Aller en bas
Stanimir Kovalevski
Stanimir Kovalevski
Tornade
Autre pseudo : -
Nation au Front Atlantique : Union Soviétique
Flottille au Front Atlantique : Gascogne
Nation au Front Pacifique : Commonwealth
Nombre de messages : 4171
Age : 32
Date d'inscription : 27/11/2008

Infos
Nationalité: Soviétique/Commonwealth

Silent Hunter III : rapports de patrouille. Empty Re: Silent Hunter III : rapports de patrouille.

le Sam 19 Jan 2013, 15:30
Après une p'tite pause, voila la suite (mieux vaut tard que jamais paraît-il ^^).

Il y a nettement plus d'images cette fois, je sais pas trop si c'est un bien ou un mal, n'hésitez pas à le dire si vous pensez que cela gêne la lecture (ou si au contraire, vous trouvez que cela permet de mieux visualiser la narration).


Patrouille 3 : carreau BF15
U-Boot : U-48, Type VIIb



La lutte s'intensifie, le BdU nous envoie maintenant patrouiller au sud de l'Irlande. A peine avons nous quitté le port qu'il nous faut décider de notre itinéraire : pour rejoindre notre zone de patrouille, nous pouvons contourner les îles britanniques ou franchir la Manche. Etroit corridor, la traversée de la Manche est une zone dangereuse pour les U-Boote, mais la présence de traffic entre les côtes britanniques et françaises est pratiquement garantie.

Finalement, nous ne prendrons pas le risque de nous engager en Manche, nos précédentes patrouilles nous ont montrés que des cibles juteuses croisaient aux alentours de Scapa Flow et dans les Western Approaches.


La première alerte survient à la nuit tombée, en Mer du Nord, un cargo naviguant tous feux éclairés. De toutes évidences, il s'agit d'un cargo moyen neutre. Je ne distingue pas son pavillon mais sa course nord-sud laisse penser qu'il s'agit d'un navire norvégien. Peut-être un chargement de fer à destination des ports Alliés. Hélas, nous ne pouvons violer les lois de la guerre et attaquer un navire neutre, nous nous contenterons de passer notre chemin.


Silent Hunter III : rapports de patrouille. 972509Patr1
Le cargo neutre


Le lendemain, nous arrivons dans les parages de Scapa Flow. Les veilleurs redoublent d'attention.
Notre intuition était la bonne, une fumée est bientôt signalée à l'horizon.

Alerte ! Nous plongeons rapidement à l'immersion périscopique. L'équipage contient difficilement sa joie alors que j'identifie notre contact comme étant un gros navire marchand, jaugeant dans les 10.000 tonnes. La mer est calme, la visibilité excellente. Je ne distingue aucun armement défensif sur les ponts du cargo.


Silent Hunter III : rapports de patrouille. 222017Patr2
Pas de doute, c'est un gros navire marchand.


Nous ne sommes qu'au début de notre patrouille, aussi, je préfère ne pas gaspiller de torpilles et nous nous préparons à engager le combat au canon. Les canonniers se rassemblent au poste central. Nous sommes proches des côtes, il faudra donc couler notre but prestement pour ne pas lui laisser le temps d'alerter l'aviation anglaise.

Surface ! Parez au combat d'artillerie !

A peine le pont est-il émergé, les servants du 88 sont à leur pièce et pointent déjà vers le cargo. Les obus frappent le but l'un après l'autre. Alors que le marchand commence à s'enfoncer, une autre fumée est signalée à l'horizon ! Le cargo aurait-il alerté un navire de guerre ? Non, c'est un autre marchand. C'est un autre gros navire marchand !

Laissant notre première victime sombrer peu à peu, nous nous lançons à l'assaut de ce second but. Arrivé à bonne distance, le canon tonne. Le cargo prend rapidement de la gîte et s'enfonce peu à peu. Lorsque nous sommes assuré qu'il sombre, nous quittons les lieux à bonne allure et reprenons notre route initiale.


Silent Hunter III : rapports de patrouille. 560281Patr6
Le premier marchand s'enfonce...

Silent Hunter III : rapports de patrouille. 948617Patr5
... tandis que le U-Boot cingle sa prochaine victime.

Silent Hunter III : rapports de patrouille. 424887Patr7
Ce cargo ne reverra jamais le port.


Nous pouvons déjà revendiquer deux victoires pour un tonnage total de 20.000 tonnes, voila une patrouille qui commence bien.

Deux jours plus tard, nouvelle alerte. Une silhouette à l'horizon. C'est un petit navire d'environ 8000 tonnes. Quatres mâts caractéristiques me permettent de facilement le classifier comme cargo côtier.
La mer est calme, le cargo est seul : les canonniers vont à nouveau pouvoir justifier leur solde. Il ne faudra que quelques coups au but pour déclencher des incendies qui ravageront le navire de la poupe à la proue.


Silent Hunter III : rapports de patrouille. 379143Patr11
Notre victime est taillée en pièces par les obus de 88mm.


Déjà 3 victoires et notre réserve de torpilles est encore intacte. L'ensemble de l'équipage a le moral au beau fixe même si les torpilleurs ont hâte de lancer afin de récupérer leurs couchettes, actuellement encombrées par les torpilles de réserve.

Quelques jours plus tard, alors que nous progressions vers le sud pour rejoindre notre secteur de patrouille, un message radio nous informe de la présence d'un grand convoi progressant d'ouest en est, à environ 300 km au nord-ouest de notre position.
D'après mes calculs, en avançant à grande vitesse, il doit être possible d'intercepter le convoi. Le U-48 se met en chasse.


Silent Hunter III : rapports de patrouille. 241776Patr14
La route d'interception calculée.


Malheureusement, bien que nous atteignons le point d'interception calculé en temps et en heure, nous ne parviendrons pas à trouver notre convoi. Même l'écoute à l'hydrophone ne donne aucun résultat.
Bien qu'une erreur soit toujours possible, j'ai pris soin de calculer notre interception de sorte à garder une marge de sécurité. Peut-être le convoi a t-il changé de route.

Nous poursuivons les recherches quelques heures mais, lorsqu'il est évident que nous ne le retrouverons pas, nous reprenons notre route initiale. Nous avons brûlé pas mal de carburant pour rien dans cette chasse, mais les réserves sont encore largement suffisantes pour atteindre notre zone de patrouille officielle et regagner Wilhelmshaven en suivant un itinéraire semblable à notre voyage aller (c'est à dire sans franchir la Manche).


C'est en arrivant sur notre zone de patrouille que le U-48 se retrouve pour la première fois réellement en danger. En ce début d'après-midi, les conditions de patrouille sont optimales, la mer est calme et la visibilité excellente. La vigie ne tarde d'ailleurs pas à signaler un cargo moyen britannique à l'horizon.
Désireux de rattraper l'échec de l'interception du convoi, le U-48 s'élance vers le cargo, canon en batterie. Mais alors que les obus martèlent sans cesse la coque du marchand, l'équipage de ce dernier refuse obstinément d'abandonner le bord et au contraire dirige les 5.000 tonnes du navire droit vers le U-Boot.


Silent Hunter III : rapports de patrouille. 811373Patr16
Sous le feu du 88, le cargo approche...

Silent Hunter III : rapports de patrouille. 362568Patr17
... puis vire de bord et fonce droit sur nous.


C'est une tentative d'abordage ! Sur le kiosque, l'équipage est inquiet mais le commandant lance ses ordres d'une voix confiante. Beaucoup plus agile que le navire marchand, l'U-48 parvient à quitter la trajectoire du cargo et passe sur son arrière, reprenant son pilonnage systématique.

Silent Hunter III : rapports de patrouille. 139802Patr18
On serre les fesses !

Silent Hunter III : rapports de patrouille. 203209Patr19
C'est décidément pas passé loin.


Les Anglais ont maintenant perdu tout espoir et abandonnent le navire qui sombrera peu après.

Silent Hunter III : rapports de patrouille. 657533Patr21
Tu fais moins le fier maintenant.


Il est désormais temps de prendre la route du retour, les réserves de carburant diminuent et le U-48 a largement accompli son devoir. Sur le chemin du retour, le destin nous tend la main : un avion de patrouille maritime signale un convoi britannique juste devant nous.

Nouvelle tentative d'interception, cette fois couronnée de succès : alors que nous effectuons un tour d'horizon à l'hydrophone, cherchant notre cible, l'opérateur annonce de multiple contact sur tribord avant !
L'escorte du convoi est néanmoins plus importante que lors de notre patrouille, l'opérateur signale au moins 3 navires de guerre, peut-être 4. Le périscope confirmera d'ailleurs qu'il ne s'agit plus cette fois de simples avisos, mais bien de véritables destroyers, et non des moindres puisque nous identifions l'escorteur comme n'étant ni plus ni moins qu'un destroyer de classe Tribal, l'un des plus performants escorteurs de la Royal Navy. L'alerte silence est confirmée.


Silent Hunter III : rapports de patrouille. 937854Patr24
Un nouveau convoi !

Silent Hunter III : rapports de patrouille. 750371Patr26
L'escorteur de tête, un Tribal.


Suivant la tactique qui lui a si bien réussi précédemment, le U-48 se positionne pour l'attaque et sélectionne ses cibles. Le convoi est cependant majoritairement composé de petits navires marchands, de petits cargos ou encore de cargos côtiers. Nous parvenons cependant à dénicher un gros navire marchand et un cargo moyen à l'autre extrémité du convoi, parmi les premières lignes de file. Le tir s'annonce délicat, les cibles sont lointaines et le fait que nous attaquions la dernière colonne du convoi nous oblige à attaque en biais, de sorte à minimiser le risque de voir nos torpilles frapper d'autres cargos que ceux que nous ne visions.

Les données de tirs sont recueillies et la solution de tir validée, les torpilles quittent les tubes, pointant leurs têtes explosives vers les britanniques.


Silent Hunter III : rapports de patrouille. 746382Patr29
Torpilles lancées !


L'échec est complet : sur quatre torpilles lancées, aucune n'atteindra son but. Peut-être avons nous été trop gourmands ou trop sûrs de nous, quoiqu'il en soit, l'heure n'est pas aux reproches : les cargos anglais ont aperçus les sillages et mis en alerte leurs chiens de bergers. Le son de l'ASDIC ne tarde pas à se faire entendre, destroyer en approche ! Immersion 120 mètres !
Le U-48 s'enfonce rapidement, cherchant à échapper au faisceau mortel, mais il est trop tard, l'ennemi nous tient bien et l'opérateur hydrophone ne tarde pas à signaler le largage de plusieurs chapelets de grenades sous-marines. Immersion 150 mètres ! Coup d'oeil inquiet du chef ingénieur, nous flirtons avec la profondeur maximale de sécurité mais qu'importe, le U-48 peut supporter cela et en supportera même davantage si cela devait s'avérer nécessaire.


Silent Hunter III : rapports de patrouille. 529334Patr30
Destroyer en chasse.

Silent Hunter III : rapports de patrouille. 956802Patr32
Un cadeau dont nous nous serions volontiers passés.


L'atmosphère à l'intérieur du U-Boot est lourde, l'équipage est nerveux et s'attend à voir éclater la coque à chaque instant.
Finalement, hormis quelques secousses, le U-48 échappera à ses poursuivants sans une égratignure. Trois heures plus tard, alors que la nuit tombe sur l'Atlantique, le U-48 revient en surface bien décidé à prendre sa revanche et s'élance à la poursuite du convoi.


Silent Hunter III : rapports de patrouille. 135398Patr33
Paré pour un deuxième round !


Environ deux heures seront nécessaires au U-Boot pour retrouver et redépasser le convoi. Le crépuscule est désormais bien avancé et la luminosité décline rapidement, ce qui favorise le U-Boot en lui permettant de rester en surface tout en gardant le convoi en vue. Ayant rejoins un point d'attaque favorable, le U-48 se laisse glisser sous les flots, ne laissant émerger que son périscope, oeil unique de la bête d'acier impatiente de cracher le feu et la mort qui se dissimule sous les vagues.

Le U-Boot trouve de nouvelles cibles, sur l'arrière gauche du convoi cette fois. Un gros navire marchand et un navire identifié comme un gros cargo qui s'avèrera finalement n'être qu'un cargo moyen.


Silent Hunter III : rapports de patrouille. 729252Patr35
Target locked.


Les torpilles sont lancées à nouveau avec cette fois nettement plus de réussite que précédemment. Suivant un schéma d'attaque classique, le U-48 lance ses torpilles en deux salves de deux, prenant soin de synchroniser autant que faire se peut les impacts. La précision diabolique du tir ne laisse aucune chance aux britanniques, les torpilles frappent leurs cibles respectives avec un intervalle de moins d'une minute.

Le premier cargo sombre en quelques instants tandis que le gros navire marchand ne survivra que 10 petites minutes à ses blessures, laissant à peine le temps à l'équipage d'abandonner le bord. Les destroyers d'escorte reprennent la chasse mais le U-48 s'éloigne déjà et les escorteurs ne le retrouveront pas. Tout au plus pouvons nous entendre au loin les détonations de quelques grenades larguées hasardeusement.


Silent Hunter III : rapports de patrouille. 119492Patr36
Cette fois, les torpilles frappent au but.

Silent Hunter III : rapports de patrouille. 145631Patr37
Après une brève agonie, ce cargo s'enfonce par l'arrière.


Les réserves de carburant et de munitions étant presque épuisées, le U-Boot abandonnera là le convoi et regagne sa base sans autre incident. Il trouvera cependant une dernière opportunité en coulant au canon un petit navire marchand, deux jours plus tard.

Silent Hunter III : rapports de patrouille. 430140Patr40
Tableau de chasse


A son retour au port de Wilhelmshaven, le U-48 est accueilli avec les honneurs. Les résultats admirables du bâtiment ne sont pas passés inaperçus en haut lieu, les promotions et les décorations pleuvent sur l'équipage. Son commandant reçoit quant à lui trois décorations :

- La Croix de fer de 2eme Classes (Eisernes Kreuz Zweiter Klasse)
- L'Insigne de combat des U-Boote (U-Boot-Kriegsabzeichen)
- L'Agrafe de combat au front des U-Boote (U-Boot-Frontspange)


Silent Hunter III : rapports de patrouille. 638148Patr41
Décorations


Commentaire sur la patrouille : De bons résultats pour une patrouille que je qualifierais de moyenne étant donné qu'une grande majorité des cibles a été abattue au canon de 88 plutôt qu'à la torpille.
La tentative d'abordage du cargo moyen m'a réellement inquiété : en réalité, je me suis fait peur tout seul car absorbé par le bombardement, je n'avais pas remarqué que ma route croisait celle du cargo et il s'en est vraiment fallu de peu qu'il ne m'aborde.

A venir : le U-48 attaque son premier navire de guerre.
Sergueï Ivanovich Malinin
Sergueï Ivanovich Malinin
Violente tempête
Autre pseudo : Aucun
Nation au Front Atlantique : Union Soviétique
Flottille au Front Atlantique : De retour dans la pataugeoire
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 1421
Date d'inscription : 14/06/2011

Infos
Nationalité: Soviétique/Américain (Pacifique)

Silent Hunter III : rapports de patrouille. Empty Re: Silent Hunter III : rapports de patrouille.

le Dim 16 Sep 2012, 14:57
Qualité allemande hein ? Si tu croises un descendant du lieutenant de vaisseau Zahn, tu lui en parleras de ma part. Silent Hunter III : rapports de patrouille. 876949
Hans Müller
Hans Müller
Violente tempête
Nombre de messages : 1834
Date d'inscription : 24/05/2009

Infos
Nationalité: Allemand/Japonais

Silent Hunter III : rapports de patrouille. Empty Re: Silent Hunter III : rapports de patrouille.

le Dim 16 Sep 2012, 14:41
Cool c'est des torpilles Allemandes
Sergueï Ivanovich Malinin
Sergueï Ivanovich Malinin
Violente tempête
Autre pseudo : Aucun
Nation au Front Atlantique : Union Soviétique
Flottille au Front Atlantique : De retour dans la pataugeoire
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 1421
Date d'inscription : 14/06/2011

Infos
Nationalité: Soviétique/Américain (Pacifique)

Silent Hunter III : rapports de patrouille. Empty Re: Silent Hunter III : rapports de patrouille.

le Dim 16 Sep 2012, 11:10
8 coups au but sur 8 tirs... c'est pas un jeu historique donc ? ^^
Stanimir Kovalevski
Stanimir Kovalevski
Tornade
Autre pseudo : -
Nation au Front Atlantique : Union Soviétique
Flottille au Front Atlantique : Gascogne
Nation au Front Pacifique : Commonwealth
Nombre de messages : 4171
Age : 32
Date d'inscription : 27/11/2008

Infos
Nationalité: Soviétique/Commonwealth

Silent Hunter III : rapports de patrouille. Empty Re: Silent Hunter III : rapports de patrouille.

le Mer 12 Sep 2012, 17:58
Jacque Moraine a écrit:Je vois que tu calcule toi même les paramètres à rentrer dans la torpille ! Moi je préfère le calcule Automatique car je trouve sa vraiment frustrant de se tromper dans les calcules...
C'est sûr que parfois, je regrette amèrement de calculer manuellement les solutions de tirs, surtout quand je vois un cuirassé ou un porte-avions m'échapper parce que je n'ai pas le temps de prendre les données ^^

Mais bon, ça m'agaçait de ne pas pouvoir identifier moi-même mes cibles donc je me suis forcé à jouer avec le calcul manuel et maintenant, j'ai un taux de réussite acceptable Smile

Jacque Moraine a écrit:Le seul truc que je te "Reproche" c'est de ne pas avoir mit un screenshot de départ/arriver au port ! Avec la Fanfare et tout le monde sur le dock c'est surement se qu'il ma plus marqué dans SH III
C'est noté, j'essaierais d'y remédier mais faudra un peu de patience vu que cela ne pourra pas se faire avant la patrouille 5, les autres patrouilles étant déjà jouées.


En attendant, voila la seconde patrouille du U-48, nettement plus gratifiante que la première. Malheureusement, peu de screenshot car quand je l'ai jouée, j'avais pas encore décidé de rapporter mes patrouilles mais à partir de la 3e patrouille, j'ai pris plus d'images pour illustrer le récit Smile



Patrouille 2 : carreau AM41
U-Boot : U-48, Type VIIb


Après quelques jours de permission, nous voila reparti pour l'Atlantique, à la guerre au trafic britannique. L'itinéraire suivi par le U-48 sera similaire à celui de sa première patrouille, il contournera les îles britanniques par le nord, rejoindra son secteur d'opération officiel puis continuera à chasser dans les Western Approaches jusqu'à tomber à court de carburant ou de munitions.

La première partie de la patrouille se déroule sans incident notable, aucun navire britannique ne se risquant à croiser la route du submersible allemand. Fort heureusement, il en est tout autrement pendant la période de chasse libre. Un gros convoi britannique est signalé par radio, naviguant vers l'est, dans le secteur AM 48. Après quelques rapides calculs, il apparait que le U-48 peut intercepter ce convoi. Immédiatement, le cap d'interception est donné et les moteurs sont poussés à leur maximum. La chasse commence.

Conformément aux calculs de la route d'interception, le submersible parvient à atteindre la route estimée du convoi en début de soirée. Il ne lui reste plus qu'à plonger et à rechercher le convoi avec ses hydrophones. De multiples contacts sonores sont bientôt signalés, le convoi approche.
Profitant de la nuit, le U-48 fait surface et se dirige vers le convoi, toutes jumelles braquées et guetteurs sur le qui-vive, à la recherche de la moindre trace de fumée sur l'horizon. Le ciel est couvert et la nuit est noire, mais la position du submersible, en plein sur l'avant du convoi, lui assure de ne pas manquer son rendez-vous.

Un navire de guerre est bientôt repéré, il est identifié comme un aviso de la classe Black Swan. Derrière lui, les ombres d'autres navires se profilent, c'est le convoi. Toujours en surface, profitant du couvert de la nuit, le U-48 s'approche. Le convoi est large d'au moins 6 colonnes et doit compter 4 à 6 lignes soit une bonne trentaine de cibles. Hormis le Black Swan, aucun autre navire de guerre n'est en vue depuis la position du submersible et l'hydrophone ne détecte qu'un seul autre contact sonore militaire, noyé parmis les contacts marchands.
De toute évidence, l'escorte du convoi se limite à un escorteur sur l'avant et un escorteur sur l'arrière. La tentation est grande de torpiller l'escorteur de tête, dans le but évident de combattre le second escorteur une fois l'alerte donnée et, une fois ce dernier détruit, massacrer le convoi sans défense à coups de torpilles et d'obus. Mais le Black Swan évolue de façon incertaine, suivant une route en zig-zag et fait une cible difficile à atteindre.

Nous le laisserons finalement passer et réservons nos torpilles aux cargos. Silencieusement, le U-48 plonge à l'immersion périscopique, l'alerte silence est déclarée, le submersible avance à vitesse réduite : pas plus de 2 noeuds.

Les premières lignes du convoi approchent, le U-Boot se place perpendiculairement à la route suivie par les cargos, entre les première et deuxième colonnes du convoi. Au périscope, le commandant cherche sa proie.
Il ne lui faudra pas longtemps pour jeter son dévolu sur deux gros navires marchands, occupant respectivement les lignes 2 et 3 de la deuxième colonne du convoi. Les cargos vont passer l'un après l'autre devant les tubes lance-torpilles avant, il suffira de les torpiller à bout portant au bon moment. Les 4 torpilles G7a des tubes avant seront lancées en deux salves de deux, à profondeur minimale, détonateurs à impact et vitesse maximale, une paire pour chaque marchand.

Moins de 1000 mètres séparent maintenant le premier marchand du U-Boot, la collecte des données de lancement est terminée, la solution de tir est enregistrée, les tubes sont ouverts... Tubes 1, lancé ! Tube 4, lancé ! Les torpilles filent vers la cible et deux explosions sourdes viennent confirmer les coups au but. Tube 2, lancé ! Tube 3, lancé !

Immédiatement après le départ des torpilles, le périscope d'attaque est affalé et le submersible plonge vers les profondeurs, lentement, silencieusement. Deux nouvelles explosions marquent les coups au but sur le second marchand. Touchés à mort, les deux gros navires marchands coulent, ce sont plus de 20.000 tonnes de fret Alliés qui viennent d'être engloutis par les flots tumultueux de l'Atlantique.

Continuant de descendre, le U-48 plonge à une profondeur de 120 mètres sous la surface. L'ASDIC ne tarde pas à se faire entendre, l'un des escorteurs, apparemment l'escorteur de tête, traque le U-Boot mais ne parvient pas à le localiser.

Le convoi poursuit sa route vers le nord / nord-est en zig-zag, le U-Boot s'éloigne vers le sud. L'escorteur tourne encore un moment dans les parage puis s'éloigne à grande vitesse afin de reprendre sa place en tête de la formation. Le U-48 fait surface, invisible dans la pénombre. Immédiatement, les diesels sont relancés et les tubes rechargés, la nuit est loin d'être terminée et en faisant vite, il sera possible de relancer une nouvelle attaque avant l'aube.

Le U-Boot rattrape le convoi rapidement et, gardant une distance suffisante pour ne pas risquer d'être repéré, il revient sur l'avant des navires britanniques. Lors de sa première attaque, le submersible a frappé le convoi depuis le nord. Pour cette seconde attaque, il frappera par le sud.

Ayant gagné une position suffisamment avancée, le submersible plonge à l'immersion périscopique et, comme il l'avait fait quelques heures plus tôt, se met en quête d'une proie. Cependant, s'il est en bonne position, le U-48 est toutefois trop loin pour réussir à se glisser dans le convoi mais qu'importe : deux minéraliers, jaugeant chacun environ 8000 tonnes, occupent les lignes 3 et 4 de la colonne extérieure du convoi.

Le submersible s'immobilise à environ 1500 mètres du convoi et commence à recueillir les données de tir. Comme pour sa première attaque, le U-48 lancera deux salves de deux torpilles, une salve pour chaque minéralier.
Mais cette fois, il ne s'agit plus d'un tir à bout portant et, pour éviter que le torpillage du premier cargo n'alerte le second, il faudra lancer de sorte à ce que les torpilles atteignent leurs buts sensiblement au même moment. Pour ce faire, le réglage de vitesse des torpilles sera adapté : les deux premières torpilles seront lancées à vitesse lente, tandis que les deux secondes seront lancées à vitesse rapide. De cette manière, même si les dernières torpilles sont lancées plusieurs dizaines de secondes après les premières, leurs vitesses supérieures leur permettront de récupérer leurs retards.

Les torpilles sont lancées conformément au plan établi et frappent toutes leurs buts dans un intervalle de 90 secondes, trop peu pour que le changement de course du second minéralier lui permette de se dérober.

Sous l'effet destructeur des torpilles, les minéraliers s'enflamment, le premier s'enfonce rapidement tandis que le second est secoué de plusieurs explosions secondaires.


Silent Hunter III : rapports de patrouille. 438446Patr2
Le premier minéralier s'enfonce rapidement...

Silent Hunter III : rapports de patrouille. 735667Patr1
... tandis que son confrère brûle.

Silent Hunter III : rapports de patrouille. 803305Patr3
Vue d'ensemble

Après avoir confirmé ses victoires au périscope, le submersible s'enfonce à nouveau vers les profondeurs afin d'échapper à la contre-attaque des escorteurs. Trop peu nombreux, ceux-ci ne peuvent inquiéter le U-Boot qui, silencieusement, s'éloigne vers l'ouest. Il ne reviendra en surface que deux heures plus tard, lorsque l'opérateur hydrophone aura perdu toute trace du convoi ou de son escorte.

Silent Hunter III : rapports de patrouille. 458324Patr4
Une fois seul, le U-48 regagne la surface

Le bilan de cette attaque est plus que satisfaisant : sur 8 torpilles lancées, 8 coups au but et sur 4 navires attaqués, 4 navires coulés, pour un total approximatif de 36.000 tonnes.

Sérieusement entamées, les réserves de munitions se répartissent de la façon suivante : outre les 3 torpilles arrières (1 en tube, 1 en réserve interne, 1 en réserve externe), il ne reste pour les tubes avant que 2 torpilles en réserve interne et 1 torpille en réserve externe. Trop peu pour justifier de prolonger la patrouille, le navigateur reçoit l'ordre de tracer la route vers Wilhelmshaven.

Les torpilles avant seront rechargées et, à la faveur des dernières heures de la nuit, la réserve externe est transférée à l'intérieur du submersible. Opération complexe qui nécessite une bonne heure de travail, le transfert de la torpille de réserve externe vers la réserve interne ne peut s'effectuer qu'en surface et empêche le submersible de plonger pendant cette période, d'où la nécessité d'opérer de nuit.


Le voyage de retour est calme, ponctué seulement par le torpillage d'un cargo moyen britannique jaugeant 5000 tonnes en Mer du Nord, à l'est de Scapa Flow.


Silent Hunter III : rapports de patrouille. 930700Patr5
Tableau de chasse



Commentaire sur la patrouille : Une bonne patrouille. La météo, sensiblement identique à celle de la première patrouille, n'a pas posé de difficultés particulières. Trop faiblement escorté, le gros convoi que nous avons intercepté nous a procuré de jolies cibles sans que les escorteurs ne nous inquiétent réellement et le tableau de chasse le reflète bien.

A venir : Les premiers échecs du U-48 Silent Hunter III : rapports de patrouille. 648626
(et une patrouille nettement plus illustrée)

Jacque Moraine
Jacque Moraine
Grand-frais
Autre pseudo : Mattew Harding
Nation au Front Atlantique : Grande Bretagne
Flottille au Front Atlantique : Force N
Nation au Front Pacifique : Etats-Unis
Flottille au Front Pacifique : Loup Solitaire
Nombre de messages : 207
Age : 25
Date d'inscription : 20/07/2010

Silent Hunter III : rapports de patrouille. Empty Re: Silent Hunter III : rapports de patrouille.

le Mar 11 Sep 2012, 18:37
J'aime beaucoup SH3 ! C'est de long mon préféré de tous ! Je vois que tu calcule toi même les paramètres à rentrer dans la torpille ! Moi je préfère le calcule Automatique car je trouve sa vraiment frustrant de se tromper dans les calcules... C'est le seul paramètre que je n'active pas... Avec bien sure les contacts sur la carte car tu a bien raison c'est vraiment difficile de joué sans.

Si non belle petite histoire qui se li sans difficulté. Le seul truc que je te "Reproche" c'est de ne pas avoir mit un screenshot de départ/arriver au port ! Avec la Fanfare et tout le monde sur le dock c'est surement se qu'il ma plus marqué dans SH III
Stanimir Kovalevski
Stanimir Kovalevski
Tornade
Autre pseudo : -
Nation au Front Atlantique : Union Soviétique
Flottille au Front Atlantique : Gascogne
Nation au Front Pacifique : Commonwealth
Nombre de messages : 4171
Age : 32
Date d'inscription : 27/11/2008

Infos
Nationalité: Soviétique/Commonwealth

Silent Hunter III : rapports de patrouille. Empty Silent Hunter III : rapports de patrouille.

le Mar 11 Sep 2012, 15:19
Salut à tous,

Suite au screen-shot posté par Hanz Petrus dans son sujet sur SH 3, j'ai eu envie de me remettre au jeu et je me suis dis que ça pourrait être marrant de vous raconter mes aventures ici (un peu comme KVS avait posté ses parties sur je ne sais plus quel jeu).
Dans le même ordre d'idée, l'objectif est à la fois de partager avec ceux que cela intéresse (s'il y en a) mes séances de jeu, de faire découvrir le jeu à ceux qui ne le connaitraient pas et à pourquoi pas partager nos expériences en terme de tactiques, de stratégies, etc...

Le topic est ouvert à tout commentaire mais je vous rappelle que le jeu n'est plus tout jeune, donc le comparer avec SH 5 ou même SH 4 sur le plan graphique n'est pas forcément des plus judicieux (d'autant que sur le plan du contenu pur, SH 3 écrase ses deux petits frères Razz )

Mes conditions de jeux sont les suivantes :

- je joue avec le mod GWX 3.0 gold

- je joue avec tous les paramètres de difficultés réalistes à l'exception de deux : l'affichage des contacts sur la carte est activé (j'ai déjà essayé sans et c'est vraiment vraiment beaucoup plus difficile) et la caméra externe est autorisée (je peux jouer sans mais pour les screen-shot, c'est quand même mieux). Evidemment, je n'utilise la caméra que pour les prises de vue, pas pour identifier les navires ou m'en servir pour déjouer les attaques ASM (je ne prends donc des screen-shot en vue externe que quand je suis certain que la vue externe ne pourra pas m'aider à jouer)

- vu que je n'ai plus joué depuis longtemps, j'ai choisis de reprendre une campagne depuis le début (septembre 39) afin de pouvoir me refaire la main dans des conditions de jeu plus faciles.

- je joue au sein de la 2e U-Flottille, qui dispose de Type VII et est basée à Wilhelmshaven au début du conflit. Par la suite, elle sera redéployée en France et j'aurais accès à des Type IX afin de partir en patrouille en Atlantique Sud, le long des côtes Américaines ou encore dans les Caraïbes.


Voila voila, je ne vois rien de plus à dire, alors je me lance avec le rapport de ma première patrouille :


Patrouille 1 : carreau AM23
U-Boot : U-48, Type VIIb


2 septembre 1939, la guerre contre la Pologne est déclarée, les relations avec l'Angleterre et la France sont extrêmement tendues et l'entrée en guerre de ces deux pays est imminente. Par précaution, le BdU décide de déployer ses U-Boote autour des îles britanniques.

Vers midi, le U-48 quitte le port de Wilhelmshaven et gagne rapidement la Mer du Nord, la route est tracée vers l'objectif, la mer est calme.
La guerre avec l'Angleterre et la France est déclarée pendant la traversée et ordre nous est donné d'ouvrir les hostilités avec tout navire britannique que nous croiserions.

Le premier contact avec l'ennemi a lieu de nuit, à quelques miles au nord de Scapa Flow. Il s'agit d'un navire de commerce identifié comme un petit cargo.
La mer est calme et le but jauge environ 2000 tonnes, il sera donc rapidement coulé au canon.


Silent Hunter III : rapports de patrouille. 600757Patr1
Première victime

Nous gagnons ensuite l'Atlantique Nord proprement dit et le temps se dégrade rapidement. Néanmoins, si la houle est violente et le ciel couvert, il ne pleut pas et bien que réduite, la visibilité reste acceptable.

Silent Hunter III : rapports de patrouille. 764419Patr2
L'Atlantique

Nous parvenons au carreau AM23 sans encombre et la patrouille de 24 heures s'effectue dans la monotonie. Nous avons maintenant le droit de chasser où bon nous semble jusqu'à épuisement des munitions ou du carburant.

Le U-48 part en chasse dans les eaux souvent fréquentées des Western Approaches, au nord de l'Irlande, mais la chance ne nous sourit pas et nous ne trouvons pas le moindre but à nous mettre sous la torpille. Lorsque le niveau de carburant suggère qu'il est temps de rentrer, c'est presque à contre-coeur que nous traçons la route vers notre port d'attache.

Néanmoins, sur la route du retour, nous rencontrons un cargo rapidement identifié comme appartenant à la classe "Granville" jaugeant environ 5000 tonnes. Le U-48 suit une route parallèle à celle du cargo, à environ 1500 mètres d'écart. La météo est toujours difficile mais nous rattrapons sans difficulté le Granville qui poursuit sa route en ligne droite. De toute évidence, il ne nous a pas aperçu.

Je décide de préparer une attaque en surface. De plus, ayant entamé le voyage retour avec une réserve de torpilles encore intacte, je ne prendrais pas le risque de rater mon coup et c'est une salve de 3 torpilles que nous décocherons. La collecte des données de tirs n'est qu'une simple formalité et le cargo, frappé par deux de nos trois torpilles, coulera en quelques instants.


Silent Hunter III : rapports de patrouille. 716942Patr3
Première salve de torpilles

Nous reprenons la route, quittons l'Atlantique et regagnons la Mer du Nord. C'est à nouveau au nord de Scapa Flow, à quelques miles à peine de l'endroit où nous avons frappé pour la première fois que nous rencontrons un nouveau petit cargo isolé.

Toujours aussi mauvaise, la mer interdit l'emploi du canon et ce sera à nouveau une salve de 3 torpilles qui sera lancée. En revanche, cette fois, nous attaquerons au périscope en "semi-immersion" afin de garder la tête du périscope hors de portée des vagues tout en réduisant considérablement le risque que le cargo ne puisse nous repérer.

Comme pour le Granville, 2 des 3 torpilles atteindrons le but. Le cargo était visiblement chargé de munitions car il explosera violemment avant de sombrer définitivement.


Silent Hunter III : rapports de patrouille. 611187Patr4
La cargaison explose

La suite du voyage ne nous offrira aucune possibilité d'améliorer le tableau de chasse de cette patrouille.

Silent Hunter III : rapports de patrouille. 374227Patr5
Tableau de chasse

Commentaire sur la patrouille : Une petite patrouille de mise en jambe. La météo n'a pas été des plus favorables mais on a évité le pire (la pluie). Le tableau de chasse n'est pas exceptionnel mais nous avons malgré tout pu réviser les 3 principales formes d'attaque (attaque au canon, attaque à la torpille en surface, attaque à la torpille en immersion) avec succès.


A venir : Lors de la prochaine patrouille, le U-48 attaque son premier convoi. Silent Hunter III : rapports de patrouille. 118840
Contenu sponsorisé

Silent Hunter III : rapports de patrouille. Empty Re: Silent Hunter III : rapports de patrouille.

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum