Aller en bas
Ricardo Felix Galvao
Ricardo Felix Galvao
Coup de vent
Autre pseudo : Aucun
Nation au Front Atlantique : Brésil
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 302
Date d'inscription : 17/04/2011

Infos
Nationalité: Brésilien

Opération "Um Taxi parà M****" Empty Opération "Um Taxi parà M****"

le Lun 13 Aoû 2012, 23:01
Kkrrsshh...Vous êtes sur canal 97...Kkrrsshh...il est 7h15 actuellement à Tobrouk...Kkrrsshh...température avoisinant 37°, restez donc au frais...Kkrrsshh...et nous continuons avec ce très joli morceau, Lily Marleen....
Position A32, Tobrouk, 7h15
Groupement mécanisé "Recife", Forces expéditionnaires brésiliennes


Opération "Um Taxi parà M****" Grant_4.TM
(Char M3 Lee brésilien contre-attaquant - Opération "Fireball" - Libye 194*)

Hum, rien de plus divin que le pipi du matin, pensa Fernino. Face à lui, un desert rocailleux surplombé d'un ciel aveuglant. Rien à l'horizon sinon une multitude de rochers rougeâtres brûlés par un soleil blanc. La commission faite, Fernino - tireur du M3 Lee, "Carioca" - s'en trouva rejoindre son abri ou l'attendait sa boite de métal chenillée, couleur sable.
Rien à signaler depuis plusieurs jours, les chars de Rommel se tenaient tranquilles dans l'enceinte de Tobrouk. Et cette attente n'en finissait pas. Quand les alliés de Montgomery passeraient à l'attaque ? Pas avant de longues semaines ; le ravitaillement depuis l'Atlantique était constamment mise à mal depuis six mois par les champs de mines italiens en Sicile et les nombreuses unités en maraude de la Regina et de la Kriegsmarine. La situation à Tobrouk était inquiétante. Les alliés perdaient du terrain et l'initiative. Avec l'arrivée des nouveaux chars lourds PzVI Tigre, le renard du désert allait pouvoir reprendre l'initiative.
Oui, la situation inquiétait le sergent Itanerao, chef du char "Carioca" en position au pied de la colline A32 - un bout de relief sur une carte poussièreuse d'état-major à 32km de Tobrouk. Il s'agrippa à ses lunettes et entreprit un nouveau tour d'horizon.
Son regard croisa Fernino qui revenait le visage éclairée d'une étrange satisfaction. L'autre était déjà occupé à réclamer une part de "fejoade" au chargeur qui bossait sur une petit réchaud à l'arrière du véhicule sous une bâche couleur chocolat.

- Hey, Pepito, elle est bonne ta soupette, qu'il demanda en remontant sa braguette.
- Du calme mon grand, bien sûr qu'elle est bonne la soupette. T'en filera aux copains là bas en poste sous le char, au pied du buisson...


Itanerao nettoyait ses lunettes. Quelque chose au loin entre les rochers l'intriguait. Il se figea un instant, la chose en question s'immobilisait. Une explosion claqua au loin, suivi rapidement d'un sifflement. Le sergent ne comprit que trop vite de quoi il s'agissait. Alors qu'il commençait à hurler un avertissement, ses poumons se remplirent de feu.
Un obus frappa en plein coeur le char visé par la cuillère du chargeur-cuistot. Le bas de la colline prit instantanément feu.

- ILS ARRIVENT ! hurla Itanerao, en se jetant dans l'ouverture de la tourelle de 37mn. AU POSTE DE COMBAT !
Quelques secondes de pure perplexité saisit alors l'équipage. Un deuxième tir, suivi de l'explosion d'un nouveau char brésilien plus à droite, mis à terme à ce beau moment de communion spirituel. Le chargeur renversa son réchaud, arracha la bâche. Fernino se jeta dans le caisson brulant. Le conducteur démarra le moteur.
Les tirs ne cessaient plus en face.
Itanerao se concentrait. Son char ne semblait pas avoir été détecté pour le moment, il s'agissait de ne plus bouger et d'attendre que les allemands fassent le premier pas.
Une longue minute d'intense pilonnage passa. La radio brûlait d'imprécations, d'ordres et de contre-ordres. A l'intérieur du Carioca, on attendait les consignes du chef de char.

- Marder en approche droite, 20°. Tu peux l'avoir ?
- Non, on doit pivoter...
- Oublie. Nino, communique sa position
- Oui chef !
- Attends, j'ai un nouveau contact. Droit devant, à coté du rocher en forme de coquille. Tu le vois ? C'est un Pz.IV, canon long.
- Noté chef ! Je le tiens.
- Doucement...voilà, il s'approche...il va sortir de son couvert....attends... FEU !
- FEU !

Le canon de 75mn claqua. Une cible au loin explosa dans une boule de feu.
D'autre explosion suivirent. La colline en face subissait un tir de contre-barrage d'intensité au moins égale.

- Rechargé !
- Paré !
- Nouvelle cible....qu'est-ce que c'est que ça ?
- MERDE...TIGRE, TIGRE !


La bataille pour Tobrouk commençait.

HRP// Um Taxi parà M**** est une opération de type RP, basée sur un contexte uchronique, postulant la présence d'un groupe de combat brésilien au Maghreb et la farouche résistance des forces de Rommel à Tobrouk. Ce scénario non-officiel n'a pas vocation à être forcément gagné par un camps ou par un autre. Par ailleurs, nous nous assurerons de rester dans le domaine du plausible tout le long de cette campagne
Ricardo Felix Galvao
Ricardo Felix Galvao
Coup de vent
Autre pseudo : Aucun
Nation au Front Atlantique : Brésil
Nation au Front Pacifique : Aucune
Nombre de messages : 302
Date d'inscription : 17/04/2011

Infos
Nationalité: Brésilien

Opération "Um Taxi parà M****" Empty Re: Opération "Um Taxi parà M****"

le Mer 15 Aoû 2012, 23:14
Kkssrrhh....Attent...Kkssrrhh...attaque...Kkrrshh...transitio...Kkrrsshh...restez en alerte sur le ca....97
Position A32 (attaquée par forces inconnues), 32km de Tobrouk, 10h32
Unités alliées retranchées à Dar-um-Salam


Opération "Um Taxi parà M****" Valentine-tanks-595x616
(La contre-attaque de ces 7 chars Valentine ne sauvera par Dar-um-Salam de son funeste destin)

"On passe une vie à attendre le bon moment. On se dit que rien ne vaut une glorieuse fin, plutôt qu'une vie de misère. On se dit que c'est ce qu'on fait qui fait de nous ce que nous sommes. Alors, on attend et on se prépare.
J'ai beaucoup attendu pour ma part, mais le temps est venu, je le sens."
Le lieutenant Allegre, originaire de Sao Paulo, tira une dernière fois sur sa cigarette avant d'épauler son fusil.


- INCOOOOOOOOMMMIIIINNG ! Lacha un des anglo-saxons qui se traînait avec le groupe.

Après un premier repli depuis les collines au loin, ce qui restait de la ligne de défense alliée s'était regroupée dans le village de Dar-um-Salam. Ce bled - un hameau de quelques maisonnettes de murs blancs, allait se trouver le théatre d'un violent affrontement dans...trois...deux...une seconde :

- FIRE AT WILL, YOU BASTARDS ! Cria un sergent de sa Majesté, cramoisi de colère, d'esprit de revanche et de désespoir mêlés. Il ne fit pas prier longtemps. Dans un crépitement d'explosions diverses, le mur de fumée à une cinquantaine de mètre devant se transforma en un rideau d'éclairs colorés. Allegre continuait à arroser méthodiquement l'espace devant lui ; cartouche après cartouche. Uniforme après uniforme.
La suite n'est qu'une succession de tirs, de pauses, de rechargements, de cris et d'odeur de souffre et de sable mêlés.
Point de peur, juste du désespoir, ainsi qu'une marée déterminée d'uniformes sables.
Puis les munitions qui manquent. Et l'appui-feu qui n'existe plus.
Jusqu'au moment ou le ciel gronde et tout devient rouge et noir. Les oreilles sifflent. Des corps se jettent à travers les fenêtres. Un sud-africain empale un uniforme sable. On crie, on insulte, on supplie.
Jusqu'au moment ou tout devient calme.
Ou la nuit gagne l'abri, ou Allegre ne ressent plus la douleur, plus rien.
...

Des mains qui me touche. Qu'elles me laissent !
- Lieutenant, vous êtes blessé ? Putain, le lieutenant est blessé. MEDECIN !
Impossible de bouger, ni la tête, ni le dos. Paralysé.
De toute façon, plus de munitions, de toute façon mal équipé
De toute façon c'est la fin.

- Lieutenant, ouvrez les yeux de grâce. Nous laissez pas. Vous allez vous en sortir !
Un anglais qui répond :
- Let him go, son. He's done...
Et d'autres voix, plus loin. De l'allemand. Plus de tir.

Tout un pan du mur avait été soufflé par l'explosion. Il n'y avait que de la poussière, des morts, quelques survivants hagards les mains en l'air, ainsi qu'un char d'assaut allemand, sa gueule béante tournée vers Allegre qui se vidait de son sang sur les gravats autour du Sergent MacPherson et du soldat première classe Manuel.

Dar-um-Salam était tombé, le ravitaillement depuis Alger, maintenant coupée.
Johnston Slack
Johnston Slack
Petite brise
Autre pseudo : Matheo Slack
Nation au Front Atlantique : Brésil
Flottille au Front Atlantique : FNB
Nation au Front Pacifique : US Navy
Flottille au Front Pacifique : Subpac Force
Nombre de messages : 36
Age : 31
Date d'inscription : 06/11/2011

Infos
Nationalité: Brésilien/Américain (Pacifique)

Opération "Um Taxi parà M****" Empty Re: Opération "Um Taxi parà M****"

le Ven 17 Aoû 2012, 09:32
Kkrrsshh...Vous êtes sur canal 97...Kkrrsshh...il est 7h18 actuellement à Tobrouk...Kkrrsshh... D’après nos informations le chef de flottille de la FNB a recommencé a boire ... enfin je veux dire ... plus que d'habitude....Kkrrsshh... de bonne augure pour les jours a venir...Kkrrsshh...

Position A32, Tobrouk, 7h18
Groupement mécanisé "Recife", Forces expéditionnaires brésiliennes


Opération "Um Taxi parà M****" Tiger-10
german tiger tank


Miguel Castro était sur une plage ensoleillée. Il était allongé à l’ombre sur chaise longue un verre de Whisky à la main. Devant lui une dizaine de filles en bikini se trémoussaient sous ses yeux, ses prétendantes.
- Pourquoi choisir dit il, je vous prends toutes.
Un sourire malicieux au coin de la bouche elles s’approchèrent toutes lentement de lui et …



Le caporal Castro fut réveillé par le bruit d’une explosion assourdissante. Il entendit une voix hurler au dehors
- ILS ARRIVENT ! AU POSTE DE COMBAT !

Cette fois, à en juger par la boule de lumière qu’il distinguait au travers de la toile de la tente, ce n’était pas un exercice. Il enfila en quatrième vitesse son pantalon et sorti de sa tente.

Il déboucha en plein enfer, leur campement était pilonné d’obus depuis la crête voisine. Quelques tanks brésiliens avaient déjà commencé a riposter. Il se tourna vers Ricoh, le chargé de la radio, il leur fallait avertir les supérieurs qu’ils avaient besoin d’assistance. Ricoh était bien la, près de la radio, mais sa tête non.

Avec un Haut le cœur Miguel écarta Ricoh et s’empara du micro de la radio. Il avait vu Ricoh faire ca des centaines de fois, ca devrait aller.
- Ici force terrestre delta en position A32. Assistance aérienne demandée, assistance aérienne demandée.

Seul des parasites lui répondirent. Il leva la tête. L’antenne pendait lamentablement dans le vide, arrachée par la première explosion. Ah oui ca doit forcement moins bien marcher … il attrapa le fusil de Ricoh et commença a tirer en direction de la colline en face au hasard. Une balle, une douille, une balle, une douille, merde enrayé. Saloperie de fabrication étrangère !

Un tank brésilien explosa derrière lui. L’explosion le jeta a terre. Il se releva péniblement, le monde tournait et il avait du sang dans les yeux.

César passa près de lui et le précipita à terre derrière un rocher proche.
- Couche toi gamin tu va te prendre une balle perdue. Il se secoua la tête pour reprendre ses esprits.
- Combien ils sont en face ?
- Je sais pas mais un bon paquet
- Je vais jeter un coup d’œil


Dos au rocher il sortit son miroir qu’il utilisa pour jauger la force de frappe allemande. Cinq, Six, sept tanks dont un Pz IV détruit. Ah minute j’en vois un planqué derrière un rocher qui s’avance.

Un canon émergea lentement dans son champ de vision. Il aurait pu reconnaitre ce canon entre mille. Il hurla MERDE...TIGRE, TIGRE !

Une nouvelle explosion retentit plus proche de lui cette fois et il perdit connaissance.
Contenu sponsorisé

Opération "Um Taxi parà M****" Empty Re: Opération "Um Taxi parà M****"

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum