Aller en bas
Johan Valencia
Johan Valencia
Tornade
Autre pseudo : Vicente Valencia
Nation au Front Atlantique : United States of America
Flottille au Front Atlantique : Commandant en Second de la Forca Naval Brasileira
Nation au Front Pacifique : United States of America
Flottille au Front Pacifique : Commandant de la Subpac Force
Nombre de messages : 3695
Age : 29
Date d'inscription : 19/06/2008

Infos
Nationalité: Brésilien/Américain (Pacifique)

Opération Summer in Narvik Empty Opération Summer in Narvik

le Jeu 21 Juin 2012, 12:15
16 juin 194.

Au large des côtes norvégiennes la flotte américano-brésilienne fait mouvement. Le jour va bientôt se lever. Depuis plus jours les navires alliés sont sur le qui-vive. Une flotte allemande a été repérée près de Bergen par les submersibles brésiliens. Depuis quelques heures les capitaines en sont même sûrs. C’est la I.Reichsflotte Vanaheim, encore elle. Cette fois pourtant se sont les allemands qui sont près de leurs côtes. Après le sévère revers subit par la flotte allemande en Atlantique Sud, il y a tout juste quelques semaines, les services de renseignements alliés avaient réussi à déterminer leur rapatriement, la mer du Nord.

La Força Naval Brasileira et la Desubron américaine avaient navigué de concert, loin des côtes pour remonter jusqu’à en Écosse, tremplin pour une opération en Norvège. Le mouvement c’était déroulé parfaitement. Grâces aux renseignements des submersibles brésiliens, « les pingouins », les navires avaient pu encercler l’escadre allemande. La flotte au complet lançait par surprise son offensive aux aurores, ce 16 juin...

La flotte de surface alliée, constituée de 7 navires brésiliens (5 DD et 2 CL) et 4 navires américains (1 cuirassé, 1 CB, 1 CL et 1 DD) fit feu. La flotte allemande réagit rapidement. Le destroyer du commandant Galvao avait été la cible des tirs croisés allemands. De leurs côtés les alliés visaient en priorité les croiseurs ennemis. Le commandant de la flotte allemande, Wolfgang Lüth, fut le premier envoyé par le fond. Un second croiseur allemand coulé entraina un repli de la flotte allemande sur la position des submersibles brésiliens en embuscade. Rapidement un Destroyer 1936B en subit les conséquences. Pendant ce temps, le commandant Galvao se voyait obliger d’abandonner son navire, première perte brésilienne du combat. Dans les heures qui suivirent tout s’accéléra. Le Croiseur Léger du capitaine Andrew Parker fût coulé par un sous-marin tandis que les pertes allemandes augmentèrent avec la destruction d’un second destroyer et d’un troisième croiseur léger. Un submersible brésilien, repéré puis grenadé n’échappa pas non plus à ce triste sort.

Sur le Croiseur Léger BZ-Bahia, du commandant Valencia, tout allait mal également. Après de nombreuses salves au but sur les croiseurs allemands, le navire brésilien avait été la cible des tirs allemands. Le Croiseur Prinz Eugen avait fait feu, endommageant lourdement le navire, le mettant par la même hors de combat. Le sonar était détruit, la salle de commandement endommagé, le moteur touché. Quelques voies d’eau donnaient du fil à retordre aux mécaniciens tandis qu’un incendie ravageait le pont inférieur du navire. Criblé, le navire n’était pas encore coulé. L’équipage venait même de passer plusieurs heures à réparer les dégâts annexes.

Le 17 juin, alors que la flotte allemande se repliait légèrement, les pertes de chaque côté étaient conséquentes. Sur 11 navires de surface alignés, les alliés en avaient perdu 2, et avaient un croiseur léger hors de combat tandis qu’un des trois submersibles brésiliens avait été détruit. Du côté allemand, sur une quinzaine de navires, 5 avaient rejoint le fond, dont trois CL.

Pourtant la bataille était loin d’être terminé, les submersibles allemands étaient toujours dans les parages et leur nombre inconnu. Les allemands qui ne s’avouaient pas vaincu réussirent à couler le BZ Bahia à 5h du matin… Déjà criblé, une partie de l’équipage avait quitté le navire pendant la nuit, limitant les pertes humaines lorsqu’un croiseur de reconnaissance allemand l’acheva. Un second destroyer brésilien fût enfin, à son tour, victime de la wolfpack allemande. Plusieurs torpilles eurent raison du fier navire du capitaine Matheo Slack.

Bien qu’un croiseur léger brésilien arrivait en renfort, la décision était prise. Replier la flotte pour éviter de nouvelles attaques mortelles. Les allemands, de leurs côtés, avaient quitté le champ de bataille depuis de nombreuses heures déjà pour se replier à Trondheim et soigner leurs blessés.

Le 18, au bout de deux jours de combats, le bilan était lourd de chaque côté. Les allemands avaient perdu cinq navires, dont trois CL. Les brésiliens un submersible et trois navires, dont un CL. Les américains de leur côté avait aussi perdu un croiseur léger.

Le bilan était mitigé, mais pour les alliés la victoire était là. Psychologique tout d’abord. Après la grande victoire en Atlantique Sud, ils étaient restés unis et surtout organisés. Les brésiliens venaient de montrer que bien que peu nombreux, ils pouvaient toujours opérer très loin de leurs côtes avec une rapidité de mouvement très importante. La flotte allemande quant à elle venait de subit un second revers, devant ses ports cette fois-ci, l'enfonçant un peu plus.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum