jeux de boules ramenés de Toulon quand Werner von Klûcke me glissa un coup de coude dans les cotes pour me montrer Erich en train de courir vers nous .
Faut avouer que la scène était amusante car je crois bien que c'était la première fois qu'on le voyait faire du sport ... tout au moins celui la .
Erich Steiner était de permanence et l'hilarité allait vite se stopper . Reprenant tout peine son souffle il put juste nous dire .
 
Ils ont arrêtés Ernst ... Donitz à fait arrêter Ernst ... il est enfermé à l'école navale
Ernst à perdu son u-boot .... son équipage est sauf mais ils l'ont quand même arrêté à sa descente du Dornier
 
Dönitz l'avait dans le nez depuis une vieille affaire remontant au début de la guerre . Ses états de service lui avait pourtant sauvé la mise quand il avait perdu son u-boot à Gibraltar mais le Großadmiral avait bien prévenu que cela serait la dernière fois , au prochain faux pas il lui casserai les reins et lui retirerait son badge de sous-marinier .

C'était la méga tuile , on était en plein préparatifs de l'opération Mangel et je ne pouvais pas me permettre de me séparer d'un de mes seconds , j'ai donc sauté dans la Kubel qui nous était affectée et mis le cap sur Lorient .
 
J'ai pu intercepter Donitz vers la cathédrale de Keroman , il était en inspection avec le Großadmiral Raeder et c'est lui qui m'a répondu .
 


Müller ......... c'est donc vous ! .... j'ai beaucoup entendu parler de vous !
Vous savez qu'en haut lieu votre nom est en rouge et que pas mal d'administrateurs de l'Oberkommando à Berlin révéraient de vous envoyer à Stalingrad .
Oh ne dites rien , vous êtes la pour essayer de sauver la peau d'un de vos fidèles vauriens ... c'est peine perdue .
Le kapitän Kartofel sera jugé et condamné sans aucun passe droit ... et je compte bien en faire un exemple .
Vous pouvez commencer à chercher un autre second .
Rendez vous au tribunal .

Il ne m'a même pas salué ... puis ils sont partis .
La ... on était dans la merde !
avatar
hermann Werner
Bonne brise
Autre pseudo : Miyagi Myungi
Nation au Front Atlantique : Allemagne
Flottille au Front Atlantique : 34.Unterseebootsflottille.Phönix
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Dai-roku Kantai Asahi
Nombre de messages : 116
Age : 49
Date d'inscription : 23/12/2012

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: KRIEGSGERICHT

le Lun 04 Aoû 2014, 21:47
Hermann Werner arriva en marche rapide au quartier général de la 34 en compagnie d'un un jeune Kapitan Lieutenant  , La capitaine de l'Erdapfel demanda si le Commandant de la flottille était là puis se dirigea vers le bureau Hans Muller suivi de près par le jeune officier à l'allure hautaine  .Devant la porte du bureau, le Sarrois  toqua deux coups et  rentra aussitôt , Hermann déclara d'une voix forte et claire :


- Je te présente Ludwig Ritt ,  il a fini major de promotion de l'illustre université de droit de Francfort  , mais la guerre a éclaté et il est coincé derrière un bureau  depuis a faire des taches administratives , il est avocat et souhaite enfin exercer sa profession
- Depuis le temps qu'il est dans l'armée , il a eu le temps de lire en long et en large les règlements militaires de la Wehrmacht, Kriegsmarine et Luftwaffe , il peut nous être d'une aide très utile dans cette affaire
- Puis pour lui , ce sera une expérience et une possible renommée , de plus, je lui ai promis un tour dans Erdapfel s'il gagnait le procès  

L'avocat avança d'un pas, salua de manière réglementaire le chef de la 34.Unterseebootsflottille.Phönix  et lui proposa ses services pour l'affaire Ernst Kartofel en lui assurant qu'il allait le faire libérer et surtout lui rendre les honneurs  
Le jeune officier de la Kriegsmarine  était prêt pour ce bras de fer , car il s'agissait de cela au Tribunal qu'il soit militaire ou civil .Ludwig Ritt était impatient de se mettre au travail , enfin une affaire qu'il allait mener de A à Z pour le bien du Sous Marinier
avatar
Hans Müller
Violente tempête
Nombre de messages : 1834
Date d'inscription : 24/05/2009

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: KRIEGSGERICHT

le Mar 05 Aoû 2014, 09:04
L'insouciance de la jeunesse , ce jeune officier débordait d'énergie ... et il allait en avoir besoin car il ne semblait par comprendre que s'attaquer aux hautes sphères de l'Oberkommando était perdu d'avance et même si par miracle il obtenait une once de justice il devrait indéfiniment vivre avec des ombres car les hommes en noir de la police politique ne lui pardonneraient jamais cet affront .

Müller lui tendit le dossier d'Ernst et l'accompagna jusqu'à la porte .

Kapitän Ritt , un de mes hommes va vous emmener immédiatement au tribunal car je viens d'apprendre qu'il y aurait parution immédiate , voici le dossier de Kartofel
Bonne chance  Kapitän Ritt .

Le jeune avocat claque des talons et s'engouffra dans le véhicule qui l'attendait .
avatar
Ernst Kartofel
Violente tempête
Autre pseudo : Naozane Sangun
Nation au Front Atlantique : Allemande
Flottille au Front Atlantique : I.Reichsflotte Vanaheim - I. Langstrecken-Unterseebootsflotte Phönix
Nation au Front Pacifique : Japonaise
Flottille au Front Pacifique : Dai-roku Kantai Asahi
Nombre de messages : 1067
Age : 51
Date d'inscription : 14/11/2011

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: KRIEGSGERICHT

le Jeu 07 Aoû 2014, 07:52
08 juin 194* (2014 IRL)
« - Guten tag her Kapitän Kartofel, ich bin Ludwig RITT!
La 34 et votre commandant, m’ont mandaté pour vous défendre face à la cours martiale devant laquelle, vous devez comparaître.
Je ne vous cache pas que votre dossier est vérolé de tous les cotés, pire que si vous aviez couché avec toutes les putains de Brest.

- Guten Tag Her RITT !
Vous ne mâchez pas vos mots, pouvez-vous me dire ce qui m’est reproché ?

- Ja, en gros, vous êtes trop proche de votre Chef de Flottille, Hans MULLER. Ce dernier énerve en haut lieu. Ses succès organisationnels depuis qu’il a créé la 34ème Phoenix, alors que la Wehrmacht et la Luftwaffe piétinent l’ont positionné dans la visée de GOERING et de KEITEL.
Pour l’instant, ils ne peuvent pas l’atteindre, aussi, ils comptent bien se servir de vous pour parvenir à détruire.

- Ce fait n’est pas nouveau Her, RITT, je dirais même que nous y sommes habitués depuis maintenant trois ans que notre flottille existe. Ce n’est pas mon naufrage qui fera un deuxième trou au *** de Hans !

- Ce n’est pas dit, Her KARTOFEL, car si l’accusation arrive à démontrer à travers votre dernier naufrage, que vous avez commis des erreurs, rien ne les empêchera en ces temps troublés, de passer au crible l’ensemble de votre carrière, et de pointer du doigt tout ce qui peut être utilisé pour mettre en évidence une incompétence, et donc, de semer le doute sur le jugement de l’amiral MULLER qui vous a nommé Commandant en Second de la Flottille.

- All dieser Mist, MULLER est  un des marins les plus clairvoyants que j’ai eu l’occasion de rencontrer, avec feux les amiraux LANZE, LUTH, RATBERG et SCHÖNDER.

- Que des morts ou des disparus Her KARTOFEL, leur mémoire ne peut qu’être salie par ceux qui veulent détourner les yeux du chancelier de leurs erreurs vers des coupables tout désignés. Votre dossier est très chargé, et je crains sincèrement pour votre vie. A travers vous, c’est MULLER qu’ils veulent atteindre.

- Alors, que me reproche t’on,  en dehors de me battre courageusement et d’aller attaquer l’ennemi jusque devant sa porte, alors que certains restent bien au chaud à Berlin à boire du champagne et bouffer des saucisses avec des blondasses à grosse poitrine ?»


Ludwig RITT, se pencha pour prendre la serviette en cuir qui était posée aux pieds du tabouret et qu’Ernst n’avait pas remarquée.
La posant sur ses genoux, il l’ouvrit et en sortie une feuille blanche dactylographiée.


- Perte du châlutier  Der Spiegel.
- Echec de la mission d’entrée en méditerranée.
- «Echec de la mission chasse aux convois»
- Perte de l’U-111, Type IXb au large de Scapa Flow sans avoir adressé la moindre information de renseignement.
- Perte de l’U-176, Type IXc.
- Echec de la mission spéciale de chasse à la CARCHARODON.
- Incapacité à assurer sa mission de protection du sous-marin d’approvisionnement de la flottille.
- Mise en danger provocant la perte de trois submersibles de sa flottille.
- Perte de l’U-510, Type IXc en ne respectant pas la consignes de manœuvres de fuite face à une présence ASM.
- Perte de l’U-25, Type Ia due aux manquements suivants :
o Non respect des ordres de ne pas s’approcher des ports alliés.
o Non respect des consignes de ne pas couler les bâtiments de combat ennemis en risquant de signaler sa position et celle des autres submersibles composant la meute.
o Non respect des ordres du Haut Etat Major, précisant que seuls les navires marchands doivent être attaqués par les submersibles afin de provoquer un embargo de la Grande Bretagne.
- S’est mis à dos l’amiral Werner ROTTENKOPF en novembre dernier lors d’une réunion du HEM où il représentait la 34.  

La bouche et les yeux d’Ernst, marquaient une très grande surprise, une boule venait de se former au creux de son estomac, et il lâcha :

Scheiße, setzten sie das Paket!
avatar
Franz Hasler
Tempête
Autre pseudo : Hiro Kaiten
Nation au Front Atlantique : Kriegsmarine
Flottille au Front Atlantique : Kampfgruppe 42
Nation au Front Pacifique : Japon
Flottille au Front Pacifique : Hashima Sensuikan
Nombre de messages : 815
Age : 51
Date d'inscription : 13/08/2011

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: KRIEGSGERICHT

le Jeu 07 Aoû 2014, 18:52
La séance allait commencer, le jeune officier désigné par le pacha de la 34 allait tenter de tirer son épingle du jeu et sortir
Ernst Kartofel du guêpier dans lequel il s’était mis. Debout, attendant l'entrée des membres de la cour, chacun se regardait.
La porte s'ouvrit, un "Garde à vous" retentit dans la salle, mettant fin à tous les murmures.  Les six officiers prirent place et
d'un signe,  le colonel Von Sturmkopf fit asseoir tout le monde et entra immédiatement dans le vif du sujet.  



- Ce tribunal est réuni ici aujourd'hui pour essayer de déterminer les circonstances de la perte  d'un de nos u-boote.  

Les rapports et procès-verbaux qui nous ont été communiqués laissent à penser que cette perte pourrait découler de
graves manquements aux ordres reçus, notamment par une prise de risque inconsidérée de la part de son commandant.      
Immédiatement, le brouhaha reprit.  

- Messieurs !!!  
- Je le répète, nous sommes là pour éclaircir la situation et en savoir plus, je laisse maintenant la parole au Capitaine Karl
Pourritz pour l'accusation et nous écouterons ensuite ce que le fregattenkapitän Kartofel et son avocat auront à nous dire.  

Ritt se tourna vers Kartofel  

- Scheisse !! ce Pourritz porte bien son nom. je le connais de réputation.  

Kartofel n'eut aucune réaction, cependant cette entrée en matière ne laissait rien entrevoir de réjouissant.  
Pourritz commença son réquisitoire :  

- Vous êtes tous conscients de l'effort fourni par nos valeureux combattants, que ce soit, sur terre, dans les airs ou sur les océans
pour amener notre pays à la victoire finale, conduits par notre führer, qui donne donne tant de sa personne. Comme l'ensemble de
notre peuple qui le suit fièrement. les U-boote contrarient fortement les ravitaillements alliés.  
Pourritz s’était levé et gesticulait de plus en plus  

- La construction d'un sous-marin nécessite énormément de travail, d'efforts. Chaque perte est une douleur.  
- Objection Colonel ! interrompit le jeune Ritt  
- Personne ici ne met en doute et tout le monde est conscient des efforts fournis par nos compatriotes, le capitaine pourrait il en venir
au fait qui nous intéresse ?  
- Venez en au fait Pourritz  
- Bien que le fregattenkapitän ait d'excellents états de service, sa conduite, ainsi que celles d'autres personnalités de la 34, et non pas
des moindres, laisse parfois à désirer, j'ai ici plusieurs procès-verbaux relatant les ravages de ces sous-mariniers à chaque fois qu'ils font
escale dans un port, notamment.....  
- Objection Colonel !
- Le tribunal ici présent, dans un souci d'objectivité, n'a pas à prendre en compte les faits antérieurs à notre affaire, d'ailleurs certains faits
de guerre incontestables..  
- C'est bon Ritt, retenu , Pourritz, les faits qui nous intéressent s'il vous plait.  

Pourritz lança un regard foudroyant au jeune Ritt, il ne parvenait à appliquer sa stratégie.  
Ritt l'interrompait à chaque fois.  
La tension montait dans le tribunal, Von Sturmkopf habituellement imperturbable, semblait s'amuser de la situation inhabituelle dans laquelle
ce jeune Ritt avit mis ce vieil emmerdeur de Pourritz.  Les témoins défilèrent à la barre, surtout ceux de l'accusation, deux sous-mariniers sous
les ordres de Kartofel, récemment affectés, qui dans leur tenue d'honneur semblaient bien plus hautains, avec leur insigne du parti nazi bien
apparent. Oui, ils avaient bien moins fière allure quand l'U-25 tentait d'éviter les grenades sous-marines qui explosaient à quelques mètres de
leur boite de conserve.  
Ritt se démenait comme un diable, réfutant, objectant tout en gardant un calme impressionnant.  

- Fregattenkapitän Kartofel, votre version des faits ?  




Alors que le commandant justifiait de ses décisions tout en rappelant que ses manœuvres n'étaient pas sans rappeler celles qu'avait mené
Prien dans la rade de Scapa Flow..  

- Vous n'allez tout de même pas vous comparer à Günther Prien ?  



- Ma prétention ne va pas jusque là capitaine, Mais nous sommes au moins d'accord sur une chose, la valeur du korvettenkapitän Prien. Son
enseignement m'a souvent été très profitable et cette fois encore, j'ai pris en exemple la tactique qu'il avait employé lors de la destruction
de l'HMS Royal Oak.  

Kartofel relata les faits exactement, entrant parfois dans des détails précis prenant au dépourvu Pourritz qui, n'avait jamais mis les pieds dans
un sous-marin et qui semblait perdu dans cette conversation.  Les débats s'éternisaient et Ritt s'en sortait merveilleusement.  
Cependant, l'U-25 était bel et bien perdu, le Haut-Commandement supportait de moins en moins les extravagances de la 34 et les frasques de
son commandant, Hans Muller.  Bien que la séance semblait tourner à l'avantage de Kartofel, il ne fallait pas s'attendre à ce que Kartofel sorte
du tribunal avec une médaille !  

Après deux heures d'attente, les 6 officiers revinrent dans la salle et Von Sturmkopf prononça le verdict :  

- Fregattenkapitän Kartofel, après délibération, nous avons pris la décision suivante, qui est sans appel :
- Le tribunal ici présent a fait preuve d'indulgence, eu égard à vos états de service et avons prononcé la levée d’écrou vous concernant. Vous êtes
donc libre, cependant les faits sont là et la perte de deux sous-marins depuis le début de l'année est inacceptable. Vous êtes exclu de la 34.
Unterseebootsflottille.Phönix. Vous restez à la disposition de l'Amirauté sans commandement.  
- A l'issue de cette audience de nouvelles instructions vous seront transmises.  

La salle se vida, Ritt se tourna vers Kartofel :  
- Je suis désolé, je...

Ernst le coupa tout se suite :  
- Vous avez été excellent ! Et même si j'avais dû y laisser ma tête, le fait d'avoir vu comment vous  avez "maté" ce vieux con de Pourritz... et vous
avez même réussi à faire sourire Von Sturmkopf, ça valait le détour !!  
- Je vous remercie Ritt !  

Les deux hommes se saluèrent et Kartofel resta seul dans la salle.  

Un homme en uniforme se présenta à lui.  

- Lieutenant Kartofel.  
- oui, vous êtes ?  
- Aucune importance, disons que je suis un observateur.  
- Ah ?  
- Votre avocat a fait des merveilles, vous vous en êtes bien tiré.  
- Possible répondit Kartofel, méfiant devant son interlocuteur.  
- Muller est une tête brûlée, il a déteint sur nombre d'entre vous.  
- Des propos qui n'engagent que vous monsieur..? Je n'ai pas retenu votre nom.  
- Je ne vous l'ai pas donné. Par contre voici votre nouvelle affectation.  

Kartofel saisit l'enveloppe qui lui était tendue.  

- Votre nouvelle affectation.  



Deux naufrages en quelques mois, conscient de sa chance mais abattu, il y avait pensé, fuir cet enfer des profondeurs s'il le pouvait. La mer,
il ne pouvait la quitter, c’était son univers. Des images de Stralsund et de Flensbourg Mürwik lui revinrent à l'esprit... Peut-être l'heure était-elle
venue de changer de crèmerie.  

Comment lisant dans les pensées du sous-marinier :  
- A l'issue de vos... comment dire, de vos mésaventures, vous avez laissé entendre que vous n'aviez plus votre place parmi cette bande de...
parmi la 34. Même votre... Müller semble exaspéré.  

Kartofel lut la feuille de papier. U-459, Un sous-marin ravitailleur, sous commandement direct du Bdu.
Il ne savait que penser mais restait sur ses gardes, ce genre d"énergumène taillé à quatre épingles n'augurait jamais rien de bon.  

- Tout se sait reprit l'inconnu en uniforme. Bien à vous et bonne route Kaleunt lança l'homme en quittant la salle.  

Ernst Kartofel resta quelques instants, pensif...  
Le silence fut interrompu par le cri des goélands, des mouettes s’égaillaient dans un ballet incessant,  l'air iodé de l'océan...  

Ils auraient pu avoir ma tête, et à la place ils me donnent un sous-marin...  

Allons boire un verre...
avatar
Ernst Kartofel
Violente tempête
Autre pseudo : Naozane Sangun
Nation au Front Atlantique : Allemande
Flottille au Front Atlantique : I.Reichsflotte Vanaheim - I. Langstrecken-Unterseebootsflotte Phönix
Nation au Front Pacifique : Japonaise
Flottille au Front Pacifique : Dai-roku Kantai Asahi
Nombre de messages : 1067
Age : 51
Date d'inscription : 14/11/2011

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: KRIEGSGERICHT

le Lun 11 Aoû 2014, 14:39
Brest, quartier St Pierre, un peu plus tard,.

Ernst avait quitté l'arsenal par la porte des 4 pompes, porte privilégiée des sous-mariniers quittant la BSM et partant en maraude dans le bas Recouvrance.



Son ordre d'affectation, il l'avait glissé dans une des poches de sa vareuse, et il marchait sans trop savoir où se rendre.

Certes, il avait envie d'aller prendre un verre, ou deux, voire trois, et pourquoi pas quatre ou plus, mais sans savoir où.

Rue du Pont, à coté du Bazar de la Marine, ses pas l'avaient conduit au café du port jouxtant un restaurant désormais fermé pour cause de pénurie.



Poussant la porte vitrée, Le Kaleunt fut rapidement saisi par la fumée, les odeurs de parfums très forts et d'alcool qui régnaient dans le modeste troquet.
La salle, qui aurait normalement due être très petite vue la devanture, avait des proportions inadaptées, et, devant ce qui aurait dû être un petit comptoir, de nombreux marins, soldats et mêmes officiers de la Wehrmacht attendaient, Ernst ne savait quoi, en buvant de multiples verres, et riant fortement.



Ernst s'approcha et commanda un verre de bière, il avait besoin de se désaltérer, tant l'ambiance de l'après-midi, et les vociférations du Capitaine Karl Pourritz l'avaient fortement assoiffé.
La présence d'autant de membres de la Wehrmacht intriguait beaucoup le marin, car, après tout, sans un quartier proche de l'arsenal, normalement c'était des membres de la Kriegsmarine que l'on trouvait, pas des pousses cailloux.

Promenant une fois de plus son regard sur l'ensemble de la pièce, il remarqua, une ouverture, fermée par un rideau, et qui semblait communiquer avec le restaurant fermé d'à coté.

Tout en buvant sa deuxième pinte, il put observer des allées et venues de plusieurs militaires, chacun entrant ou sortant individuellement, mais, y passant au moins une heure.
Faisant le compte, il en était à sixième pinte, lorsqu'il se décida à aller voir ce qu'il y avait de l'autre coté du rideau.

A mesure qu'il se rapprochait, il entendit nettement de la musique, et de nombreux rires et gloussements. Il n'y avait pas un, mais plusieurs rideaux à franchir, chacun livrant un peu plus de son.
Le dernier rideau franchi, Le Kaleunt comprit:




Brest, quartier St Pierre, beaucoup plus tard dans la soirée.

Une très belle somme d'argent avait changé de main, trois bouteilles de champagne avaient été consommées, et le rescapé de la cours martiale, dormait désormais, non pas d'un sommeil paisible, mais du sommeil lourd de l'ébriété et du stupre en compagnie, d'une charmante Catherine, prostituée Brestoise bien connue, et sur laquelle une chanson avait été composée.

"A 14 ans, elle n'était plus pu***le, elle vénérait le s**e masculin, ..."*

Brest, toujours même endroit, mais le lendemain matin

Ernst avait été réveillé par la belle Catherine, qui avait un peu perdu de ses charmes au petit matin. Cette dernière lui avait servi le petit déjeuner, et lui avait indiqué, que deux feldgendarmes l'attendaient au comptoir du bar d'à coté.

C'est avec un mal de tête plus que prononcé que le Kaleunt les avaient rejoints, et, les deux membres de la maréchaussée militaire du Reich, l'avait alors informé qu'ils devaient l'escorter jusqu'à la préfecture maritime, où, l'attendait, l'amiral RAEDER







* Les marins étant passés par l'Ecole des Mousses et le l'Ecole de Maistrance dans les années 80 connaissent la chanson. NDA.
avatar
Hans Müller
Violente tempête
Nombre de messages : 1834
Date d'inscription : 24/05/2009

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais Allemand/Japonais

Re: KRIEGSGERICHT

le Mer 27 Aoû 2014, 22:41
Au même instant  à Lorient Quai N°3 , kiosque du U-222

L'amiral Donitz fait signe à Müller afin de l'entretenir en privé

 
Alors Müller , notre petite mascarade a t elle bien fonctionné ??

A merveille Amiral , d'après nos informateurs l'ennemi se demandait vraiment ce qui se passait et croyait même à une éclatement de la flottille , certains ont même crus que Kartofel avait fait un putch et qu'une partie de mes gars l'avait rejoint

Bien parfait ... c'était ce qu'on voulait n'est ce pas !! Et pour ce qui est du reste du plan , êtes vous dans les délais ??

Amiral .... je suis heureux de vous annoncer que la I.Reichsflotte Vanaheim vient de s'offrir la plus importante meute de loups gris jamais lancée en Atlantique , nous avons environ 20 u-boots opérationnels , tous ne sont pas encore rentrés de congé mais voici l'organigramme prévisionnel et disons qu'il sera conforme à 95%



Bien .... Bien , donc Kartofel promu chef de la 1RV1 et vous vous prenez le commandement des 2 flottilles ...  la 1RV1 et la 1RV34 Et bien c'est parfait tout cela , de mon coté j'ai fait valider les modifications d'indentification des anciennes flottilles et j'ai commandé les nouveaux fanions  
Vous savez Müller , je ne peux m'empêcher de penser à la Force K .....  eux qui se voyaient déjà en haut de l'affiche ... ils vont l'avoir mauvaise et je compte sur vous pour vite les remettre à leur bonne vieille place

Donitz regarde sa montre ... esquisse un sourire

Il est 18 h , Reader doit en ce moment même remettre le commandement de la 1RV1 à Kartofel

... et effectivement au même instant à la préfecture maritime de Brest , le Phönix planait officiellement au dessus d'une toute nouvelle flotte de u-boots



Contenu sponsorisé

Re: KRIEGSGERICHT

Revenir en haut
Sujets similaires
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum