Partagez
Aller en bas
avatar
Stephen Guth
Tempête
Autre pseudo : Steven Gutmann
Nation au Front Atlantique : USA
Flottille au Front Atlantique : National Italian American Fleet
Nation au Front Pacifique : USA
Nombre de messages : 764
Age : 46
Date d'inscription : 12/02/2013

Infos
Nationalité: Américain (Atlantique ET Pacifique) Américain (Atlantique ET Pacifique)

Les deux derniers géants de la Regia Marina

le Ven 04 Oct 2013, 11:42
Préambule :
 
Tenante Stefan Guth au rapport !
En tant que second de la IaMAS, et rescapé de cette bataille qui n'a jamais vraiment eu lieu, permettez-moi de remettre mon rapport ici même, à vous tous, ainsi qu'à l'amirauté de la Regia Marina, afin d'essayer vous relater ma vision des faits, du mieux que je sache le faire. J'espère que cet éclairage vous permettra de juger des actions des différents intervenants.

[HRP] J'invite ceux qui ont participés de près ou de loin aux évènements relatés, à donner leur vision des faits de façon RP.
Un même évènement, vécu par des personnes différentes, ce sont des angles de vues différents correspondant à un même instant.
Pas d'échanges directs, de coups bas, ni de bataille de fions, nous sommes juste là pour relater et partager notre vision personnelle des faits, de manière correcte, comme l'ont été les discussions par canal optique lors de l'affrontement
Merci d'avance.
 [/HRP]


Dernière édition par Stefan Guth le Ven 04 Oct 2013, 13:20, édité 1 fois
avatar
Stephen Guth
Tempête
Autre pseudo : Steven Gutmann
Nation au Front Atlantique : USA
Flottille au Front Atlantique : National Italian American Fleet
Nation au Front Pacifique : USA
Nombre de messages : 764
Age : 46
Date d'inscription : 12/02/2013

Infos
Nationalité: Américain (Atlantique ET Pacifique) Américain (Atlantique ET Pacifique)

Re: Les deux derniers géants de la Regia Marina

le Ven 04 Oct 2013, 11:47
Le dernier combat d'Il Caravaggio


 
Le 30/09 à 07h27  au large des côtes Lybiennes
Re: Rien en vue ici
17 batiments entre 2 et 3 cases de moi
Je vais faire durer le plaisir
Michel Merisi
IaMAS - Marte
 
30/09 à  07h45 quelque part en méditerranée
 
La mine grave, Damico Maffuci et son second Stefan Guth n'ont pas besoin d'échanger un quelconque regard en accueillant ce dernier message, pour savoir qu'il n'y en aurait probablement pas d'autres…
 
Nous savions déjà que c'était le dernier voyage du cuirassé Il Caravggio, et de son Tenante Michel Merisi. Celui-ci nous avait annoncé sa décision de revenir à la vie civile dès notre retour en Italie, comme le lui permettait le règlement.
Ceci rendait l'instant d'autant plus tragique pour ses camarades de la IaMAS.
 
En pleine opération de blocus du port d'Alexandrie, nous avions repéré un patrouilleur ennemi quelques nautiques au nord de notre position. Nous savions que nous étions repérés, et qu'il allait transmettre nos positions au "stockpile" alliés comprenant la FANA Carcharodon, la Force K et la USNFE qui naviguaient plus au nord sous la surveillance de nos sous-marins. Sans compter les éléments venant d'Alexandrie, nous risquions au bas mot un affrontement à 4 contre 1.
Nous avions rapidement pris le cap de Tobrouk, mais les premiers éléments ennemis  nous précédèrent près des côtes libyennes, nous bloquant ainsi la route.
 
Seule une MAS, partie ravitailler à brûle pourpoint,  parvint moteur à la puissance maximum, à se mettre hors de portée des premiers Mogadors apparus.
 
Le Tenante Merisi, sachant qu'il s'agissait de son dernier voyage, se positionna de suite face à l'ennemi dès le 29/09 au soir, et nous demanda de le laisser terminer seul sa route. Un brave…
Notre navire Atelier, ne pouvant suivre le rythme qu'allait imposer notre échappée, tenta de forcer la passage vers Tobrouk sans succès. Il fut le premier à périr.



Profitant de la nuit, et sous couvert d'Il Caravaggio, le reste de la flottille se dissipa dans la nuit.
 
Le 30/09 à 10h21 au large des côtes Lybiennes
Re: Rien en vue ici
Oui
Je les attire à l'est doucement
Fuyez pauvres fous...hihihi
Michel Merisi
IaMAS - Marte
 
Lorsqu'un homme se sait proche de la fin, parfois son esprit s'égare.
Mais nous nous primes à espérer un miracle… pour lui… pour nous.
 
Le 30/09 à 15h59 au large des côtes Lybiennes
Re: Rien en vue ici
Je viens d essuyer 3 tirs
2 ratés
J'attend les autres et je file vers tobruk
Rien que pour les faire Ch…
Michel Merisi
IaMAS - Marte
 
Il s'arrêta à 7 nautiques de Tobrouk. Un rien...Quelques ricochets de plus et il y était… Si ce n'est cette dernière torpille...

 

Le 30/09  à 20h00  quelque part en méditerranée
 
Un jeune marin se présenta tenant en main le compte rendu des échanges radio de la journée.
Il Caravaggio ne répond plus, Monsieur.
La fine feuille disparue broyée dans la main du Pacha.
Par ce geste, Damico Maffuci, marquait la fin d'un grand capitaine, qui en avait formé plus d'un par le passé à la Prima Flottiglia Scuola.
Soudain,il se rendit compte également, qu'il était le dernier...
Le dernier cuirassée en activité de la Regia Marina !
 
Le sacrifice du Capitaine Merisi avait donné un répit, un espoir même aux sept navires de sa flottille réunis dans cette course folle.
Mais cela c'est encore une autre histoire...
 
[HRP]
Sans en faire une généralité; En ces temps sombres où certain(e)s partent sous les quolibets et l'opprobre, il bon de voir un Capitaine Italien (tant qu'à faire Wink) partir en fanfare, et surtout que le jeu reprenne sa place  
Bon voyage Capitaine Merisi oui chef 

[/HRP]
avatar
Stephen Guth
Tempête
Autre pseudo : Steven Gutmann
Nation au Front Atlantique : USA
Flottille au Front Atlantique : National Italian American Fleet
Nation au Front Pacifique : USA
Nombre de messages : 764
Age : 46
Date d'inscription : 12/02/2013

Infos
Nationalité: Américain (Atlantique ET Pacifique) Américain (Atlantique ET Pacifique)

Re: Les deux derniers géants de la Regia Marina

le Ven 04 Oct 2013, 12:03
Le dernier combat du R.M DUCE


 
29/09  Dans la nuit au large des côtes Lybiennes
Damico Maffuci était penché sur sa carte, une règle à la main.
-"Quel est la vitesse de ces fichus Mogadors ?!!"
 
-"39 nœuds Monsieur, s'ils sont bien menés évidemment."
 
Le regard noir du Pacha se tourna vers son second,
-"Vous pensez que l'on a qui en face de nous !!?? Dufremont, Lafleur, De la Vergnasse, De Preneuf et j'en passe !! A votre avis ? Ils sont bien menés ou pas ??!!"
 
Une boule se forma dans la gorge du Tenante Guth.
-"Oui certainement... Monsieur !" laissa t'il échapper d'une voix nouée.
 
-"Nous allons pousser nos machines aux limites. Je ne veux aucune casse moteur ce soir !
Montrez-moi qu'il n'y a pas de meilleures mécaniques que les Italiennes."

 
D'un geste précis ils traça une route.
-"nous prendrons un cap Nord-ouest. Nous passerons entre l'armada alliée et les forces d'Alexandrie. Que personne ne se trouve à l'ouest de cette ligne le jour venu. J'ai été clair ?!"
 
-"Oui Monsieur !"
 
Le Tenante Guth retrouvait des couleurs, et l'usage de la parole,
-"Certains d'entre nous sont déjà bien avancés vers Tobrouk. Me concernant, je ferais forcer l'allure, mais le reste de mon groupe aura peut-être plus de mal à suivre Monsieur. 
Pourrais-je tenter de forcer le passage vers Tobrouk ? Je suis convaincu d'avoir une chance !"

-"Vous passerez peut-être.. mais les autres ne suivront pas à moins que les alliés ne se concentrent sur vous. Auquel cas… Je préfère que nous restions groupés ! Michel Merisi va les tenir en respect un moment, et les détourner de notre voie de sortie. Ne gâchons pas ce sacrifice par une action d'éclat aussi héroïque qu'inutile."
 
30/09 au lever du jour loin au sud de la Turquie
Tel un chapelet de navire, étalés sur plusieurs nautiques, la IaMAS remonte à marche forcée vers l'entrée Est de la mer Egée.
Toutefois, quelques retardataires semblent mettre en péril le plan prévu par Damico Maffuci.
 
-"Qu'ils poussent les machines bon sang !!"
 
-"Ils sont tous hors de vue des alliées pour me moment" modéra son second.

-"Aucun n'a fait de rapport contredisant cela, effectivement je vous l'accorde. Je serais quand même plus rassuré s'ils remontaient plus vite".
 
30/09  en fin de journée au sud de la Turquie
-"Monsieur, les navires se regroupent. Mais… Nous avons une alerte du Tenante Ubaldi. Un Mogador arrivant cap nord-ouest. Je ne comprends vraiment pas d'où il peut venir ? D'Alexandrie ?!! Ubaldi pense qu'il s'est fait repérer."
 
Damico pris le temps de la réflexion avant de répondre,
-" C'est fâcheux. Qu'Ubaldi se mette hors de vue rapidement. Il est loin derrière, et là où nous sommes désormais, les alliés ne devraient pas avoir le temps de remonter."
 
-"S'ils sont bien tous descendu vers le sud comme nous l'esprérons..."
 
Damico acquiesça.
-"On continue, cap nord, même allure."
 
01/10 aux portes de la mer Egée
"ALEEEEERTE !!!!! Classe Delta plein ouest !!!"
 
Damico Maffuci rectifia les plis de son uniforme, comme s'il sentait que ce serait la dernière fois avant longtemps qu'il prendrait soin de la parfaite apparence de sa tenue.
"Que tout le monde se regroupe. Quasiment aucun de nos navires n'a pris eu le temps de recharger ses canons. Nous avons besoin de temps désormais !"
 
Les synapses en action, les idées fusent, et se défont, les hommes cogitent, toutes les pistes sont envisagées, étudiées, refusées tant le problème est complexe, et pendant ce temps…
 
Les heures passaient, les navires affluaient.
Ceux de la IaMAS évidemment,
Ceux de la FANA également,
Ceux de la K malheureusement,
Ceux de l'USNFE se regroupant,
Ceux de la C à cette fête s'invitant,
Et enfin, venant d'Alexandrie, le Mogador de la Léviathan.

 
01/10  au soir aux portes de la mer Egée
-"La nuit arrive Monsieur ! Que pensez-vous de mon plan ?" demanda son second.
 
Damico Maffuci avait passé la journée au-dessus des cartes, étudié les propositions de ses fidèles capitaines regroupés autour de lui pour l'occasion.
Celle de Filipini Alexandro Tiziano (plus communément appelé Fiat) semblait la plus prometteuse. Déclencher une attaque sur le Repulse aurait tôt fait de faire se regrouper autour de lui les bâtiments proche. Le commandant à la barre du croiseur de bataille ne risquait pas de leur faire bien mal avec ses 380mm de nuit. Bien trop jeune pour cela… Cela nous ouvrirait une porte de sortie.
 
Cependant son second lui avait aussi signalé les navires alliés venant du sud-ouest, se positionnant pour attaquer le croiseur lourd Barbera d'Alba, qui protégeait le flanc du groupe. L'assaut semblait proche. Une attaque sur le Repulse n'aurait fait que minimiser les chances du Tenante Fiat.
-"Bene ! On suit votre idée alors ! Voyons si l'imagination Allemande au service de l'Italie est toujours aussi efficace. Nous nous rapprochons du Repulse, parés à l'attaquer. Faites pointer toutes les armes vides ou pas vers lui, qu'on leur donne l'impression que nous allons livrer notre dernier combat. Le Tenante Mancini pourra nous appuyer avec sa MAS, vu qu'il est le seul à avoir pu entrer en mer Egée."
 
-"Et pour nos isolés ?"
 
-"Qu'ils se dispersent dans la nuit, et qu'ils profitent du bazar que l'on va leur mettre."
 
La flottille se regroupa devant le croiseur de bataille, les alliés autour également, tout le monde se préparait à l'assaut.
-"Croiseur Léger Dido en approche de mon Zara !!!!!!! Il vient de lâcher la protection du navire atelier ! Ils vont attaquer d'une minute à l'autre !! Préparer vous  !!"
 
A l'appel du Tenante Guth, dans toutes les timoneries se mirent à s'agiter.
Il donna lui-même le signal,
-"Comme disent les buveurs de stout, parés pour un Kick and Rush !??? Avantiiiiii !!! Montrons leur comment on fait un petit-pont à la Juve !"
 
Les quatre navires s'ébranlèrent, leurs étraves déchirèrent les vagues.
Ils se portèrent à hauteur du Repulse, toutes leurs armes pointées sur lui, et passèrent devant sans y prêter attention.
Quelques hommes d'équipage firent les salutations d'usage , celles qui ont plus leur place dans les bagarres de rue que sur le pont d'un navire; Mais la tension était telle qu'on ne pouvait leur reprocher.
Un Baltimore et un autre destroyer se trouvait en seconde ligne derrière le croiseur de bataille.
Aucun ne semblait s'attendre à voir la Prima débouler sur eux, presque à toucher leur flancs de métal, et ainsi s'enfuir dans la nuit vers le nord-ouest.
 
01/10 au plus profond de la nuit en mer Egée
Les navires alliés recollaient déjà à la Prima. Un par un, venant se positionner près des trois  navires Italiens.
Le Mirabello du Tenante Ubaldi restait quant à lui sur le Repulse. Il essuya deux tirs, complètement ratés comme l'avait prédit le Pacha.
Les premiers coups commencèrent à tomber sur le Cuirassé R.M DUCE.
 
Extrait du Journal de bord du R.M DUCE
Le 01/10 à 20h42 : HMS Hardy (Destroyer classe Tribal) nous a torpillé et nous a touché !
Le 01/10 à 20h58 : Le Desaix (Destroyer classe Mogador) nous a torpillé et nous a touché !
 
Tous les navires ennemis ignorant le Mirabello agile, remontaient vers le cuirassé et les deux croiseurs de la RM.
"A tous, on fonce cap Nord-Ouest, jusqu'ici j'encaisse! En voilà déjà trois hors course."
 
Le Pacha savait néanmoins que ce n'était pas terminé.
 
02/10 dans la nuit en mer Egée
 
Extrait du Journal de bord du R.M DUCE
Le 02/10 à 06h40 : Antarès (Croiseur lourd classe Exeter) nous a torpillé et nous a touché ! - Légèrement -
 
-"Le navire de Fiat est endommagé Monsieur!! Il a ralenti l'allure. La fatigue des machines ou des hommes sans aucun doute… Il a de nombreux navires ennemis sur lui."
 
-"Vous n'auriez pas plutôt une bonne nouvelle à m'annoncer pour changer !??" rugit le Pacha,
 
-"Le Mirabello du Tenante Ubaldi s'en est tiré quasiment sans une égratignure. C'est miraculeux !"
 
-"Miraculeux ?! Non… Ils veulent la peau de notre cuirassé, c'est tout. C'est leur unique but !" répondit-il.
 
La suite lui donna raison,
 
Extrait du Journal de bord du R.M DUCE
Le 02/10 à 14h01 : HMS Golden Hind (Destroyer classe Tribal) nous a torpillé et nous a touché !
 
Sur le Roma, les voies d'eau s'accumulaient…
Le Duca d'Aoste du Tenante Fiat disparaissait…


 
02/10 au soir au milieu de la mer Egée
 
Damico Maffuci tenait étalés devant lui les derniers échanges optiques qu'il avait eu quelques heures plus tôt avec le Commandant Dufremont de la FANA Leviathan. Les amabilités d'usage entre une proie isolée et proche de la fin, et son chasseur magnanime.
-"Il prétend avoir passé comme consigne d'arrêter la poursuite à 19h00…en récompense de notre résistance si on peut dire... Vous y croyez ? Moi, je pense que c'est un homme de parole. Mais pour qui parle-t-il ? Suivront-ils tous sa consigne ?"
 
-"De toute façon nous n'en attendions pas tant Monsieur, alors restons sur nos gardes. Ils ne sont pas stupides, ils pensent probablement qu'on pourrait les balader encore un moment, et que là où on les emmène, étirés sur autant de nautiques comme ils le sont, ils prennent un très gros risque. Nous avons fait le maximum pour qu'ils ne se doute de rien concernant vos voies d'eau."
 
02/10 19h00  au milieu de la mer Egée
 
Calme apparent sur les flots… Sur les flots…
 
Extrait du Journal de bord du R.M DUCE
Le 02/10 à 19h09 : USS General Lee SS26 (Classe Cachalot) nous a torpillé et nous a touché !
Le 02/10 à 19h11 : USS General Lee SS26 (Classe Cachalot) nous a torpillé et nous a touché ! - Légèrement -
Le 02/10 à 21h02 : USS General Lee SS26 (Classe Cachalot) nous a torpillé et nous a touché !
Le 02/10 à 22h50 : USS Columbus (CA-74) (Croiseur classe Baltimore) nous a tiré dessus au Canon de 203mm et nous a touché ! - Plein fouet -
Le 02/10 à 22h50 : USS Columbus (CA-74) (Croiseur classe Baltimore) nous a tiré dessus au Canon de 203mm mais nous a raté.
Le 02/10 à 22h51 : USS Columbus (CA-74) (Croiseur classe Baltimore) nous a tiré dessus au Canon de 127mm et nous a touché ! - Plein fouet -
Le 02/10 à 22h51 : USS Columbus (CA-74) (Croiseur classe Baltimore) nous a tiré dessus au Canon de 127mm et nous a touché ! - De justesse -
Le 02/10 à 23h19 : HMS Hornet (Patrouilleur Type Higgins72) nous a torpillé mais nous a raté.
 


Le R.M DUCE sombra un peu plus tard, ne rendant nulle gloire à celui qui le coula  .

Trahison ? Non… Soyons juste et honnête.

Pour citer le Commandant Morel de la Force K,
C'est un peu comme si "Georges Washington apprenait le non-respect de ses ordres par Lee".
Les alliés ont pris celui qu'ils étaient venu chercher. Ceci réalisé, les autres pouvaient s'en aller...
 
Epilogue :
 


L'octopus allié  situé en méditerranée centrale, avait lancé un premier tentacule vers le sud-ouest pour frapper la IaMAS. Celle-ci avait esquivée le coup, mais perdu son premier cuirassé. Malgré sa rapidité de réaction, la prima ne put éviter que le second lui bloque le chemin. N'écoutant que son courage, la flottille passa par-dessus le membre froid comme la mort, laissant la pieuvre derrière elle, probablement encore plus enragée qu'elle ne l'était de voir son festin tenter de se défiler une seconde fois. C'était sans compter qu'une odyssée ne peut se terminer sur une note totalement positive…
Un troisième membre agile et plus long encore vint frapper le dernier géant de la Regia Marina.
 
Le résultat de cette épopée importe peu.
Il faut juste retenir, que la pieuvre n'avait jamais crachée son encre.
Jamais elle ne s'était sentie en danger...
Ce sera ainsi, tant qu’elle ne rencontrera que des petits poissons…
avatar
Erwan Lafleur
Tornade
Autre pseudo : Ethan Jones
Nation au Front Atlantique : Nesp...euh... FNFL, what else.
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Aucune (poor and lonesome cowboy)
Nombre de messages : 6794
Date d'inscription : 17/02/2008

Infos
Nationalité: Français (FFL) Français (FFL)

Re: Les deux derniers géants de la Regia Marina

le Lun 07 Oct 2013, 17:58
[HRP]Compte rendu des événements du point de vue de l’escadre Allié de ce qui resteras dans les archives sous le nom d’Opération Perenna[/HRP]




§1. Premières escarmouches.

Nous revenions de l’opération Phoenix (Dattier) lorsque nous aperçûmes, posté entre le Cap Sidéros et l’île de Kassos un navire Italien de type M.A.S. Plusieurs jours durant, cette vedette bientôt suivie de deux autres nous observa. A la faveur de la nuit du 9 septembre, ils passèrent à l’offensive pour de bien maigres résultats au regard des pertes qui s’en suivirent. Pour deux torpilles au but, un submersible, deux M.A.S.522 et leur approvisionneur en caboteur firent les frais de notre première rencontre avec la Ia MAS ce mois la.


§2. Un coup de chance.

Au matin du 27 septembre, l’escadre faisait route vers l’Ouest lorsque la radio crépita. Le commandant Leroy M.OFlanagan, stationnant à Alexandrie signala à quelques encablures du port plusieurs navires italiens, rapidement identifié comme étant l’escadre de la Ia MAS. Positionner par chance plus au nord il fut promptement décidé de leur couper la route vers Tobruk dans le dos pendant que le patrouilleur anglais observerait leurs mouvements.

Sur notre chemin nous croisâmes un navire FNFL dont le capitaine Fabrice Huet nous indiqua avoir fait l’objet d’un tir de torpille. Durant la nuit, une déflagration retentit et nous vîmes une colonne de feu s’élevée au dessus son navire. Était-ce une explosion des suites de ces avaries ou une nouvelle attaque ? Ce n’est qu’au petit matin que nous constatâmes un deuxième impact béant sur son tribord avant et que nous comprîmes qu’un submersible rôdait non loin. Décision fut prise de faire avancer notre première ligne pour parachever notre objectif et de laisser la deuxième ligne s’occuper du malandrin qui fut donc couler le 28. Ce que nous pensions alors être la source d’un retardement d’une partie de l’escadre s’avéras par après une opportunité.


§3. J'ouvre la ligne, - je la bouche...

Ainsi donc nous avions bloqué la retraite qu’ils avaient engagés pour nous faire face à face à la pointe du Ras Beddud. Savaient-il ou non que les trois quart de notre escadre était encore à leur nord ? Peut-être pas puisque seule une M.A.S. traversa nos lignes sans demander son reste. Le navire atelier suivi mais sa vitesse ne lui permis pas d’échapper à sa destiné, « Il nostro mare » alla l’habiter pour l’éternité. Puis se fut au tour d’il Caravaggio (Cuirassé classe Conte di Cavour) de prendre nos obus et de tenter de traverser nos lignes mais la aussi, en vain.





Patrouilleur Type Higgins72


A suivre… 
avatar
Nathan Huntington
Grand-frais
Autre pseudo : Edouard -Eddy- Wilson
Nation au Front Atlantique : Royal Navy - FFL
Flottille au Front Atlantique : F.A.N.A.
Nation au Front Pacifique : Royal Navy
Flottille au Front Pacifique : -en permission-
Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 11/02/2012

Infos
Nationalité: FFL/Commonwealth FFL/Commonwealth

Re: Les deux derniers géants de la Regia Marina

le Mar 08 Oct 2013, 14:36
[HRP]Compte rendu du combat opposant les forces alliées au Navire Atelier du Capitaine Luigi Reale.[/HRP]

Opération Perenna - Section Tobrouk.

29 Septembre, 19H00.
Les forces de la I. MAS avaient été repérées quelques jours auparavant, entrainant le déploiement de la force multi-nationale regroupant la FANA, la Force K et l'USNFE.

La partie la plus avancée du dispositif allié avait pour but de bloquer toute retraite italienne en direction du port de Tobrouk. Pour cela avaient été détachés les navires suivants :

- l'HMS Vanquish (CdB Renown) du Capitaine Ramius, Force K.
- l'Opalescence (Dd Mogador) du Commandant Lafleur, FANA.
- l'Eclair (Dd Mogador) du Capitaine Blanchet, FANA.
- l'HMS Hood (CdB Hood) du Capitaine Huntington, Force K.

Avec le ciel chargé, la nuit était tombée tôt ce soir la. Mais les vigies des navires alliés gardaient leurs yeux grands ouverts au travers leurs nombreuses jumelles. Il était hors de question d'un navire italien puisse franchir leur position pour tenter de rallier Tobrouk, premier port de l'Axe à portée.

Lorsque le Navire Atelier
Il Nostro Mare du Capitaine Luigi Reale fut aperçu à l'Est, tous les équipages furent appelés aux postes de combat. Il avait été ordonné de laisser les hommes se reposer le plus longtemps possible avant cette nuit qui allait être longue, voire très longue pour les navires ennemis.

20 minutes plus tard, le Navire Atelier de la I. MAS continuait sa route plein Ouest à vitesse maximale, et tenta de franchir les positions alliées.
Les ordres ne se firent pas attendre, et la salle radio résonna au son de la voix reconnaissable du Commandant Lafleur.

- Ordre d'engagement du NavAt par les HMS Hood & Vanquish, suivis par les Destroyers L'Eclair & Opalescence ! Tir à courte distance uniquement, ne le laissez pas passer !

A peine le message était-il transmis à la salle de Commandement que les machines du HMS Hood s'élançaient à plein régime pour mouvoir les 42 mille tonnes de l'imposant Croiseur de Bataille.

C'est à 19H22 heure locale que les premières salves furent tirées. Ouvrant le feu via ses batteries de canons de 100mm, le navire du Capitaine Huntington toucha le Navire Atelier à plusieurs reprises. Au même moment, les vigies Ouest signalaient la présence d'une MAS italienne filant à pleine vitesse vers Tobrouk. Dans l'obscurité de la nuit et tous feux éteints, elle était passée inaperçue jusqu'à ce qu'il fut trop tard pour que les lourds Croiseurs britanniques puissent intervenir sur elle.
Il sera également rapporté au Capitaine Huntington que les artilleurs des pièces de 40mm, normalement destinées à la défense Anti-Aérienne, ouvrirent également le feu sur le Navire Italien.


[HRP]
Le 29/09 à 19h23 : Nous avons fait feu sur Il nostro mare (Navire-atelier M.O.C.1203) au Canon de 40mm AA et l'avons touché !
Le 29/09 à 19h22 : Nous avons fait feu sur Il nostro mare (Navire-atelier M.O.C.1203) au Canon de 100mm et l'avons touché !
Le 29/09 à 19h22 : Nous avons fait feu sur Il nostro mare (Navire-atelier M.O.C.1203) au Canon de 100mm et l'avons touché !
Le 29/09 à 19h22 : Nous avons fait feu sur Il nostro mare (Navire-atelier M.O.C.1203) au Canon de 100mm mais nous l'avons raté.
[/HRP]

L'HMS Vanquish, en moins bonne position de tir, vu quand à lui ses salves passer à coté du Navire Atelier sans réussir à l'endommager.
Le Navire Amiral du Commandant Lafleur ouvrit le feu 8 minutes après les Croiseurs, touchant à de multiples reprises l'Italien.
La coque de ce dernier s'ouvrait de toutes parts, laissant apparaitre d'importantes colonnes de flammes et de fumée dans la noire nuit méditerranéenne.
Ce sera le destroyer L'Eclair, du Capitaine Blanchet, qui mettra fin à l'agonie du Navire Italien à 19H38 par une salve de canon qui toucha les cuves à mazout.

L'intervention n'avait duré que 16 minutes, bien que le Capitaine Huntington eu l'impression que cela dura plusieurs heures.


[HRP]
Le 29/09 à 19h38 : L\'Eclair (Destroyer classe Mogador) a coulé Il nostro mare (Navire-atelier M.O.C.1203)
Le 29/09 à 19h38 : L\'Eclair (Destroyer classe Mogador) a fait feu sur Il nostro mare (Navire-atelier M.O.C.1203) au Canon de 37mm AA et l'a touché ! - Lourdement -
Le 29/09 à 19h36 : Opalescence (Destroyer classe Mogador) a fait feu sur Il nostro mare (Navire-atelier M.O.C.1203) au Canon de 140mm et l'a touché !
Le 29/09 à 19h35 : Opalescence (Destroyer classe Mogador) a fait feu sur Il nostro mare (Navire-atelier M.O.C.1203) au Canon de 140mm et l'a touché !
Le 29/09 à 19h34 : Opalescence (Destroyer classe Mogador) a fait feu sur Il nostro mare (Navire-atelier M.O.C.1203) au Canon de 140mm et l'a touché ! - Légèrement -
Le 29/09 à 19h34 : Opalescence (Destroyer classe Mogador) a fait feu sur Il nostro mare (Navire-atelier M.O.C.1203) au Canon de 140mm mais l'a raté.
Le 29/09 à 19h26 : HMS Vanquish (Croiseur de bataille classe Renown) a fait feu sur Il nostro mare (Navire-atelier M.O.C.1203) au Canon de 113mm mais l'a raté.
Le 29/09 à 19h26 : HMS Vanquish (Croiseur de bataille classe Renown) a fait feu sur Il nostro mare (Navire-atelier M.O.C.1203) au Canon de 113mm mais l'a raté.
[/HRP]
avatar
Forrest Drake
Vent frais
Autre pseudo : Lawrence Andrew Gavulin
Nation au Front Atlantique : Americain
Flottille au Front Atlantique : National Italian American Fleet
Nation au Front Pacifique : Americain
Flottille au Front Pacifique : US Asiatic Fleet Task Force 5
Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 12/03/2013

Infos
Nationalité: Américain (Atlantique ET Pacifique) Américain (Atlantique ET Pacifique)

Re: Les deux derniers géants de la Regia Marina

le Mar 08 Oct 2013, 14:55
Extrait du journal de bord du capitaine Filipini Alexandro Tiziano dit: FIAT

La journée avait été plutôt calme après que la vedette nous ait découvert, nous avions mis ce temps précieux pour nous rassembler et convenir d'un plan pour s'échapper dans les meilleures conditions pour tous.
Certains auraient pu partir plusieurs tôt et se perdre dans la méditerranée, mais ce n'était pas l'esprit du groupe de la 1aMas:"Ensemble nous vaincrons, ensemble nous périrons!"

Le premier à succomber sous les obus fut le capitaine Luigi et son navire de ravitaillement, il a préféré de lui-même foncer vers l'ennemi et tenté de se trouver un passage. Il est vrai que sa lenteur nous aurait retardé et peut être même rendu notre fuite impossible.Tandis que le capitaine Merisi lança son navire droit sur l’ennemi pour en découdre
La nuit risque d'être bien longue...
Malgré la distance, ils avaient vu les éclairs et parfois le bruit des canons quand le vent venait vers nous. La lutte devait être terrible!...
Puis dans la soirée le calme retomba, malgré nos appels radio le capitaine Merisi ne répondait plus...
Enfin le départ est sonné ce sera vers le Nord Est pour échapper le plus possible aux yeux de l'ennemi, puis on repiquera sur le Nord Ouest pour rentrer en mer Égée et essayer de disparaitre, mais vu le nombre de navires regroupés, cela risquait d’être notre dernier voyage.

Mauvaise manip ou malchance, nous avons été repéré par un ravitailleur qui a tôt fait de rameuter sa horde.
Là aussi la journée risquait d'être longue...
Le temps de rassembler encore une fois nos forces histoire de montrer notre ultime détermination.

La nuit s'étend maintenant sur cette partie de la méditerranée, le faisant paraître si calme et reposant, mais nous savons tous que pour certains d'entre nous ce sera peut-être la dernière, encore de valeureux marins qui risquaient de périr.
Une partie de la flotte alliée est entre nous et la mer Égée, si proche et en même temps inaccessible. Hors de portée.
La nuit est maintenant complètement tombé, réduisant considérablement la visibilité même la lune ne se montre pas augmentant l'obscurité, serait-ce un signe? peut-être! en tout cas je veux y croire.
C'est le moment opportun pour faire un long mouvement à travers les lignes ennemies en espérant, futile espoir, que les alliés ne poussent plus loin de peur de tomber sur un os. Mais que, ou qui peuvent ils craindre? Ils ont plus de navires dans leurs 4 flottilles que toutes les forces de l’Italie réunie, les jeux sont faits depuis longtemps, c'est dommage mais c'est comme ça....

Le départ est donné car les destroyers ennemis se rapprochent d'un peu trop prés au gout du pacha et de son second.
Nous nous sommes déjà avancés dans la nuit pour assurer la défense, et au cas ou, prendre les coups a leur place. Mais combien le Duca pourrait il en prendre avant de sombrer?
Occuper l’ennemi voir le retenir espoir mince, bien mince, car nos hommes sont valeureux, mais n'ont pas d’expérience en combat de nuit.
Pas besoin de demander aux hommes si ils étaient prés a se sacrifier, preuve en est, si on la c'est qu'on a confiance en lui!

Le signal est donné du RM Duce,on avance dans les lignes ennemies a pleines turbines, priez pour qu'il n'y ait pas de défaillances...
Nous sommes passé, mais qu'elle ne fut pas notre surprise; un comité d'accueil est là et pas des plus amicaux...

- Commandant, nous avons une communication de l'amiral Damico.
-"Restez sur place.STOP. Torpillez si nécessaire.STOP. Ne perdez pas de temps aux canons.STOP. Dans la mesure du possible continuez votre mouvement sur 2 milles pour assurer la nuit.STOP."

Le Pacha se sacrifiait pour nous laisser une chance de rester à flot encore quelques heures...
La nuit serait peut être tranquille pour nous mais pour eux, surement pas!
Les deux jours précédents la tension nerveuse avait été a son comble, quelques heures de sommeil me feraient le plus grand bien.
- Je vais me reposer dans ma cabine, si quoique ce soit ce passe, réveillez moi!

Quelques minutes, quelques heures passèrent... Une énorme explosion secoua le navire!
Il eut l'impression qu'il se soulevait. Des alarmes retentirent dans tout le navire.Son navire...
Je me levais d'un bon et entrais sur la passerelle.
-On nous a torpillé monsieur!
Je hurlais pour me faire entendre
-Quoi? Et vous n'avez rien vu venir? Si on s'en sort, pour vous ce sera la cour martiale!
Un éclair, deux, puis trois a l'horizon, autant de bruits de tonnerre nous parvinrent avec un décalage.
-Faites moi un rapport des dégâts.
-La salle des moteurs ne réponds pas... les autres parties sont en cours d'évaluation...
-Continuez à faire le compte rendu je me rends sur place.
A peine suis-je sur place une énorme explosion retenti et ébranla le navire.
La passerelle et tout l'avant était réduit en miettes, ferraille tordue et incendie couvraient le reste du bateau. Dans un hurlement au chef mécanicien.
-Machines à fond sortez nous de ce merdier!

Le ronflement des moteurs s'amplifia et le duca s'éloigna tout en perdant quelques morceaux de ferraille.
Plus besoin de compte rendu de dégâts, le Eugenio Di Savoia vivait ses dernières heures.
La mort dans l’âme je donnais avec l'ordre d’évacuer le navire. Le Duca prenait de la gite et cela s'amplifiait de minutes en minutes, plus de temps a perdre.
2 heures plus tard l'évacuation des hommes avait pu se faire en partie, car l'ennemi nous avait laissé un moment de répits.

Je regardais mon navire de l'avant de ma chaloupe quand un navire s'approcha. Les nôtres? non un vulgaire navire atelier venait pour nous donner le coup de grâce.
Il ne tira qu'une fois le Eugenio Di Savoia se brisa en deux et sombra dans le soleil naissant...


Dernière édition par filipini alexandro le Mer 09 Oct 2013, 18:23, édité 1 fois
Nikolaï Tsekhov
Vent frais
Autre pseudo : Ryan Fox
Nation au Front Atlantique : Russie
Flottille au Front Atlantique : Podvodnaia Sila Sieviera
Nation au Front Pacifique : USA
Flottille au Front Pacifique : Eagle Sea - US Scouting Squadron
Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 31/07/2012

Infos
Nationalité: Soviétique/Américain (Pacifique) Soviétique/Américain (Pacifique)

Re: Les deux derniers géants de la Regia Marina

le Mar 08 Oct 2013, 15:18
30/09, passerelle de commandant du HMS Hardy, tôt le matin

Navigateur estimation du cap.
xx ° xx N ; xx ° xx E l’on devrait avoir rallié le port d’ici 2-3 jours sauf en cas de panne. Bref une vraie promenade de santé, lieutenant.
Ce n’est pas faux Sam et puis en même temps je préfère largement ça lorsque c’est moi qui suis de quart…
Lieutenant ! Message radio en provenance de l’Opalescence.

Prenant des mains de l’opérateur radio le message le lieutenant commença la lecture. Ses sourcilles se froncèrent à mesure qu’il avançait dans la lecture.


Vous en faites une tête lieutenant ! Vous venez de gagner à la loterie ?
On peut voir les choses sous cet angle Sam. William allez me quérir le commandant et le second ! Andrew allez réveiller le cuisinier demander lui de faire plusieurs litres de café, on en aura besoin.
Navigateur cap sud-est ! Qu’est ce que ce passe lieutenant ? Les affaires reprennent Sam…
__________________________________________________________________________________
01/10, passerelle de commandant du HMS Hardy, 20h40

Cuirassé classe Roma et Croiseur lourd classe Zara droit devant nous commandant !

Le commandant Morel pris ses jumelles et les braqua sur le fier cuirassé. Les voilà enfin, ils nous auront fait courir les bougres…

Cela faisait en effet plusieurs heures que la flotte composé par les français de la FANA, les américains de l’USNFE et les anglais de la force K rejoint par leurs camarades de la force C tentaient de coincer les Italiens de la IaMAS. Par une manœuvre audacieuse ces derniers avaient tenté d’échapper à l’escadre alliée. Mais ils avaient finalement été repéré puis rattrapé aux alentours des îles grecques.
Dès lors le sort des italiens semblait celer. En effet, dès le début d’après midi, l’escadre alliée avait déjà réussi à rattraper et coincer un Croiseur Duca d’Aosta peu avant de le faire sombrer. A ce moment là tous les regards c’était tourné vers le Roma.


Tous les hommes à leurs postes de combats. Navigateur faites en sorte de vous placer face au flanc bâbord ! Nous allons leur envoyer un petit cadeau.

L’escadre se mit en position, de son côté le HMS Hardy fendit les vagues durant plusieurs minutes puis soudain face à lui se dressa le cuirassé italien.

Lancer les torpilles !

L’ordre était bref mais lourd de sens pour les marins. Alors que le navire changeait son cap, dans le poste de commandement de longues secondes s’écoulèrent dans l’attente de l’explosion. Le silence de mort qui régnait sur la passerelle contrasta avec le bruit de l’explosion des torpilles.
Les engins de mort venaient de frapper le Roma et ce n’étaient que les premiers d’une longue série…

__________________________________________________________________________________
02/10, passerelle de commandant du HMS Hardy, 18h59

Comme l’ensemble de l’escadre, le HMS Hardy faisait route dans la direction opposé aux navires italiens. Les consignes étaient arrivés dans l’après midi et elles étaient simple. Ordre avait été donné aux navires de rompre le combat puis de se regrouper. Après quelques tirs sur les italiens en guise d’adieux les navires s’étaient éloignés. Cependant, certains capitaines semblaient en avoir décidé autrement.

Commandant pourquoi ne les suivons nous pas ?

Pour essayer de donner tort à un italien qui a déclaré que : « l’on peut commencer la guerre quand on veut, mais (qu’)on ne la finit pas de même. »
avatar
Erwan Lafleur
Tornade
Autre pseudo : Ethan Jones
Nation au Front Atlantique : Nesp...euh... FNFL, what else.
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Aucune (poor and lonesome cowboy)
Nombre de messages : 6794
Date d'inscription : 17/02/2008

Infos
Nationalité: Français (FFL) Français (FFL)

Re: Les deux derniers géants de la Regia Marina

le Mer 09 Oct 2013, 10:21
§4. Tiens bien ta broche, Laridon!

Pendant ce temps, Louis Aronde sur Le Beaufort signala le cap que prenait le reste de l’escadre italienne : Nord-Est. C’est la que la deuxième ligne d’abord en retard se retrouva à présent en avance. La chasse fut lancée, les navires aussi qui vers les italien, qui vers leur unique porte de sortie en ces lieux : la mer Egée. La manœuvre était simple et fonctionna un temps. Toujours poussé plus loin à l’Est nos navires purent prendre encore l’avance nécessaire en se faufilant entre les îles de Rhodes et Karpatos ou attendait déjà les trois navires de la Force C, cueillant ce qui restait des gabiers essoufflés.

Soudain l’on vit une chose surréaliste. Le navire atelier tel l’aigle noir semblant surgir de nulle part mais surtout de sa deuxième ligne vint se poser presque à couple du Croiseur Duca d’Aosta qui peinais en perdition et d’un coup unique de ces quatre canons de 76mm le hardi classe Delta envoyé Eugenio di Savoia de vie à trépas. Estomaqués par la folle prouesse ou pressé de ne plus subir nos tirs les classes Roma et Zara ne ralentirent même pas pour ramener le navire atelier à la raison de ces folies.

Plus au sud aussi, comme pris d’une frénésie contagieuse chez nos ravitailleurs un cargo armé tenta de chercher noise à un destroyer Mirabello. Ce fût finalement Susan Cudris qui mis tout le monde d’accord arguant d’une féminité pressée de conclure avec le bellâtre romain qu’elle envoya se laver à l’eau salé.


§5. A la fin de l'envoi, je touche.

Mais revenons plus au Nord ou si le Zara s’extirpe de cette situation inconfortable, le Cuirassé de classe Roma se retrouve lui pris à partis par un submersible US, commander par Sam Bott qui l’immobilise net. Sentant la fin proche, s’ensuit alors un épisode qui 30 ans plus tôt aurait valu les foudres d’un certain général Pétain et plus que probablement la peine de mort. Pendant de longues heures un échange courtois de communications optiques pris place afin de saluer la détermination des uns et la bravoure des autres. Ceci n’empêcha cependant pas le naufrage du « R.M DUCE » (Cuirassé classe Roma) dans le courant du 3 octobre 194. Le lendemain c’est « il silenzio fantasma » (Destroyer classe Mirabello) qui rejoignis lui aussi en avion le reste de ces camarades de combat afin de reconstruire ensemble la force de frappe Italienne de demain.



Les derniers instant du R.M DUCE (Cuirassé classe Roma)
avatar
Erwan Lafleur
Tornade
Autre pseudo : Ethan Jones
Nation au Front Atlantique : Nesp...euh... FNFL, what else.
Nation au Front Pacifique : US
Flottille au Front Pacifique : Aucune (poor and lonesome cowboy)
Nombre de messages : 6794
Date d'inscription : 17/02/2008

Infos
Nationalité: Français (FFL) Français (FFL)

Re: Les deux derniers géants de la Regia Marina

le Ven 11 Oct 2013, 11:41

De : Mirabelle
A : Eglantine

Opération Perenna terminé. STOP.
Il ne faut pas respirer de la compote, ça fait tousser. STOP.
Faisons suivre recette du navarin d’agneau. STOP.

OVER.

De : Mirabelle
A : Eglantine

10/09 : marte (Classe Acciaio) >>> Franscesco Falachini >>> Iª MAS - Marte  (Erwan Lafleur)
12/09 : IL SILURO (M.A.S. 522) >>> Valentino LIOTTA >>> Iª MAS – Bellona (Aaron Meehan)
13/09 : relámpago (Caboteur) >>> enzo delmonti >>> Iª MAS – Bellona (Erwan Lafleur)
13/09 : Vendetta (M.A.S. 522) >>> Alceo MANCINI >>> Iª MAS – Marte (Alain de Preneuf)

28/09 :  GERMANIA II (Classe Sirena) >>> Walter Forstmann >>> Xª MAS - Flottiglia di Sommergibili (François de la Vergnasse)
29/09 : Il nostro mare (Navire-atelier M.O.C.1203) >>> Luigi Reale (chef de flottille) >>> Iª MAS – Bellona (Romain Blanchet)
30/09 : il Caravaggio (Cuirassé classe Conte di Cavour) >>> Michel Merisi >>> Iª MAS - Marte (Erwan Lafleur)
02/10 : Eugenio di Savoia (Croiseur classe Duca d Aosta) >>> Filipini Alexandro Tiziano >>> Iª MAS – Marte (Archie Suero)
02/10 : Minotauro (Torpilleur classe Ciclone) >>> Virgilio Volpino >>> 1a- MAS- Bellona (Susan Cudris)
03/10 : R.M DUCE (Cuirassé classe Roma) >>> Damico Maffuci (Chef de flottille) >>> Iª MAS – Marte (Zénon Depalma)
04/10 : il silenzio fantasma (Destroyer classe Mirabello) >>> Pietro Coltura >>> Iª MAS - Marte (Jérôme Girard)
avatar
Stephen Guth
Tempête
Autre pseudo : Steven Gutmann
Nation au Front Atlantique : USA
Flottille au Front Atlantique : National Italian American Fleet
Nation au Front Pacifique : USA
Nombre de messages : 764
Age : 46
Date d'inscription : 12/02/2013

Infos
Nationalité: Américain (Atlantique ET Pacifique) Américain (Atlantique ET Pacifique)

Re: Les deux derniers géants de la Regia Marina

le Ven 11 Oct 2013, 17:11
Depuis quelques jours déjà, le Barbera d'Alba (Croiseur classe Zara) restait amarré au quai.

Benini Mussolito, rédacteur en chef de La Gazetta de la Prima, attendait anxieux dans les couloirs de l'amirauté.
La salle dans laquelle opérait la commission se trouvait juste à côté.

Dès l'annonce du naufrage du R.M. DUCE, l'amirauté avait déclenchée une enquête, afin d'en savoir un peu plus sur les circonstances qui avaient conduits à la perte des deux derniers cuirassées en service dans la Regia Marina.
Le Tenante Guth, était évidemment dans le collimateur.
Sa participation en tant que second de la flottille, sa nationalité Allemande, son navire, un des plus fort tonnages actuellement en service dans la RM, et le fait qu'il soit un des rescapés de cette affaire, en faisait une cible de choix aussi bien pour l'Etat Major que pour les journalistes avides de papier à sensations.
Le S.IM. (Servizio Informazioni Militari) travaillait à éclaircir les différentes zones d'ombres.
Toutes les communications radio alliés interceptées depuis la Crête, avaient été retranscrites, et analysées.

Profitant d'un moment de calme dans le couloir, Benini se risqua à coller son oreille à la porte, captant quelques échanges.

"Il semblerait Tenante Guth, que contrairement à ce que vous avez affirmé, seule une petite partie de la flotte alliée avait atteint les côtes Lybiennes."

"Différentes informations concordantes, nous indiquaient que toute la flotte fonçait pour nous bloquer la route de Tobrouk. Les submersibles commandés par les capitaines Gino Piola et Walter Forstmann, nous ont immédiatement alertés sur le  nombre et le cap suivi par l'armada.
Le Tenante Piola, n'écoutant que son courage a suivi au plus près la descente vers le sud-ouest des navires ennemis."


"A quel moment votre compatriote a été coulé ?"

"Walter Forstmann  s'est retrouvé au beau milieu du groupe ennemi, en pleine opération d'harcèlement des convois. Ils ne lui ont pas laissé une chance… Il a cependant  eu le temps avant son naufrage de nous alerter"

"Le Tenante Forstmann faisait partie de la Xmas, mais le Tenante Piola est un de vos hommes non ? Pourquoi n'était-il pas avec vous ?"

"Hum (raclement de gorge)
Nous avions repéré des tankers au nord de nos positions, alors que nous nous apprêtions à engager des navires venus d'Alexandrie.
Nous avons donc suggéré à…"


(l'interrompant)]
"Suggéré ??! Un second suggère t'il des ordres à ses hommes ??!  Quel sorte de capitaine l'Allemagne nous met elle à disposition ?
Avez-vous oui ou non ordonné à ces sous-marins d'engager ces tankers !!?"


"Amiral, arrêtons de tourner autour du pot. J'imagine que si vous posez la question vous n'avez aucun doute sur la réponse.
Oui c'est bien moi qui ait ordonné au Tenante Gino Piola d'attaquer ces tankers.
Mais cet ordre a été validé par l'Amiral Maffuci."


"Vous rendez vous compte que par cet ordre stupide vous avez ralenti les 3/4 de la flotte alliée ? Que c'est ainsi qu'elle était située autant au nord de vos positions, et qu'elle vous a retrouvé ?
Que c'est ainsi que la IaMAS a été en partie décimée ?"

(silence)

La voix du Tenante Guth devint étonnament beaucoup plus détendue.
Comme si un sourire à peine dissimulé barrait son visage.
" Il me semble que ces ordres étaient totalement justifiés par la présence des alliés en mer Egée. Il nous a manqué peu de chose pour sortir intact de cette souricière. Sans l'action de nos sous-marins, tout ce serait déjà terminé au large d'Alexandrie.
Quelques heures de plus, et nous aurions pu ramener le Roma, voir même porter un coup à nos poursuivants, comme celui que subit actuellement l'Escadre Alpha.
Tout est beaucoup plus simple lorsqu'on analyse une situations à postériori avec tous les éléments en mains n'est ce pas ?
Mais lorsqu'on combat à 5 contre 1, la pression tactique ne se trouve que du côté du moins nombreux.
Alors n'oubliez pas l'action d'éclat de Michel Merisi,
N'oubliez pas  l'action d'éclaireur d'Alceo Mancini qui nous a ouvert la voie sans jamais être inquiété par les alliés,
N'oubliez pas non plus Filipini Alexandro Tiziano qui fut notre fer de lance avant d'être le premier à défaillir sous le nombre,
N'oubliez encore moins l'adresse de Raffaele Ubaldi, qui na pas hésité à engager son Mirabello contre un croiseur de bataille Repulse, placé au beau milieu de cette armada, et qui s'en est tiré presque sans aucune égratignure,
N'oubliez pas ces hommes qui forment le noyau dur de la Prima, et donnez nous plutôt les moyens de combattre avec des forces équivalentes, plutôt que des conseils sur la manière de fuir ces empilements de navires.
Mais... Puisque vous appréciez pouvoir juger avec tous les éléments en votre possession, j'attire votre attention sur ce rapport que l'on m'a communiqué hier soir."


"Un rapport !? Quelle source ?"

"L'Abwehr, Amiral !
Après vérification, il semblerait confirmer que le Tenante Forstmann avait signalé son intention d'attaquer les tankers plusieurs heures avant que des ordres ne soient communiqués au Tenante Piola. Je suis surpris que le S.I.M. ne vous en ait pas informé."


"Heu.. Et bien nous n'avons pas eu cette information… encore, mais elle ne saurait tarder ! Oui… Et bien cela change effectivement un la situation. Et.."

(venant de derrière)
"Hey Vous là !! Reculez de cette porte !"

Benini  sursauta, puis confus tel un enfant pris la main dans le pot de confiture, recula pour laissa un Carabinier se poster devant la lourde porte.

Une heure plus tard, Stefan Guth sorti de la salle.

"Alors Stef dis moi ? Comment cela s'est il passé ?"

"Ah Benini, c'est bon d'avoir un journaliste comme toi dans ses relations tu sais ! Mais c'est encore mieux d'avoir un frangin qui est à l'Abwehr !"

"Il n'est plus dans les sous-marins ?"

Stefan fit non d'un signe de tête amusé,

"Et maintenant ? Tu retournes dans la KriegsMarine j'imagine ?"

"Que nenni ! Je reste à la RM. On va se payer l'une de ces armadas. Cela va prendre un peu de temps à mettre en place évidemment, mais tu vas voir, on aura notre revanche.
J'ai un plan ! Un fameux en plus !"
Contenu sponsorisé

Re: Les deux derniers géants de la Regia Marina

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum